Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Chasse et biodiversité : trois associations déposent deux recours contre l'écocontribution

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

« Particulièrement scandaleuse. » C'est ainsi que la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO), l'Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas) et l'Office pour les insectes et leur environnement (Opie) qualifient l'enveloppe d'environ 15 millions d'euros versée chaque année aux fédérations de chasseurs pour conduire des actions de protection de la biodiversité.

Les trois associations ont déposé, le 28 janvier dernier, un recours devant le tribunal administratif de Melun pour faire annuler la convention-cadre 2021-2026 entre l'Office français de la biodiversité (OFB) et la Fédération nationale des chasseurs (FNC). Approuvée par une délibération du conseil d'administration de l'OFB en date du 30 novembre 2021, cette convention-cadre permet de financer le fonds attribué à la protection de la biodiversité géré par la FNC et mis en place par la loi du 24 juillet 2019 créant l'OFB. Ce fonds est financé par les fédérations de chasseurs à hauteur de cinq euros par permis de chasse et abondé par l'État à hauteur de 10 euros. Cette écocontribution avait été décidée lors du « deal » sur la chasse passé entre Emmanuel Macron et la FNC, fin août 2018, réunion à l'origine de la démission de Nicolas Hulot du ministère de la Transition écologique.

Les requérantes dénoncent cette écocontribution, qui financerait des actions « au seul bénéfice des chasseurs sans objet véritable de protection et de reconquête de la biodiversité ». L'OFB « s'est vu dans l'obligation d'accepter » de renouveler la convention-cadre pour cinq ans, contre l'avis de son propre conseil scientifique, s'indignent les ONG. Dans un avis, en date du 18 novembre 2021, l'instance relève, en effet, que le dispositif mis en place « ne permet pas de garantir une qualité suffisante des projets sélectionnés ». Elle pointe notamment le risque d'associer l'établissement public à des projets « de qualité très faible, voire mauvaise, et qui peuvent parfois aller à l'encontre de ses propres missions ». Sur le plan juridique, les associations appuient leur requête sur quatre fondements : aide d'État irrégulière, non-respect de la loi ayant constitué ce fonds, gestion de fait et absence de consultation publique préalable.

Estimant qu'il y avait urgence, les trois ONG ont aussi déposé, le 3 mars, une requête en référé devant la même juridiction en vue de faire suspendre la nouvelle convention. La commission des attributions de l'OFB se réunit effectivement le 8 mars pour examiner une trentaine de projets présentés par les fédérations de chasseurs avec, à la clé, 2 millions d'euros de financement, informent ces dernières.

Réactions31 réactions à cet article

 

La puissance et l'efficacité du lobbying des chasseurs sont de toute évidence redoutables. Il faut dire qu'il y a une bonne dose d'entrisme, nombre de grands décideurs et hauts fonctionnaires d’État appréciant ce contact rugueux et dominateur avec la nature, tout comme les rencontres entre amis choisis et les petits arrangements que cela occasionne.
Quoiqu'il en soit, on constate qu'il y a réellement deux poids deux mesures entre la façon ultra rigoriste dont les fonds publics sont alloués aux associations de protection de la nature et la grande souplesse et les largesses dès lors qu'ils s'agit de distribuer des enveloppes à des lobbies bien établis comme les fédés de chasse. Cela n'est ni plus ni moins que du détournement de fonds publics, dont on nous rabâche pourtant jusqu'à la nausée qu'ils sont rares. Tout cela est scandaleux et écœurant !

Pégase | 08 mars 2022 à 17h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je mets un pouce levé au commentaire de Pégase. J'y mets aussi la main, le bras et tout le reste s'il le faut car l'indignation sans l'action n'est rien. J'échange chaque dimanche des propos civiles et parfois cordiaux avec les chasseurs qui poursuivent des sanglier qui connaissent bien mon terrain, refuge d'une faune qui m'enchante. Il est souhaitable de créer les outils d'un dialogue national sur la sujet avec toutes les parties prenantes et de sortir de l'entre-soi chasseurs-politiques.

