En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'ouverture de la chasse aux phoques au Canada relance la polémique

À l'annonce de l'ouverture de la chasse aux phoques au Canada et des quotas autorisés, des associations internationales appellent au boycotte des produits dérivés. La polémique sur les conditions d'abatage des animaux revient au premier plan.

Biodiversité  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Depuis les années soixante et la parution d'un documentaire choc, la chasse commerciale des phoques au Canada suscite indignation et colère du côté des associations de défense des animaux. Si depuis les pratiques et la réglementation ont quelque peu évolué, l'indignation est toujours aussi vive. Dernièrement, suite à l'annonce des quotas et des dates d'ouverture de la chasse par le gouvernement canadien, le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) et la Société Protectrice des Animaux (SPA) ont appelé les citoyens et les états à la mobilisation. Une dizaine de personnalités ont répondu à l'appel en alertant le gouvernement français sur le massacre annoncé de 270.000 phoques sur la banquise canadienne. Dans une lettre ouverte adressée à Mesdames Nelly Ollin, Ministre française de l'écologie et du développement durable et Christine Lagarde, Ministre française déléguée au commerce extérieur, les militants demandent au gouvernement d'interdire toute importation, introduction, commercialisation de produits dérivés de phoques. Les associations misent sur un embargo total pour faire cesser cette chasse qu'ils jugent « inutile » et « cruelle ». Elles rappellent d'ailleurs que plusieurs pays ont déjà pris des mesures pour arrêter le commerce des produits en Europe. En janvier, la Belgique est devenue le premier pays de l'UE à adopter une interdiction nationale et l'Allemagne a ensuite annoncé vouloir instaurer son propre embargo. Les associations demandent donc à la France d'en faire autant.

Au Canada, la chasse au phoque est encouragée pour la production de peau, d'huile qui sera commercialisée sous forme de gélules riche en Oméga-3, l'artisanat et, depuis quelques années, pour la viande destinée à la consommation humaine et animale. Face aux accusations des associations de défenses des animaux, le gouvernement canadien rappelle que cette économie fait vivre de nombreux chasseurs. À Terre-Neuve-et-Labrador, au moins 7 collectivités côtières tirent de 15 à 35% de leurs revenus totaux de la chasse aux phoques. Selon lui, au niveau local, cette économie est indispensable même si au niveau national la filière ne représente qu'une faible part du PIB (moins de 1%). Comme pour l'instant l'interdiction totale de la pêche au phoque n'est pas d'actualité, le débat se positionne sur les quotas de capture autorisés et les pratiques d'abattage.

Cette année les quotas ont été fixés à 270.000 phoques soit une baisse de 17% par rapport à 2006. Pour l'IFAW, ses quotas dépassent la quantité de phoques pouvant être prélevée sans engendrer de déclin de la population alors que le gouvernement canadien estime que ce plan de gestion garanti le maintien des populations : comme d'habitude, ces décisions sont inspirées des principes de conservation. En outre, je tiens à m'assurer que les personnes qui dépendent de la ressource pour assurer leur gagne-pain en profitent à long terme, a déclaré Loyola Hearn, ministre des Pêches et des Océans (MPO). D'ailleurs, afin de prouver sa bonne foi le gouvernement a annoncé qu'un nouveau recensement de la population aurait lieu en 2008, soit un an plus tôt que prévu. Mais les associations rappellent que le manque de glace constaté dans le Golfe du Saint-Laurent cette année a déjà provoqué la mort de nombreux jeunes phoques. Les phoques sont à la merci du réchauffement climatique et continuer à les chasser au niveau insoutenable annoncé aujourd'hui est irresponsable, a déclaré Sheryl Fink, chercheuse à l'IFAW. Pour le gouvernement canadien, cette donnée a été prise en compte. Le report de quelques jours des dates d'ouverture de la chasse qui commence normalement fin mars dans le Golfe du Saint-Laurent et la diminution des quotas en est l'illustration.
Cependant même si le gouvernement a instauré des mesures coercitives pour les contrevenants, les associations savent bien que ces quotas ne seront pas respectés comme ce fut le cas au cours des années précédentes.

Concernant les pratiques d'abattage, le gouvernement canadien a mis à jour en 2003 son « Règlement sur les mammifères marins » suite à une consultation de plus de 80 organismes : intervenants de l'industrie, des scientifiques, des universitaires, des fonctionnaires provinciaux et fédéraux, des groupes écologistes et de défense des droits des animaux ainsi que des vétérinaires. Malheureusement un rapport du Groupe de travail de vétérinaires indépendants dédié à la chasse aux phoques du Groenland au Canada, estime que la surveillance de la bonne application du règlement est insuffisante : le ministère des Pêches et des Océans (MPO) doit prendre des mesures qui améliorent la supervision, la surveillance, l'application de la réglementation et la formation des agents. Le rapport incite le gouvernement canadien à diminuer la nature compétitive de la chasse, pour mieux protéger le bien-être des animaux, améliorer la conformité et l'application de la réglementation et assurer un milieu de chasse plus sûr.

Réactions5 réactions à cet article

 
Bravo pour votre article

Enfin un média électronique qui a publié un article avec neutralité, ( même si j'aurais préféré un article contre la chasse aux phoques ), je vous remercie de ne pas avoir pris position pour la chasse.

Chantale | 06 avril 2007 à 03h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Mais où est Greenpeace ?

Le Canada n'est-il pas le pays fondateur de GREENPEACE ?
Que fait l'organisation écologique pour ne pas communiquer haut et fort que son pays est un massacreur de phoques ?

Guillou

Guillou | 15 avril 2007 à 21h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 
On se s'attaque pas au vrai problème ...

Merci pour votre neutralité !

Je suis biologiste et j'ai travaillé quelques années avec le Ministère des Pêches et Océans au Canada et j'ai eu l'occasion de voir le contexte sur place. Il est facile pour des organismes tel le Fonds International pour la Protection des Animaux (IFAW) et la Société Protectrice des Animaux (SPA) de critiquer une tel chose quand on est loin et que l'on ne dispose pas de toutes les informations.
Les populations de phoque du Groenland (une des espèces de phoque chassée au Canada) sont presque à 6 millions d'individus. Ils étaient moins de 2 millions il y a 30 ans. Les populations sont en santé et abondante. La chasse ne met nullement cette espèce en danger.
Il y a des espèces qui sont en train de disparaître (en France aussi ) et qui nécessiteraient peut-être que ces ONG y investissent énergie, temps et argent ! Avis aux bénévoles ...

SV | 17 avril 2007 à 22h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Hello les écolos!!!

Mais où sont les vrais écologistes et biologistes dans ce débat! Cette chasse est totalement légitime tout comme la chasse au cerf de virginie ou encore l'abattage de vache! Utilisé des vrais références scientifiques avant de vous prononcez, ne faites pas seulement écouter les animalistes qui sont contre se "martire" mais qui se promène en hélicoptère tous les jours au dessus des banquise et émettent des tonnes de CO2 dans l'atmosphère. C'est tout aussi cruelle

écolo éveillé | 24 janvier 2008 à 00h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 
recation

je trouve ke c un bellle article toute mes félicitationbravo

lalé | 12 avril 2009 à 15h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager