Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'expérimentation d'un chalutier consommant 40% de gazole en moins débute en mer

Transport  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

   
© Bureau Mauric
 
   
L'Ademe annonce jeudi 3 septembre la mise à l'eau à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) d'un chalutier d'un nouveau type pour une expérimentation de six mois en mer dans le cadre du projet Arpege (Approche réaliste pour une pêche générique). D'une longueur de 24 mètres, ce navire est censé être plus sûr, plus économe en énergie mais aussi plus rentable. Ses constructeurs ont pour ambition d'en faire un nouveau standard pour les deux prochaines décennies.

"Dans un contexte de demande mondiale croissante en produits de la mer, la pêche française est confrontée à des défis importants comme le coût croissant de l'énergie, l'accidentologie, les quotas de pêche ou encore l'obligation de minimiser l'impact sur le milieu halieutique. De plus, le poids économique de la pêche professionnelle est déterminant pour l'économie de nombreuses zones littorales. Or, les technologies des navires de pêche actuels ont une moyenne d'âge de 25 ans", explique l'Ademe.

Ce chalutier devrait permettre de réduire de 15% minimum la consommation par rapport aux derniers navires construits et de plus de 40% par rapport aux navires mettant en œuvre des techniques de pêches alternatives comme la senne danoise, indique la fiche du projet. Cette baisse de consommation devrait être permise par la nouvelle forme de carène, la propulsion diesel-électrique et la gestion intégrée de l'énergie. La technologie retenue devrait également permettre d'accéder à certaines énergies décarbonées comme l'hydrogène.

Le projet, mené par un consortium coordonné par la Socarenam, avait été déposé en 2011 dans le cadre d'un appel à manifestations d'intérêt "navires du futur" du Programme des investissements d'avenir. Il a bénéficié d'une aide de l'Etat de deux millions d'euros. Un deuxième appel à manifestation d'intérêt dédié aux navires du futur a été lancé en octobre 2013, ainsi qu'un appel à projets sur la R&D dans l'industrie navale en mai 2015.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Droit de l'énergie : votre conseil à distance et à l'international Energie-legal