henri le roy | 09 mars 2022 à 11h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ henri le roy : merci pour votre courtoisie.
Il est en effet possible d'avoir des discussions, parfois suivies d'effets favorables pour la biodiversité, avec certains chasseurs dès lors que l'on est entre quatre yeux. Mais dès qu'il y a groupe, c'est tout de suite plus difficile, voir impossible (qui, en randonnant sur chemin balisé, donc public, ne s'est pas trouvé face à un attroupement de chasseurs dont les regards et les propos font comprendre qu'il ne faut pas être là et qu'il vaut mieux rebrousser chemin !?) . Et lorsqu'on "monte" au niveau des fédés de chasse, la chose prend presque immanquablement une tournure politique et on comprend bien vite qu'il est hors de question de discuter avec des "écolos".
Aussi, je ne comprends pas ce qui peut pousser bon nombre de candidats à telle ou telle élection à flatter l'électorat des chasseurs : à une écrasante majorité, ils votent à la droite de la droite et aucun petit cadeau ne les fera changer d'avis. Ces candidats prennent en revanche le risque de s’aliéner des non-chasseurs, lesquels représentent la bagatelle de près de 99 % des citoyens, donc peu ou prou la même proportion d'électeurs.

Pégase | 09 mars 2022 à 14h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo à Pégase pour ces commentaires, surtout le deuxième qui met bien le doigt sur le sujet, entre quatre yeux et en bande (je dirais organisée et armée), j'aurais des dizaines d'anecdotes (dont certaines avec menaces de mort mais bon le temps est passé) qui m'ont conforté à l'inutilité de ce "loisir". Une autre je siège pour une association environnemental en CDPENAF (Commission départementale de préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers) dans laquelle les chasseur ont une voix, eh bien quand ils sont absents devinez à qui ils donnent mandat : LA FNSEA. Comment peut-on encore tolérer cette activité mortifère ?

BJ50320 | 09 mars 2022 à 16h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pégase, toujours autant remonté contre les chasseurs et les manifestations de leurs actions sur le terrain. Pour équilibrer un peu, vous pouvez rechercher les commentaires concernant la dernière réunion de Strasbourg fêtant les 30 ans de natura 2000. Ces milieux naturels dont sont exclus les chasseurs et bien d'autres, sont souvent laissés à l'abandon, avec une perte d'habitat pour la petite faune. Relisez l'avis de Bérangère Abba suite à cette réunion.

jmf | 09 mars 2022 à 18h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce n'est pas en ce faisant des procès que les choses vont changées.. J'ai en peu marre des tirs nourris sur les chasseurs et les agriculteurs .Je suis un salarié qui a reçu en héritage 6 ha de terre agricole , ce qui me donne un droit de chasse (droit seigneurial donné, à la révolution, à tous les propriétaires de terre en France) et je contribue par les impôts fonciers (627€) à financer toute sorte d'association. J'y ai planté moi même 1 ha de bois , renoncer au fermage d'un ha(qui contribue la bio diversité ,gite pour les animaux, captation du carbone...), le reste est loué a un agriculteur. Je ne suis pas chasseur ,plutôt randonneur, le droit de chasse est donné à la société de chasse communale (commune de 500habitants) et je suis très contant qu'ils fassent cette régulation nécessaire ( le nombre de chasseurs diminue considérablement cela m'inquiète, mes haricots ont entièrement été mangé par les lièvres en 2021!!!). En résumé , achetez des terres , payé vos impôts vous pourrez donner le gite et le couverts aux animaux .Surtout ne donnez pas de leçons a ceux qui fond ce travail écologique depuis toujours et dans le silence .

