En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Chasse des oiseaux sauvages : la France est-elle prête à respecter le droit européen ?

Biodiversité  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Depuis 2009 et la directive concernant la conservation des oiseaux sauvages, la France déroge à la protection de ces espèces en accordant chaque année des quotas de chasse pour certaines d'entre elles et notamment par des pratiques « traditionnelles » mais interdites. Les arguments mis en avant auprès de la Commission européenne pour justifier ces dérogations ne la convainquent plus désormais. La France doit se mettre en conformité. Et la nouvelle ministre de la Transition écologique Barbara Pompili semble prête à passer le cap.

Lors d'une réunion organisée avec la Fédération nationale des chasseurs (FNC) le 17 juillet dernier, la ministre a prévenu qu'elle ne souhaitait pas donner de quotas de chasse à la glu, l'une des méthodes interdites, pour la prochaine saison 2020-2021. « La ministre a clairement indiqué qu'elle projetait de répondre aux injonctions européennes de façon positive et très rapidement, résume Willy Schraen, président de la FNC. Il est évident que la FNC ne pourra accepter la décision de sa ministre de tutelle, et que celle-ci fera l'objet d'une action juridique appuyée », prévient-il.

Pour la LPO, « la fin du piégeage dit traditionnel est heureusement inéluctable. Car contrairement à ce que prétendent les chasseurs, la chasse à la glu est cruelle, non sélective et peu contrôlée. » La LPO attend de la France qu'elle se mette aussi en conformité en faisant cesser toutes les chasses traditionnelles, mais également en retirant de la liste des espèces d'oiseaux chassables celles en mauvais état de conservation (soit 20 sur 64 chassables) et en mettant un terme à la chasse des oiseaux migrateurs en février.

Mais ce n'est pas pour tout de suite puisque la France prévoit d'autoriser la chasse à la tourterelle des bois alors qu'elle fait partie des espèces menacées. Le ministère vient aussi de publier les arrêtés suspendant jusqu'au 30 juillet 2021 la chasse de la barge à queue noire et du courlis cendré en attendant la mise en place de la gestion adaptive pour ces espèces, comme c'est le cas pour la tourterelle des bois. La chasse de ces deux oiseaux sauvages pourrait ainsi reprendre l'année prochaine.

Réactions5 réactions à cet article

 

Ca nous changerait en effet que la France se conforme enfin au droit européen (qui est supérieur au droit national, semble-t-il utile de la rappeler à certains) en matière de non destruction de la biodiversité. Il est plus que temps que le plaisir morbide de certains cesse de plomber la biodiversité sauvage, la réputation de notre pays et ses finances publiques, tant il est parfaitement prévisible que tout arrêté ministériel non conforme au droit européen sera cassé, aux dépens du contribuable et non des seuls responsables.

Pégase | 01 août 2020 à 23h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas grave quand un probable candidat* au moins à la candidature pour la prochaine présidentielle affirme que les chasseurs sont les meilleurs défenseurs de l'environnement.

Faut bien leur offrir un peu de distractions .


* Un certain Xavier Bertrand, président de la région Hauts-de-France

Sagecol | 06 août 2020 à 08h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les sécheresses de plus en plus longues tous les ans depuis 20 ans sont fatales à toute la biodiversité et donc à l'humanité !
alors qu'on passe 3 saisons les pieds dans l'eau ....

Si tout le monde avait le bon sens de faire comme les agriculteurs, des réserves d'eau l'hiver (particuliers, villes, industriels, etc ...) pour épargner les nappes phréatiques l'été on ne parlerez jamais de sécheresse !

laurent | 06 août 2020 à 09h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On s'intéresse sur les chasseurs qui années après années sont de moins en moins nombreux, mais on est aveugles sur les sites ou ils passent l'hiver, c'est incohérent, la lpo serait donc orientée contre les Français mais pas les autres,

pemmore | 06 août 2020 à 09h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ pemmore : on se sait effectivement pas tout du sort que connaissent les oiseaux migrateurs sur leurs quartiers d'hiver. Mais d'une part des protocoles de suivis et de conservation existent avec certains pays, d'autre part la problématique ne concerne les seules espèces migratrices qui partent hiverner au Sud. Enfin, changement climatique faisant, des effectifs de plus en plus conséquents d'espèces migratrices, protégées ou chassables, hivernent dans l'Hexagone (exemple très visible : la Grue cendrée). La problématique de la conservation des oiseaux en période de chasse est donc très largement franco-française.
La cohérence commence par balayer devant notre propre porte tricolore et, de toute évidence, il y a déjà fort à faire !

Pégase | 13 août 2020 à 12h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager