Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Plus de biodiversité et de climat dans les médias

Gouvernance  |    |  Florence Roussel
Plus de biodiversité et de climat dans les médias

Ce mercredi 14 septembre, plus de 500 journalistes et 50 médias français lancent la Charte pour un journalisme à la hauteur de l'urgence écologique. En préparation depuis plusieurs mois, cette initiative prend forme, après un été record marqué par la sécheresse, des incendies, des coupures d'eau qui ont alimenté les journaux télévisés et les Une dans les kiosques.

Cette réalité climatique, visible depuis plusieurs décennies et déjà traitée par certaines rédactions dont Actu-Environnement depuis 2003, doit désormais se traduire dans les médias « tous publics » de manière pédagogique et transversale. Avec cette charte, les signataires s'engagent à toujours mieux communiquer sur les causes, les moyens de lutte et les solutions à développer pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et ralentir le recul de la biodiversité. Les journalistes s'appliqueront aussi à adopter le bon lexique, à se former à ces enjeux et à s'opposer aux financements issus des activités les plus polluantes.

Cette initiative, à laquelle s'est associée la rédaction d'Actu-Environnement, est très favorablement accueillie par les ONG. « Ce texte était attendu et j'espère que de très nombreuses rédactions s'en saisiront. Nous en avons besoin », estime Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France. Pour Anne Bringault, coordonnatrice des programmes du Réseau Action Climat (RAC), c'est un « formidable espoir d'un monde qui change ».

Reste à lui donner la portée qu'elle mérite et à l'inscrire dans la durée, ce qu'en doute Arnaud Gossement, avocat en droit de l'environnement : « Cette charte constitue une excellente initiative, dont chacun peut se saisir, mais peut encore être améliorée, notamment pour ne pas être oubliée. » Le spécialiste propose qu'elle soit complétée par un « dispositif de suivi, d'information, de rapport, de contrôle des engagements pour en assurer et en vérifier l'exécution ». Dans tous les cas, les journalistes signataires devront inévitablement et rapidement la mettre en pratique tant les changements climatiques s'installent dans le quotidien de leurs lecteurs-auditeurs-téléspectateurs.

Réactions5 réactions à cet article

 

on peut également parler des reportages sur les vacances "de réves" aux maldives ou au costa rica aprés le reportage sur les incendies de la forêt landaise.
c'est choquant et nos télévisions doivent également changer cette vision de la vie heureuse en étant dans la consommation et les voyages à l'autre bout de la planéte.

sonitus aqua | 15 septembre 2022 à 10h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La biodiversité à la configuration d'un iceberg : la partie invisible (sous nos pieds) et 10 fois plus importantes que la partie visible ! La partie visible de la biodiversité (faunes et flores, et donc les humains) dépend à 100% de la partie invisible qui se cache dans les sols : des millions de micro-organismes (bactéries. champignons, enzymes, insectes, etc ... ) Il faut considérer les sols comme une entité vivante globale qui est à la base et à la fin de toutes les chaines alimentaires dont la notre !
la partie visible de la biodiversité nous sert de bio-indicateur, quand les bio-indicateurs disparaissent c'est que les sols meurent ! Un sol vivant a besoin d'eau, de nourriture, d'oxygène, d'un climat tempéré et d'une protection solaire, tout ceci lui est apporté par la couverture végétale! Plus la densité végétale est importante plus la biodiversité est riche, la référence planétaire étant la foret de feuillus, en opposition total au désert (donc sans végétation) et donc aux villes. La première des choses à faire pour le climat et la biodiversité c'est la végétalisation massive des surfaces exposées au soleil au rythme des forêts de feuillus : donc vertes l'été !
.
on peut faire des économies sur tous les usages de l'eau mais JAMAIS sur l'environnement, quand les sols sèchent la végétation sèche, le cycle de l'eau se coupe, ça chauffe et ça brule ...

laurent | 15 septembre 2022 à 10h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Salutaire, quoique bien tardive, initiative de la part de journalistes et médias grand public. Mis à part les spécialisés (comme AE, entre autres), l'info environnementale a jusqu'alors été presque uniquement traité par dessus la jambe, de façon parcellaire, lacunaire, en sandwich avec des infos vantant la (sur-)consommation et, dans les JT TV de 13h ou de 20h, en distillant bien souvent des sous-entendus visant à ridiculiser ou ringardiser les défenseurs de l'environnement. Reflet bien souvent de rédac' chefs ou d'actionnaires de groupes de médias trop vieux pour saisir les enjeux à moyen et long terme. Il est en effet grand temps que cela change.

Pégase | 15 septembre 2022 à 17h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pégase au Ministère de l'Information !
Faut que ça change !

Albatros | 16 septembre 2022 à 09h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai contacté les médias locaux autour de moi que je connais, de manière à ce que même les "petits" journaux ou antennes soient au courant et puissent s'engager s'ils le souhaitent.
A chacun de transmettre pour arriver à avoir une information de qualité

Mel | 20 septembre 2022 à 12h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]