JB | 09 mars 2022 à 19h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci à JB d'aider à relativiser ce débat on ne peut plus passionnel. Je connaissais de mon côté des chasseurs qui prenaient une carte de chasse essentiellement pour faire faire de l'exercice à leur chien, et ce sans aucun but de "récolte" ou de rendement.... comme quoi ce serait bien d'arrêter de ressasser les éternels brèves de comptoir et infos convenues, il n'y a pas qu'une vérité non plus à ce sujet.
J'ai pour ma part une "réserve" à poser au sujet de cet article : il aurait été utile à la compréhension du communiqué que les organisations requérantes étayent par des exemples PRAGMATIQUES en quoi ces subventions pourraient être contreproductives.... à lire l'article, j'ai surtout l'impression qu'on joue plus sur la forme que le fond, c'est dire à quel point il est devenu pénible de débattre.

nimb | 10 mars 2022 à 09h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Ce n'est pas en ce faisant des procès que les choses vont changées" : c'est précisément ainsi que les choses ne peuvent que changer en profondeur, JB. On le voit avec les décisions de justice prises à l'encontre des arrêtés illégaux pro-chasse du ministère de l'écologie. Il est probable aussi que les familles de personnes tuées en randonnant ou au volant de leur voiture saisissent la justice (sauf à ce que certains sachent les en dissuader...). A ce titre, quand on sait qu'un gamine de 17 ans a récemment tué d'une balle de carabine de chasse une randonneuse de 25 ans dans le Cantal (, on mesure la "pertinence" criminelle (certes non intentionnelle) de la décision gouvernementale de favoriser l'accès au permis de chasse pour les plus jeunes en divisant par deux son prix. Cette insécurité récurrente en période de chasse est insupportable pour l'écrasante majorité.
Et qui vous dit que d'autres, sur ce forum et ailleurs, ne sont pas aussi propriétaires fonciers et payent leurs impôts ? Et qu'ils n'en peuvent plus de ne pas pouvoir réellement jouir de leur bien lors des jours de battues, par peur de prendre une balle perdue, ou de voir déferler chez eux une meute de chiens hurlante ? Ou encore qui doivent subir quotidiennement les dégâts des sangliers que leur(s) voisin(s) agrainent discrètement aux fonds des bois, engendrant ainsi une explosion des populations de ces Suidés (but clairement recherché par les amateurs de chasse au sanglier, très nombreux).
Trop, c'est trop !

Pégase | 10 mars 2022 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"c'est dire à quel point il est devenu pénible de débattre" : je vous confirme, nimb, que dans nombre d'instances préfectorales et même ministérielles, il est pénible de débattre, voir même de discuter tout court tant les décisions sont prises en amont entre les représentants des chasseurs et certains, complaisants, de l’État (voir le coup monté de trop avec le lobbyiste en chef des chasseurs qui a motivé le départ de N. Hulot de son poste de ministre d’État).
Quant à votre question portant sur "des exemples PRAGMATIQUES en quoi ces subventions pourraient être contreproductives....", l'article y répond déjà - au moins en partie - en citant l'OFB : "le dispositif mis en place « ne permet pas de garantir une qualité suffisante des projets sélectionnés ». Elle pointe notamment le risque d'associer l'établissement public à des projets « de qualité très faible, voire mauvaise, et qui peuvent parfois aller à l'encontre de ses propres missions »". C'est plutôt clair.
Dans le cas présent, l'argent public est donc à tout le moins utilisé de façon inappropriée, si ce n'est pour financer on ne sait quoi.
Un comble quand on voit comment les fonds publics sont par ailleurs très contingentés et font l'objet d'une grand rigueur dans leur octroi et la justification de leur bon usage. Ce qui ne poserait pas de problème du moment que tout le monde est bien logé à la même enseigne, ce qui n'est visiblement pas le cas.

Pégase | 10 mars 2022 à 11h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'OFB, Office Français de la Biodiversité est cité dans cet article.
Quelqu'un sait-il ce qu'est l'OFB ? Ce que fait l'OFB ? Quels sont les organismes regroupés au sein de l'OFB ?

Prenons l’exemple, parmi ces organismes de l’ONEMA. La question de l’eau a été confiée à l’ONEMA entre 2006 et 2016, Établissement Public Administratif doté d’un budget de 110 M€ servi par 900 agents. Un rapport de la Cour des Comptes, sévère, a conduit à la dissolution de l’ONEMA, qui est devenu une des directions de l’Office Français de la Biodiversité, doté d’un budget de 430 M€ servi par 2 800 agents.
Lorsque le contrôleur des comptes publics signale la nécessité de corriger ou de réformer un organisme public, la réponse du pouvoir exécutif consiste à poursuivre les mêmes erreurs avec davantage d’argent public et de fonctionnaires.

Précisons aussi que l’OFB est une administration virtuelle. A l’adresse du Siège, 5 square Félix Nadar à Vincennes, il n’existe pas de bureaux, pas d'accueil, pas de personnel aux heures d’ouverture de l’administration. Le site Web de l’OFB, d’une grande qualité éditoriale et graphique, invite au Congrès mondial de la nature mais le moteur de recherche ne produit aucune information utile et ne permet aucun contact.

Qui, dans ce fil de discussion, parlait de l'usage et du contrôle de l'argent public ?

henri le roy | 10 mars 2022 à 12h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La question de ce qu'est réellement l'OFB est en effet intéressante. AE a d'ailleurs consacré il y a deux ans une interview de son directeur, Pierre DUBREUIL, (https://www.actu-environnement.com/ae/news/biodiversite-vision-integrative-territoriale-enjeux-34770.php4) et nous étions alors plusieurs à nous étonner des propos rapportés plutôt orientés en faveur des chasseurs.
L'avènement de ce nouvel établissement fut long et laborieux et ne fût possible qu'à partir du moment où la FNC a réussi à obtenir ce qu'elle voulait (exemples : 10 % des sièges du Conseil d'administration, des budgets consacrés à des actions hors cadre, ce que dénonce aujourd'hui l'OFB). Pour mémoire, la FNC avait auparavant tout fait pour empêcher la fusion de l'ONCFS avec l'Agence française de la biodiversité, jugeant cette dernière trop "écolo".
Quant à l'adresse du siège, l'adresse figurant sur le site de l'OFB est 12, cours Lumière 94300 Vincennes.
Pour mémoire derechef, la Cour des comptes a également épinglé il y a quelques années la gestion de la FNC...

Pégase | 10 mars 2022 à 13h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne vais pas m'attarder sur ce type de discussion où je n 'apprends pas grand chose sinon que tel machin est jugé néfaste par des organisations parce qu'elles jugent leurs projets pas satisfaisants, et que ces machins sont financés par l'argent public et patati et patata..... je pose la question de savoir si quelqu'un a UN ou plusieurs exemples imagés de ces fameux projets jugés pas satisfaisants.
On pourra ainsi, nous aussi, juger par nous même et pas déléguer cette réflexion à quelques "initiés et autorisés à penser" dont je ne partage pas forcément les mêmes avis.

nimb | 11 mars 2022 à 09h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

à nimb : quand je sais que chaque année des gens qui n'ont rien à voir avec ce loisir qu'est la chasse meurent ou sont gravement blessés d'une balle perdue, cela me suffit amplement pour "juger par moi même".

Pégase | 11 mars 2022 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Pégase, j'ai été informé de ce malheureux accident de chasse au journal TV de 20h ce qui m'a étonné, ce type d'informations nourri les gazettes locales habituellement (lobbying?). Le tabac tue 75000 Français chaque année (évitable) , on ne ferme pas pour autant le bureaux de tabac. La route tue 1400 usagers chaque année (chaque cas est un drame humain pour les intéressés et leurs familles respectives) on ne supprime pas les permis de conduire. Avec le temps, on a réduit de façon importante le nombre de mort sur les routes par des voies pour les piétons , les cyclistes , les véhicules lents /rapides, mais aussi le port de la ceinture, les limitations de vitesse.... Pour moi dans les chemins /bois et forets, il faut aussi respecter certaine règles et les différents usages : des jours de chasse identique sur toute la France (+lisible),c'est à priori 2 jours actuellement , reste 5 jours pour pour les VTT, l'équitation, les randonneurs, les promeneurs de chien, les ramasseurs de champignons.... et peut être aucune activité pour laisser se reposer la faune et la flore dans des secteurs trop fréquentés .Les usagers de la route sont plus nombreux et ont aussi changé avec les années. Dans l'espace de liberté gratuit et entretenu que sont nos chemins, bois et forêts essayons ensemble de comprendre que certains perdent de la liberté(chasseur, propriétaire foncier et autres nouveaux usagers) pour que d'autres en trouvent.

JB | 11 mars 2022 à 12h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si l'info passe désormais au journal TV de 20h et ne fait plus seulement qu'alimenter la rubrique des "faits divers" des quotidiens ruraux, c'est peut-être bien que les rédac' chefs ont bien perçu l'exaspération des français face à ces drames évitables et à leur raz-le-bol de cette insécurité.
Bien sûr que la route et le tabac tuent bien d'avantage. Mais la différence fondamentale, c'est que la chasse est un loisir qui met en œuvre des armes qui sont conçues et employées pour être létales, ce qui n'est pas le cas de vos exemples.
Qui plus est, comme vous le mentionnez, des mesures gouvernementales, de plus en plus contraignantes, sont prises pour en limiter la mortalité. Pour la chasse, ce gouvernement a fait exactement l'inverse en favorisant l'accès du plus grand nombre au permis de chasser, notamment en divisant par deux son coût, et on en mesure déjà les conséquences avec cette jeune fille de 17 ans, armée d'une carabine très puissante, qui tue accidentellement une autre jeune femme. Cela doit faire réfléchir et agir de façon responsable dans une société moderne.
Quant aux 5 jours par semaine sans chasse en France, je pense que vous plaisantez ! Si je vous lis bien, cette randonneuse abattue un samedi dans le Cantal sur un chemin de randonnée est finalement responsable d'avoir mal choisie son jour de loisir !!!

Pégase | 11 mars 2022 à 13h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Dommage, certains sont toujours en pointe pointe pour critiquer la chasse... Prendre pour argent comptant les articles et recours de la LPO... Évidemment la sainte parole d'une association en tout point irréprochable et qui depuis des lustres se permet de donner des leçons au monde entier... Dommage cela dessert la cause qu'ils sont censé défendre

Rien que la LPO nationale affiche un budget rondelet de 20 millions d'€ annuel (sans compter les antennes locales donc consomment de la subvention et du mécénat au détriment des autres associations). Le budget de la LPO qui se porte beaucoup mieux que la biodiversité... ça c'est certain. et vu leur bilan et le bilan en matière de protection de la nature, ils pourraient avoir un peu plus d'humilité.

Qu'il y ait 15 millions d'€ de plus pour les chasseurs qu'il y ait 20 millions d'€ pour les pêcheurs qu'il y a des centaines de millions pour les agriculteurs pour faire des actions de conservation de la trame écologique devrait pourtant être une source de satisfaction pour ces 3 ONG ??? Et bien non !

Faire l'effort de vous renseigner précisément sur ce qui est mis en place par ces hommes et ces femmes...

Non surtout pas, on ferme les yeux sur ce qui pourrait être bien fait, certaines de leur supériorité et de leur bonne parole, elles expriment leur haine et donnent des leçons. Dommage que vous tombiez dans le panneau du Lobby de la LPO.

laurent | 11 mars 2022 à 17h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ laurent : votre attaque en règle (je me refuse pour ma part à utiliser également le mot "haine", élément de langage passe-partout que les détracteurs des environnementalistes dégainent facilement sur ces forums) cible la LPO (que je ne porte pas personnellement aux nues, connaissant le type de rapports avec d'autres associations qu'elle est capable de vouloir établir, tout du moins à l'époque M. METAIS), vous avez sans doute vos raisons. Mais vous oubliez que l'ASPAS et l'OPIE sont jointes au recours au TA de Melun. Ça rentre aussi dans la valise "haine" ?
Quant aux centaines de millions d'euros que vous voyez attribués aux agriculteurs pour faire de conservation au bénéfice de la TVB, je suis ravi de l'apprendre. Car à part quelques maigres aides fugaces pour des MAE sporadiques et pour l'AB (moins de 10% de la SAU actuellement), il y a surtout des crédits PAC pour intensifier les pratiques de productions agricoles, donc accroître toujours davantage la pression néfaste sur l'environnement, la biodiversité et la santé des riverains.

