En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Deux espèces de la liste rouge de l'UICN deviennent chassables

Les représentants des chasseurs ne sont pas rentrés bredouille de leur rencontre avec Nicolas Sarkozy le 30 janvier. Parmi leurs prises, la suspension du moratoire sur la chasse de l'eider à duvet et du courlis cendré.

Biodiversité  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Le président de la République a reçu le 30 janvier à l'Elysée les représentants de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) et de l'Association nationale des chasseurs de gibiers d'eau (ANCGE). Comme l'indique la FNC, la rencontre "n'aura pas été vaine". Au grand dam des associations de protection de la nature qui dénoncent les concessions faites aux chasseurs dans cette période électorale.

Plus d'espèces chassables

L'assouplissement porte tout d'abord sur un élargissement de la liste des espèces chassables. Avec, la levée du moratoire sur la chasse de l'eider à duvet et du courlis cendré sur le domaine public maritime. Le premier, rappelle la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) est une espèce "en danger" selon la liste rouge des espèces menacées en France publiée par l'UICN France et le Muséum national d'histoire naturelle de Paris. Le second est classé "vulnérable" selon cette même liste, et "quasi-menacée au niveau mondial", indique la LPO. "Ces moratoires faisaient partie d'un accord signé à la table ronde chasse en 2008, dont l'Etat s'était porté garant", rappellent FNE, la Ligue ROC et FNH.

Le Gouvernement a également rendu chassable la bernache du Canada jusqu'en 2015, via un arrêté publié le 24 décembre dernier au Journal officiel. Qualifiée d'"espèce exotique envahissante", le ministère de l'Ecologie précise que ces oies "colonisent les habitats au détriment d'autres espèces, polluent les eaux et les espaces verts via leurs déjections, vectrices de maladies".

De plus, "Nicolas Sarkozy a également promis aux chasseurs de prendre des décisions dès mars prochain pour autoriser les chasses traditionnelles d'espèces protégées (bruant ortolan et pinsons dans les Landes), en toute illégalité", s'indigne Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO.

Chasser plus longtemps

Concernant les oies, le Conseil d'Etat a enjoint la ministre de l'Ecologie, par une décision du 23 décembre dernier, de fixer une date de clôture de la chasse aux oies cendrées, aux oies rieuses et aux oies des moissons qui ne soit pas postérieure au 31 janvier, alors que cette date était fixée au 10 février jusque-là. La Haute juridiction administrative avait donné un mois à la ministre pour modifier cette date.

L'arrêté modifiant cette date est effectivement paru in extremis au Journal officiel. Mais, surprise, Nathalie Kosciusko-Morizet a voulu soumettre un autre arrêté, au Conseil national de la chasse et de la faune sauvage du 31 janvier, autorisant la chasse des oies "aux fins d'études scientifiques" du 1er au 10 février 2012. Faute de quorum, le Conseil n'examinera toutefois le texte que vendredi. En tout état de cause, "aucune raison scientifique n'exige de tuer des oies après la fermeture de la chasse", s'indignent FNE, la Ligue ROC et FNH. "En réalité, sous couvert d'études, il s'agit de contourner la décision du Conseil d'Etat", dénoncent les associations.

Le pigeon ramier, quant à lui, a vu sa période de chasse étendue de 10 jours supplémentaires dans le Nord de la France, via un arrêté paru le 22 décembre dernier au Journal officiel. L'objectif affiché par le ministère de l'Ecologie ? Diminuer les impacts de cette espèce sur l'activité agricole. L'allongement de la période de chasse de cette espèce dans le Limousin, de même que celle des grives et des merles dans la Drôme et l'Ardèche, et de celle du gibier d'eau sur l'arc méditerranéen, sont également à l'étude, a annoncé Nicolas Sarkozy.

La chasse au vanneau, qui ouvrait le 15 octobre, sera autorisée un mois plus tôt à compter de la saison prochaine. En outre, l'ouverture générale de la chasse serait avancée d'une à deux semaines dans les départements du nord de la France.

Pas d'évaluation scientifique selon les ONG

Les ONG dénoncent des mesures prises en urgence "sans aucune évaluation scientifique" du Groupement d'études sur les oiseaux chassables (GEOC), instance créée à la suite de la table ronde chasse de 2008. "En agissant ainsi, le président de la République fait fi de la nouvelle gouvernance qu'il a prônée dans le cadre du Grenelle de l'environnement, des décisions de la table ronde chasse qu'il avait instaurée et des recommandations des scientifiques", dénoncent FNE, la Ligue ROC et FNH dans un communiqué commun.

Plus incisive encore, la LPO "dénonce avec vigueur ces annonces démagogiques au profit de l'intérêt d'une seule catégorie d'usagers de la nature, qui va d'ailleurs bénéficier d'une loi leur accordant encore plus de privilèges et davantage de facilités, loi qui sera débattue au Sénat le 3 février prochain". A la sortie de leur rencontre avec le président de la République, les représentants de la FNC se réjouissaient effectivement d'avoir ramené "dans leur carnier" le "bouclage des deux lois « chasse » et « armes »" avant la fin de la session parlementaire.

"Protéger les espèces menacées est absolument indispensable, mais il ne s'agit jamais de protéger pour protéger", a indiqué de son côté Nicolas Sarkozy aux représentants de chasseurs. Les données du GEOC "ne peuvent être mobilisées en sens unique seulement pour restreindre les possibilités de chasse", a ajouté le chef de l'Etat.

Réactions24 réactions à cet article

 

Lamentable ! de sacrifier des oiseaux pour récolter des voix ?
C'est une honte ! les politiques perdent la raison !!!

lesaumon | 03 février 2012 à 09h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sarko et sa bande d'umpistes ont des comportements de mafieux.

Ils protègent les loisirs de flingueurs dans l'espoir de conserver leur
pouvoir.
Sarkozy est le pire, le plus médiocre président ce qui n'est plus une république ...

jms | 03 février 2012 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est sûr que ce genre de négociation hâtive à qq jours des élections n'est pas très reluisante.
Toutefois il ne faut pas non plus en faire une montagne, les décisions prises étant quand même extrêmement limitées...
Les prélèvements d'Eider et de Courlis cendré par les chasseurs de France sont loin de mettre en péril ces espèces! De même l'autorisation de "prélever à des fins scientifiques" des oies pendant 10 jours ne changera vraiment pas l'état des populations!
La réduction des biotopes favorables à leur hivernage et à leur reproduction est à mon avis beaucoup plus impactant...

rouki | 03 février 2012 à 10h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C EST LE TEMPS DES CADEAUX, ON SE DEMANDE COMMENT UN PRESIDENT PEUT ÊTRE AUSSI LÉGER DANS LA GESTION DU PAYS A LA VEILLE DES ÉLECTIONS...FAUT-IL PARLER DE GRANDEUR DE L HOMME OU BÊTISE DES HOMMES...DÉMOCRATIE OU DÉMO-CRASSIE...

bertrand | 03 février 2012 à 11h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C est lamentable que la chasse passe avant la protection de notre bio diversité ; celui ci essaie peut etre de flaté un électorat mais il a perdu le mien et j espère que tous les amoureux de la faune et de la flore suivront ...
Le loup est en train de subir le meme sort alors que l on a telllement venté sa réintroduction , résultat on autorise d avantage de prélèvements ...
On parle de modernité mais l humanité et le respect de notre environnement ne semble pas etre pour demain ...

corinne | 03 février 2012 à 13h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est prêt à tout !
Lors de ses voeux adressés au monde rural, le 17 janvier dernier, Nicolas Sarkozy avait promis de faire le point sur toutes les réformes en cours de négociation liées à la chasse.
C est aujourd'hui chose faite.
Le Président a décidé de lever immédiatement les interdictions concernant la chasse du Courlis, de l'Eider à Duvet et du Vanneau Huppé.
La chasse de ces oiseaux pourra donc reprendre dès la prochaine ouverture générale.
Les chasseurs, qui représentent 1,2 millions d'électeurs, ont plutôt tendance à voter FN au premier tour... (Sauf peut-être un, David Douillet !)
"Tuez les Eider à Duvet et les Courlis, mais surtout, votez Sarkozy !"
Il ne reculera devant rien pour assurer ses prébendes !
C'est dire la "hauteur" du personnage !

Tireman | 03 février 2012 à 13h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

sacrifier des oiseaux pour récolter des voix ! en tout cas c'est sûr, ce Monsieur n'aura pas la mienne !

line | 04 février 2012 à 01h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est sur que 10 jours de plus à chasser les oies ne vont peut-être pas changer la face du monde... Mais c'est pour le principe! Comment avoir envie de croire en un gouvernement qui contourne les lois de manière aussi grossière? Et pour le bénéfice de qui? Sûrement pas de la science...

