Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Changement climatique : la réduction de l'enneigement modifie l'approche de la montagne

Risques  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

« Les projections indiquent une dégradation des conditions d'enneigement, irréversible pour la première moitié du siècle [dans les Pyrénées] », indique l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae). Des équipes de l'institut, en partenariat avec le Centre d'études de la neige (CNRM, Météo-France, CNRS), ont modélisé l'évolution des conditions d'enneigement entre 1960 et 2100 dans les Pyrénées. Elles se sont basées pour cela sur les scénarios d'évolution des émissions de gaz à effet de serre utilisés par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec).

Une synthèse de leurs résultats vient d'être publiée dans le Cahier régional d'Occitanie sur les changements climatiques. « Les pires conditions connues à l'exploitation des stations de sport d'hiver (une saison sur cinq actuellement) se produiront, à l'avenir, au moins toutes les deux à trois saisons dans le scénario le plus favorable et seront quasi-permanentes dans le scénario le plus défavorable », résume l'Inrae.

La nécessaire adaptation des stations de ski au changement climatique est désormais intégrée par de nombreuses stations. Cet exercice de projection de l'enneigement a également été réalisé pour des domaines skiables de l'Isère. « L'enjeu pour les territoires est désormais de bien évaluer les recompositions à l'œuvre en termes de bénéfices et impacts, notamment économiques », pointe l'Inrae.

Moins d'avalanche à l'avenir ?

Le changement climatique influence également l'activité avalancheuse. Des chercheurs de l'Inrae, de Météo France, du CNRS et des universités Grenoble-Alpes, Genève et de Haute-Alsace se sont penchés sur son évolution durant près de deux siècles et demi dans le massif vosgien. Résultats ? Les scientifiques ont notamment constaté leur remontée en altitude, avec une division par sept de leur nombre. « Cette étude suggère, qu'à terme, dans de nombreux massifs montagneux, l'activité avalancheuse va progressivement être restreinte à des altitudes de plus en plus élevées et que ce mouvement s'accompagnera vraisemblablement par une réduction en moyenne de leur taille et de la durée de la saison durant laquelle elles se produisent à mesure que le réchauffement futur réduira l'enneigement », note l'Inrae.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Barrages de confinement pour débris flottants DIFOPE