Pégase | 11 mars 2022 à 18h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sans parler de la photo qui est choisie pour illustrer cet article... pourquoi ne pas mettre une société de chasse et ses bénévoles, leurs familles, enfants, amis entrain de réparer une source, de mettre en place une haie dans un parcellaire agricole qui en est dépourvu, un chantier nature d'arrachage de jussie, de réhabilitation d'une micro zone humide, de comptage de faune sur une zone humide, de ramassage des déchets, de réouverture de milieux en zone de garrigues conformément aux prescription d'un plan de gestion d'espaces naturels...

Non surtout pas, ce serait reconnaitre que le monde de la chasse fait aussi des choses bien dans la conservation...

On préfère parler du dernier accident... Ca ça fait le buzz, ça occupe les médias, tout le monde est d'accord c'est terrible, les chasseurs sont des enquiquineurs qui tuent les français...

Sur le blog d'Actu Environnement j'attends d'autres échanges que le fond du panier en matière d'analyse des enjeux de conservation et pourquoi pas de cohabitation que BFM TV comme source d'information et de réflexion...

laurent | 12 mars 2022 à 09h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'acharnement des "inactifs du terrain" contre les chasseurs, dont fait visiblement partie Pégase, montre bien qu'il sera impossible de dialoguer avec ces extrémistes dont les arguments repris et tronqués sont ressortis à longueur de journée! Non Pégase, le permis à 200 € n'est pas un cadeau à tous les chasseurs (deuxième avis). Avant, avec un permis départemental, sur mon département, à 165 € environ, le chasseur pouvait chasser sur les communes voisines et limitrophes, maintenant il lui faut un permis nationale à 200€. Donc pour lui et très souvent pour une majorité des chasseurs de petit gibier, le coût est majoré.
Pour ce qui concerne les articles de journaux, ou la presse en général, il vaut mieux mettre l'accent sur un accident que sur les efforts engagés pour éviter son renouvellement, ou les responsabilités de chacun. La nature peut être partagée, mais elle n'appartient pas à tous et les affrontements engagés par des "néo ruraux" face à une population locale qui ne leur à rien demandé, une dernière preuve est la condamnation récente d'un éleveur en conformité avec les P C et autorisations préfectorales, suite à la plainte de nouveaux arrivants. Triste avenir pour cette campagne, où certains voudraient la faire vivre selon les horaires des villes, avec les mêmes services et gratuits en plus!

jmf | 12 mars 2022 à 10h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci NIMB pour votre question

Enfin quelqu'un qui s'intéresse à ce qui est fait sur le terrain par les chasseurs et dépasse les clivages stériles...

https://www.chasseurdefrance.com/agir/nos-actions-sur-le-terrain/

près de 1000 actions en faveur de la trame écologique faites par les chasseurs qu 'ils soient retraités, ouvriers, cadres, entrepreneurs du monde rural, élus locaux etc. etc. Bref des hommes et des femmes, des concitoyens, qui ne méritent pas qu'on les traite de tous les noms sous le simple prétexte qu'ils sont chasseurs...

Arrêtons d'ostraciser les chasseurs !

laurent | 12 mars 2022 à 15h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ jmf : lorsque vous écrivez "[...] les affrontements engagés par des "néo ruraux" face à une population locale qui ne leur à rien demandé [...]", vous pensez certainement à la majorité des chasseurs qui est désormais d'origine urbaine et vient se divertir à la campagne !
A ce titre, je me permets de reprendre ici une citation très instructive du lobbyiste en chef de la FNC, M. COSTE, publié dans La Croix et reprise dans un récent article de M. RADISSON dans AE : "« L'idée que défendre la chasse revient à défendre la ruralité dans son ensemble est une assimilation fallacieuse mais que nous avons réussi à installer »". Bel aveu prouvant que la confusion ruralité / chasse est parfaitement pensée, voulue et instrumentalisée à tous niveaux de la société.

Pégase | 12 mars 2022 à 15h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci laurent pour cette référence internet Chasseurs de France totalement impartiale ! lol !

