Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Changement climatique : l'été 2022 pourrait être la norme après 2050

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet

Canicule, sécheresse inédite, feux de forêt, orages violents… L'été 2022, marqué par des phénomènes météorologiques extrêmes exceptionnels, « deviendra un été normal en France après 2050, dans un scénario de forte émission (de gaz à effet de serre) », prévient Météo-France. Cet été hors norme souligne « les conséquences du changement climatique à l'œuvre sur notre territoire ».

Avec une différence de + 2,3 °C par rapport aux normales, l'été 2022 (juin-juillet-août) est en effet le deuxième plus chaud après celui de 2003, depuis le début des relevés observés en France, a précisé Météo-France, le 30 août. L'Hexagone a subi trois vagues de chaleur : du 15 au 19 juin, du 12 au 25 juillet et du 31 juillet au 13 août, pour un total inédit, de 33 jours en 2022 (contre 22 jours en 2003) qu'a enregistré Météo-France (depuis les premières mesures, en 1947, à l'échelle nationale).

Cet été se classe aussi parmi les dix étés les plus secs en France. Sur les trois mois, le déficit pluviométrique a atteint les 25 % à l'échelle nationale. « Une situation inédite qui n'avait de probabilité de se produire qu'une fois tous les vingt-cinq ans en moyenne », souligne l'établissement public de météorologie, dans un communiqué.

En 2050, les projections climatiques indiquent une diminution des cumuls de pluie en été, en France, « de l'ordre de 10 % par rapport à ce que l'on connaît aujourd'hui. Les sécheresses seront plus longues : en moyenne de cinq à dix jours supplémentaires en été », alerte Météo-France.

De même, en 2050, « on s'attend à ce qu'à peu près la moitié des étés soient d'un niveau de températures comparable voire supérieur à celui de l'été 2022 », a déclaré Samuel Morin, chercheur et directeur du Centre national de recherches météorologiques, selon l'AFP.

Réactions3 réactions à cet article

 

L'été n'est pas fini, toujours pas de pluie, là où Zola a écrit "La Terre". Tout peut brûler très vite et pas de réserve d'eau, c'était si humide il y a encore quelques années. Visiblement il faut tout réorganiser, et s'habituer physiquement à vivre dans cet "environnement". Quant aux plastiques, il faudra aussi revoir leur place. Autrefois, les meubles étaient faits en bois, local, on commandait sa table, son buffet, etc... Peut-on tout réorganiser ?

28plouki | 01 septembre 2022 à 11h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'était bien mieux avant, en effet...
Ne vous en faites pas, notre gouvernement de génies constructivistes va nous organiser de belles pénuries et rationnements, avec leurs lois dont les titres démentent les effets prévisibles (la loi "pouvoir d'achat" est en ce sens très emblématique, comme si Bruno le Maire ou Elisabeth Borne avaient un quelconque pouvoir en la matière alors que leur action depuis des mois est la création de monnaie sans contrepartie qui est la source même de l'inflation).

Albatros | 01 septembre 2022 à 17h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il y a cette année deux phénomènes qui s'ajoutent, ce qui n'est pas toujours le cas:
- les fortes chaleurs, qui durent (depuis début juin ici, si je ne raconte pas de bêtises). A ce titre, je dois avoir mauvaise mémoire car je ne me rappelle pas en avoir bavé autant et aussi longtemps en 2003.... mais j'ai 20 ans de plus, je ne vis plus avec les mêmes ressources physiques non plus
- une sécheresse amorcée très tôt, dès Janvier ou Février, et qui dure aussi. Et cette fois, TOUT le pays est touché, alors qu'en 1976 et en 2003, ce n'était pas le cas.
Vous rajoutez un rabâchage médiatique infect sur ce sujet (comme sur les autres d'ailleurs), notamment des chaines d'infaux horaires et à sensations, et çà donne la mélasse actuelle.
Si au moins cet été pouvait inciter à végétaliser, ou à ombraliser, plus qu'actuellement, ce serait bien.
Mais je crains que la tendance serait plutôt à proposer d'investir dans les piscines et les clims....

nimb | 02 septembre 2022 à 10h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]