Caro | 05 février 2012 à 13h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est effectivement lamentable de faire un cadeau électoral aux chasseurs.
Quant à la pseudo protection des oies, allez voir ce qui se passe aux Pays bas où les oies sont soit disant protégées. Au final, les oiseaux son gazés par centaines pour limiter leur impact sur les denrées agricoles.
Peu d'asscosiation de protection de la nature condamnent ces faits : étrange ....

robin | 06 février 2012 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est clair que ce président a perdu mon vote pour l avenir

coco71 | 06 février 2012 à 11h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas de limite, pas de morale (si, une : ma gueule)...Tout est bon. Si vous n'avez toujours pas compris que le pays est (soi-disant) dirigé par des incompétents, le petit Nico nous confirme qu'il est vraiment idiot. Quant à la raison ils n'en ont jamais eue. Ce n'est pas demain qu'on le verra chercher du travail. En attendant les abrutis-à- cartouchières-et-à-gros-bide-qui-se-prennent-pour-des-hommes vont continuer à semer du plomb...Allez, avec en peu de chance, ils se tireront dessus !

serge | 06 février 2012 à 11h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour à tous.

Afin de vous faire une idée de l’état des populations d’Anatidés dont font parti :
L’Oie cendré classée en VU (Vulnérable).
L’Eider à duvet, classé CR (En danger critique d’extinction).

Et de Limicoles, dont font parti :
La Bécassine des marais, classé EN (En danger).
Le Barge à queue noire, classé en VU (Vulnérable).
Le Courlis cendré, classé en VU (Vulnérable).

Je vous convie à prendre connaissance d’une plaquette édité par le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer.
http://www.oncfs.gouv.fr/IMG/file/oiseaux/oiseaux-eau/ENQUETE_NATIONALE_LIMICOLES_ANATIDES_NICHEURS_2010.pdf

Je précise que ce « président » n’a pas perdu mon suffrage, pour la bonne raison qu’il ne l’a jamais eu !

Tireman, chasseur…, d’images !!!

Tireman | 06 février 2012 à 11h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Tireman, la lecture, page 33, de la fiche concernant l'Eider à duvet, on voit que la population nicheuse en France (c'est bien uniquement sur cela que l'étude porte), est de 3 à 5 couples en 2008...avec extinction presque totale à cause de l'ERIKA, pour une population européenne estimée à 1 million de couples.
Certes la population nicheuse en France de ces espèces est menacée (la France est-elle seulement dans leur aire de nidification?) mais la chasse ne se fait pas pendant leur reproduction, et concerne essentiellement les populations migratrices et hivernantes. Je me répète, la portée de ces décisions hautement électoralistes ne met pas en péril les populations ce ces espèces.

Pour "Serge" qui souhaite que ces "abrutis".."avec un peu de chance" ..."se tireront dessus", je trouve vos paroles largement hors de propos et franchement injurieuses, elles n'apportent rien au débat sinon de la haine...nul!!!

rouki | 06 février 2012 à 14h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mon cher Rouki,
Vous avez écrit :
" La réduction des biotopes favorables à leur hivernage et à leur reproduction est à mon avis beaucoup plus impactant... "
Je suis entièrement d’accord avec vous.
Mais avouez que la chasse de ces espèces ne va pas arranger les choses, ne croyez-vous pas ?
De plus, ce sont justement les individus migrateurs et hivernant qui sont susceptibles de re-sédentariser des couple reproducteurs sur notre sol.
Cela ce voit souvent, entres autres à l'Ile de Ré, l'un de mes terrains de chasse (photographique) favori.
Donc, " pas de mise en péril ", je serais moins affirmatif…
Cordialement.

Tireman | 06 février 2012 à 15h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Totalement navrant. Et une belle confirmation - pour ceux qui en douteraient encore - que nous vivons dans un "état de droit" qui ressemble plutôt à une république bananière...

Et pour répondre à jms, pas de place pour la mafia en France, nous avons l'ENA :-)

Crazy Squirrel | 06 février 2012 à 21h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mon cher Tireman,
Quel plaisir de pouvoir échanger...de manière constructive!
En effet la chasse n'a pas tendance à favoriser la sédentarisation, en particulier par le dérangement qu'elle génère.
Toutefois, a mon humble avis, il n'y a pour ainsi dire pas de chasse "ciblée" sur l'Eider, et assez peu sur le Courlis cendré.
La présence de réserves, qui permettent le stationnement de populations importantes d'oiseaux en automne/hiver, doit pouvoir permettre une "recolonisation" des secteurs chassés et qui sont souvent propices à la reproduction, car maintenus en zone humide.
Enfin, les mesures telles que le retard de la date d'ouverture de la chasse du Vanneau huppé permettait de réduire les prélèvements sur ces petites populations nicheuses en France. La chasse n'ouvrant que lorsque les populations migratrices étaient arrivées, les prélèvements sont réalisés sur l'ensemble: un "moindre" mal...
Bien cordialement,
Rouki.

rouki | 07 février 2012 à 09h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A quand date élection présidentielle et massacre des oiseaux? question d'un élève à son prof. Son voisin de table lui réponds immédiatement celà date de l'ère Nicolasus Sarkoziensis.
merci