Pégase | 12 mars 2022 à 15h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pégases: les références à certaines revues seraient logiques lorsqu'il s'agit des vôtres, mais comiques si il s'agit des autres! Quand vous écrivez que la majorité des chasseurs serait "urbaine" il serait bon de préciser le niveau de concentration urbaine; pour ce que je constate, la majorité des chasseurs vient encore de "zones rurales", et habite de petites villes ou villages. Mais je reconnais qu'ils ne sont plus majoritairement des "paysans" ou des "agriculteurs"
Je constate aussi que de reprendre que partiellement le texte dans un journal fait partie intégrante de cette attaque perpétuelle contre la chasse, mais pire contre les chasseurs, c'est à dire pas contre un principe, mais contre des individus. Ce n'est pas avec cela que nous pouvons construire.

jmf | 13 mars 2022 à 10h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je constate amusé que 30 ans après, le sketch des Inconnus est on ne peut plus prolongé : les faux chasseurs et les vrais chasseurs, les fausses associations écolos subventionnées et les vraies associations écolos subventionnées,les faux néo-ruraux et les vrais néo-ruraux, les faux sites internet impartiaux et les vrais sites vraiment impartiaux.... et j'en passe.
Je proposerai pour conclure la catégorie des faux écolos et des vrais écolos, et surtout les faux débats (vu qu'il ne peut visiblement y en avoir de vrais sur ce genre de sujet)..... bon dimanche tout de même.

nimb | 13 mars 2022 à 13h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pegase,

allez lire ces exemples d'actions faites par le monde de la chasse. ALLEZ LES LIRE, ET REMETTEZ LES EN CAUSE SI ELLES SONT FAUSSES.

Non le problème c'est que de vous faire avouer que le monde de la chasse fait aussi des choses bien pour nature, c'est impossible ...

Dans votre lobbying anti chasse et combat de tous les jours. De façon dogmatique cela vous pose un problème.

Rappelez vous que l'UICN cher monsieur ou madame d'ailleurs (caché que vous êtes derrière votre pseudonyme), reconnait ce principe que conservation par les usages... Oui parce qu'on pêche, parce qu'on chasse on s'intéresse et on s'investit dans la conservation de la nature, beaucoup plus que de nombreux citoyens... C'est également maintenant inscrit au code de l'environnement, dans les principes généraux.

Ce sont des faits que vous ne voulez pas reconnaitre, préférant de façon simpliste en rester sur les grands méchants lobbyistes chasseurs... Sachez cher monsieur, que les chasseurs s'en passeraient bien de ce travail de représentation au jours le jour, s'ils étaient un peu moins inutilement attaqués... Je dis bien inutilement, quand l'on sait que nous avons 180.000 espèces de faune et de flore à conserver et que l'arbre cachant la forêt vous vous focalisez sur les quelques dizaines d'espèces chassables...

Faites l'effort de lire et de vous renseigner avant d'ostraciser les gens... Cela donnerait un peu de hauteur à nos débats.

laurent | 14 mars 2022 à 08h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Question déferlante de propos anti-écolo, je ne suis pas déçu ! Il est d'ailleurs assez cocasse de lire plus haut que d'aucun dénonce les attaques contre les individus : faites ce que je dis, pas ce que je fais, en somme ! C'est forcément l'écolo de service qui est le vilain petit canard et, face à des chasseurs, il est clair qu'il constitue une cible toute désignée. Mais j'ai le cuir épais et ai appris à encaisser, avec le temps.
Les réactions lues ne sont-elles d'ailleurs pas plutôt le reflet de la gêne de plus en plus évidente d'une petite minorité, certes très organisée et influente aux niveaux décisionnels, face à la réprobation croissante de la grande majorité de la population ?
J'ai travaillé il fut un temps avec des techniciens de fédés de chasse sur un projet de conservation d'espèces protégées de plaine en lien avec Natura 2000, donc avec des enjeux dérangement liés à la chasse. A l'époque, le slogan des chasseurs que l'on voyait s'afficher au cul des C15 D était "La nature est notre culture". Et l'un des techniciens de fédé de m'avouer que circulait sous le manteau de ses collègues la suite de ce slogan : "... sa destruction notre passion !".
Tellement instructif et drôle, surtout lorsque le trait d'humour provient de l'intérieur !

