En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les changements climatiques vont entraîner des pertes de productivité massive dès 2030

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

"L'augmentation du stress thermique lié au réchauffement climatique devrait conduire à des pertes de productivité à l'échelle mondiale équivalant à 80 millions d'emplois à temps plein en 2030", révèle l'Organisation internationale du travail (OIT) dans un rapport publié lundi 1er juillet. Et encore, l'agence onusienne établit-elle ces prévisions sur la base d'un réchauffement de 1,5 °C d'ici la fin du siècle et avec l'hypothèse que le travail dans les secteurs les plus impactés s'effectuera à l'ombre.

Ces secteurs seront, au niveau mondial, l'agriculture et la construction, suivis par les biens et les services environnementaux, le ramassage des ordures, les services d'urgence, les travaux de réparation, le transport, le tourisme, le sport et certains types de travaux industriels. Les effets du stress thermique ne seront pas géographiquement homogènes, les régions les plus touchées étant l'Asie du sud et l'Afrique de l'ouest. Ce sont les habitants des pays les plus pauvres qui seront les plus affectés du fait de leurs moindres ressources pour s'adapter à la hausse des températures.

"En plus des énormes coûts économiques liés au stress thermique, nous pouvons nous attendre à voir les inégalités augmenter entre les pays à revenu élevé et les pays à faible revenu et les conditions de travail se dégrader pour les plus vulnérables, ainsi que des déplacements de population", explique Catherine Saget, l'un des principaux auteurs du rapport. En Europe notamment, l'impact du stress thermique devrait en effet être moindre. "Cela étant, en Europe et en Amérique du Nord, les pertes sanitaires, sociales et économiques pourraient être considérables durant des vagues de chaleur d'une intensité inhabituelle", relativise le rapport. Dans ces régions, les pertes de productivité seront concentrées en priorité dans le secteur de la construction.

Le rapport recommande aux Etats la création d'infrastructures adéquates, des systèmes d'alerte précoce lors des canicules et une meilleure application des normes internationales du travail. "Le dialogue social pourrait se révéler utile pour trouver un consensus sur les modalités de travail à l'intérieur et à l'extérieur, sur l'adaptation des horaires de travail, des codes vestimentaires et des équipements, sur l'utilisation des nouvelles technologies, sur l'aménagement de pauses pour se reposer au frais ou à l'ombre", préconise l'OIT.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…