En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Changement climatique et océan : la grande inconnue

Si les scientifiques constatent une accélération de la montée des eaux et une acidification de l'océan, nul ne peut prédire les conséquences de tels phénomènes sur le climat et pour la planète. Explication de deux spécialistes.

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
   
Changement climatique et océan : la grande inconnue
Schématisation usuelle de la circulation thermo haline
   
Si les océans jouent un rôle certain dans l'évolution du climat et de l'environnement terrestre, les scientifiques peinent aujourd'hui à appréhender la complexité du milieu océanique, ses interactions avec l'atmosphère et donc son impact sur le climat. S'il est certain que le changement climatique a des impacts sur les océans (montée des eaux, acidification…), la science ne permet pas de dire aujourd'hui si ces phénomènes vont se perpétuer et quelles en seraient les conséquences. Cela suscite de nombreux fantasmes et scénarios catastrophiques qui ont inspiré une large littérature et même le cinéma notamment avec ''Le jour d'après''…
Pourtant certains scientifiques appellent à la prudence. C'est le cas d'Anny Cazenave, du laboratoire d'études en géophysique et océanographie spatiales LEGOS et de Carl Wunsch, du Massachusetts Institute of Technology (MIT) de Cambridge (Etats-Unis), qui étaient réunis jeudi 22 janvier à l'Institut océanographique de Paris pour une conférence.
Je ne veux pas minimiser les risques liés à de tels phénomènes, a expliqué Carl Wunsch. Mais je veux être prudent par rapport à ce que nous savons et ce que nous pouvons prédire. La science nous permet de constater certains phénomènes mais pas forcément de les expliquer. Cet océanographe met régulièrement en avant les carences des modèles actuels d'études et appelle ses collègues des sciences du climat à plus d'humilité et de prudence dans la lecture et l'interprétation des résultats de ces modèles.

L'océan et le climat sont étroitement liés

Les océans transportent et échangent avec l'atmosphère de grandes quantités de matière (vapeur d'eau, gaz carbonique...) ou d'énergie (chaleur, mouvement…). Ils représentent 300 fois la masse de l'atmosphère. Leur capacité de stockage de chaleur est 1.200 fois plus grande et leur capacité de stockage de carbone 70 fois supérieure. Les océans contiendraient 80 % de la chaleur du système climatique, selon les données recueillies ces cinquante dernières années par les scientifiques. Ils jouent donc un rôle essentiel dans le système climatique et une évolution de leur milieu pourrait probablement avoir des conséquences sur le climat.
Pourtant les scientifiques restent prudents dans l'interprétation des différents phénomènes constatés. L'étude des océans est encore récente et manque souvent de données anciennes qui permettent de comprendre le fonctionnement de ces milieux.
Par exemple, la circulation des océans, qui influe sur le climat et l'environnement terrestre, est complexe et souvent trop simplifiée par les observateurs, selon Carl Wunsch. Nous avons encore une méconnaissance de comment le système fonctionne, mais surtout de comment il peut changer et des conséquences d'un tel changement. Certaines simulations prévoient un changement de circulation des océans, notamment au Gulf Stream (Atlantique nord) ou au Kuroshio (Pacifique nord), il faut rester prudent. Ce que l'on sait, c'est que contrairement à l'atmosphère, l'océan a une longue mémoire. Il peut réagir à des perturbations vieilles de plusieurs milliers d'années.
S'il est difficile d'appréhender les événements futurs, les scientifiques constatent néanmoins des changements aujourd'hui : la relation entre la hausse du niveau de la mer et le changement climatique est mise en avant par de nombreux scientifiques. Cependant ceux-ci ne peuvent en donner clairement les causes et les conséquences. Illustration avec Anny Cazenave…

Une hausse du niveau des mers incontestable mais difficilement explicable

Il n'y a pas de doute, le niveau de la mer monte et ce phénomène a connu une accélération ces dernières années, explique la scientifique. Est-ce que nous allons assister à une accélération du phénomène ou est-ce une fluctuation décennale ? Il est impossible de le dire.
La science peut néanmoins affirmer aujourd'hui que le niveau de la mer, stable à la fin du XIXè siècle - début du XXè siècle, a commencé à s'élever. Sur les dernières cinquante dernières années, cette élévation s'élevait en moyenne à 1,7 ou 1,8 mm par an. Aujourd'hui, la vitesse d'élévation se situe autour de 2,4 mm par an. Les scientifiques, au travers de nombreuses études, ont pu établir un lien entre cette hausse du niveau de la mer et l'évolution des températures moyennes.
Cependant la mer ne monte pas de manière uniforme et les différents scénarios qui prédisent une montée de la mer d'un mètre d'ici la fin du siècle manquent de prudence. Selon les composantes climatiques régionales, la déformation des sols, l'apport des sédiments par les fleuves et les effets des courants et des événements extrêmes, la hausse du niveau de la mer n'est pas la même. Dans le delta du Nil ou au Bangladesh par exemple, la mer s'élève d'un centimètre par an, dû à l'effet combiné de l'enfoncement du sol et de la hausse générale du niveau de la mer.
Avant 2003, les scientifiques attribuaient cette hausse du niveau de la mer au réchauffement des océans pour 50 %, à la fonte des glaces terrestres pour près de 30 %, à la fonte des calots polaires et à la contribution des eaux continentales. Mais depuis 2003, ces phénomènes semblent avoir évolué : l'océan ne se réchauffe plus vraiment mais le niveau de la mer continue à monter. Il semble que la fonte des glaces, qui s'accélère, contribue désormais à 80 % à ce phénomène. Etant donné le peu de recul dont dispose l'étude des océans, il est difficile d'expliquer ces variations et d'essayer d'appréhender quelles seront les évolutions futures. Les gouvernements, la société, attendent des réponses claires, précises. Or la science aujourd'hui n'est pas en mesure de les apporter, analyse Carl Wunsh. Ce que nous savons, c'est que le niveau des eaux monte, que l'océan s'acidifie et que le stockage de carbone par les océans évolue. Quelles seront les conséquences de ces phénomènes ? Nous ne pouvons pas le dire précisément. Il y a des risques mais nous ne savons pas lesquels. Néanmoins dans les années à venir, il faudra apporter une attention particulière aux populations qui vivent près des côtes mais aussi à la ressource eau douce.

Réactions1 réaction à cet article

 
La planète, machine thermodynamique complexe...

Toute modélisation est une simplification de processus complexes.

Notre terre est un milieu fermé, une boite de Pétri gigantesque, dont la seule source d'énergie notable (hormis la géothermique) est le soleil. Les échanges énergétiques avec l'extérieur sont de type radiatifs et sont régulés par l'effet de serre ... mais dans la boite, c'est une toute autre affaire. Des flux thermiques tentent en permanence d'établir un équilibre qui minimisera les différences calorifiques d'un point à l'autre (du monde). Le courant thermohaline si peu connu semble en être la composante principale.

dilhat | 27 janvier 2009 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…