Prince | 07 février 2012 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mon cher Rouki,
Rassurez-vous, je n'ai jamais considéré les "vociférations" comme un moyen d'expression.
Il y aurait une manière assez pragmatique d'œuvre pour la protection des espèces, qui serait de classer toutes les zones humides en réserve naturelle protégée, comme cela s'est fait pour le "Lilau des Niges" à l'ile de Ré.
L'interdiction de chasser y est totale.
Malheureusement, les Anatidés et les limicoles qui ont pour usage de trouver leur provende sur les grèves et / ou dans les eaux peu profondes sont hors des limites de la réserve.
Il est à noter cependant que les maires des communes et une majorité de propriétaires de marais salant ont classé ces zones en "réserve de chasse".
Il reste, dieu merci, des édiles et des citoyens pour parer à l'incurie de ses messieurs de Paris.
D'une manière pragmatique, je reconnais en effet, que de par les dispositions préexistantes, cette mesure "électoraliste" aura un impact limité.
Mais c'est ce principe de mépris de la vie animale qui me fait bondir.
Il est à ce poser la question de la confiance que l'ont peut avoir en un individu aussi méprisant et imbu de sa (très) petite personne.
Cordialement.
Tireman.

Tireman | 07 février 2012 à 11h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En effet, Nicolas Sarkozy déroute de plus en plus l'ensemble de ses concitoyens en voulant faire "plaisir" à certains groupuscules de votants.
De telles décisions forcent à l'interrogation quant aux valeurs de l'individu : lorsqu'on lit des propos comme "il ne s'agit jamais de protéger pour protéger" alors qu'il est question d'espèces en danger, il y a vraiment de quoi se poser des questions.
Je n'en dirai pas plus car n'étant pas un spécialiste du sujet.

Flow | 07 février 2012 à 12h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Que de haine et que de vociférations! Les uns défendent farouchement leurs avantages sans aucune concession (les C....) les autres, souvent en "méconnaissance" de cause, (les é...) veulent tout protéger avec une vision "Bambièsque" de la nature!
Le jour ou chacun acceptera de regarder la"vie sauvage" en face, les choses pourront peut être évoluer.
En attendant défoulez-vous !

dom835 | 07 février 2012 à 14h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Liste rouge de l'UICN n'est qu'un indicateur de l'état de conservation des espèces, Il est donc tout à fait envisageable de ne pas en tenir compte, même si cet indicateur est basé sur des faits scientifiques mesurés.
La grosse erreur viens cependant d'une incohérence complète des textes de loi.
Tout d'abord, le courlis:
- Classé au titre de la directive oiseaux, Annexe II , donc Chasse compatible avec le maintien des populations autorisé
- Classé en Annexe III de la convention de Bernes, donc Protégé
- Classé en Annexe II de la convention de Bonn, Migrateur dont l'état de conservation est défavorable.
Pour l'eider, c'est le même la même chose, avec en plus l'annexe III de la directive oiseaux, destruction interdite des individus et des habitats (restant plus ou moins souple selon les espèces).

Ce que je vois dans tout ça, c'est que la convention de Berne, signée et ratifiée par la France devant prévaloir sur les autres est ignorée.
Et ça représente la France! Et bien elle est belle notre France!

Gobemouches | 10 février 2012 à 10h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour, et merci pour cette recherche, Gobemouche.
Cordialement.

Tireman | 10 février 2012 à 10h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je ne suis pas chasseur, mais je pense que l'on devrait gérer les populations de gibier comme celles des poissons marins: sous un certain seuil (d'équilibre) de population, chasse interdite. Au-dessus d'un certain seuil, on peut chasser (éventuellement avec des quotas: lorsque le quota est atteint, on arrête de chasser. Il faudrait pour cela que les chasseurs déclarent leurs prises...Et pourquoi pas? le "gibier" migrateur n'est pas une propriété privée). Il faudrait aussi diviser la France en 4 ou 5 régions pour s'adapter au terrain: des espèces sont abondantes ici et rares là. Sauf si l'on est contre la chasse par principe, auquel cas la question de la gestion ne se pose plus...Je ne serais pas non plus contre la chasse d'espèces comme le cygne tuberculé ou noir qui envahissent par endroits des plans d'eau ou cours d'eau publics, gênant d'autres espèces. Les oiseaux d'ornement ou autres doivent rester chez les gens qui les ont lâché. Pourquoi les subir ailleurs? (comme les chiens et les chats errants). Sinon on va bientôt avoir un zoo généralisé et non plus un milieu à peu près naturel. L'affectivité et l'anthropocentrisme doivent être bannis lorsqu'on veut gérer les espaces naturels.

dou44 | 14 février 2012 à 20h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La chasse aux voix est ouverte ... !!!!!!!

dden | 27 février 2012 à 22h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…