Pégase | 14 mars 2022 à 20h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pégase, merci pour vos références, qui, si elles ne sont pas inventées (avis de l'un des techniciens comme vous le dites), datent de plus de 20 ans. La chasse et la majorité des chasseurs n'en sont pas là. Il est bon d'être en retrait pour mieux juger, mais en retrait de 20 ans c'est sans doute trop, et c'est ce qui peut aujourd'hui expliquer cette opposition totale à la chasse et surtout aux chasseurs. - petit rappel, merci de retrouver les dernières conclusions sur 30 ans de de natura 2000, pour juger ce qui a été dit et réellement réalisé-

jmf | 15 mars 2022 à 09h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

JMF merci pour votre message, on se sent moins seul des fois. je répond à Pegase, "réprobation croissante d'une majorité de la population" oui mais population qui subit la désinformation d'une minorité de personnes mal intentionnées => population mal informée totalement ignorante de la réalité des faits sur le terrain

1800000 espèces inscrites à l'INPN 2/3 d'espèces et d'habitats naturels en mauvais états de conservation lors du dernier rapportage Natura 2000, la même semaine on autorise les néonicotinoïdes, mais on interdit les chasses traditionnelles avec gros tweet de victoire de la ministre... Un grand pas pour la conservation sois disant !

Sympa la com pour le grand public...

laurent | 17 mars 2022 à 13h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Avec les abus et les dérives de ce qu'est devenue la chasse aujourd'hui (une industrie) et dont tout un chacun peut avoir connaissance désormais, nul besoin de "désinformation d'une minorité de personnes mal intentionnées" : certains chasseurs et bon nombre de leurs représentants, très politisés, le font très bien d'eux-mêmes !
Il n'y a plus grand monde à croire qu'il est possible de protéger la biodiversité à coups de fusils. Car à part quelques actions symboliques - dont certaines peuvent avoir leur intérêt -, le but de la chasse demeure le coup de feu et voir la cible qui s'écroule.

Pégase | 17 mars 2022 à 16h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah Pegase, enfin

j'y vois une petite note positive enfin depuis des mois je l'attendais

c'est du timide timide mais c pas mal "dont certaines peuvent avoir leur intérêt", c ce que je retiens

EEEh oui parce que nous chassons certains d'entre nous faisons des actions de conservation de la nature...

On pourra aussi débatte sur le but de la chasse dont vous parlez... Le coup de feu et la cible qui s'écroule... Vous voyez ce sera intéressant... Quand je vais à la palourde... aux champignons ... ou à la telline ou à la daurade, ou au bar, point de fusil point "de cible qui s'écroule" mais la même passion pour la quête... le but de la chasse est donc pluriel... et ne peut être réduit à "la cible qui s'écroule"... J'ai l'impression qu'on est à l'éléphant...

Ah trés intéressant aussi, pour ou contre la chasse à l'éléphant qui redémarre au Zimbabwe... personnellement je suis contre ... me viendrait pas à l'idée d'abattre un si bel animal... Pourtant il faut bien réguler les populations en surnombre dans certains parcs nationaux du sud de l'afrique et générer des revenus... Mince encore, la chasse peut être utile... pour les populations locales et les gouvernements qui peinent à trouver des fonds pour la conservation de leurs aires protégées... très chouette débat technique à avoir.

laurent | 18 mars 2022 à 10h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous cherchez une action de conservation pertinente ? Très simple : supprimez les munitions au plomb (ou encore mieux : supprimer les munitions tout court) ! Efficacité garantie pour les rapaces : https://www.lemonde.fr/sciences/article/2022/03/20/ces-rapaces-plombes-par-la-chasse_6118358_1650684.html.
Certes, il s'agit des "becs crochus", qui ne sont pas particulièrement bien vus des chasseurs. Mais quand on se prétend "premiers protecteurs de la nature", on ne peut se permettre le luxe de faire la fine bouche. Du concret donc, sans délai SVP.
Et sans rejouer l'entourloupe de l'utilisation de munitions sans plomb à moins de 100 m des zones humides, que personne ne respecte (car c'est plus cher, ça abîme l'âme du canon et ça oblige à des manutentions de munitions).

Pégase | 22 mars 2022 à 08h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RiverSurveyor : profileur acoustique pour la mesure de débits en rivières Xylem Analytics France