Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Chasses traditionnelles : le Conseil d'État siffle la fin de la partie

Après l'interdiction de la chasse à la glu en juin dernier, le Conseil d'État porte un nouveau coup aux chasses traditionnelles en France. Il annule plusieurs autorisations ministérielles de chasse dans le Sud-Ouest et les Ardennes.

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Chasses traditionnelles : le Conseil d'État siffle la fin de la partie

Les chasses traditionnelles en France survivront-elles à la justice administrative ? Par plusieurs décisions rendues le 6 août à la demande de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) et de l'association One Voice, le Conseil d'État a annulé les arrêtés ministériels qui autorisaient ces chasses pour les saisons 2018 à 2020. Ces chasses concernaient les vanneaux huppés, pluviers dorés, grives et merles noirs à l'aide de tenderies (filets à terre ou nœuds coulants) dans le département des Ardennes. De même que les alouettes des champs par l'utilisation de pantes (filets horizontaux) et de matoles (cages) dans les départements de Gironde, des Landes, du Lot-et-Garonne et des Pyrénées -Atlantiques.

Ces annulations ne ressusciteront pas les oiseaux tués lors des saisons de chasse concernées par le contentieux. « Dans le Sud-Ouest, plus d'une centaine de milliers d'oiseaux périssent chaque année de cette manière », explique One Voice. « Dans les Ardennes, 5 800 grives et merles étaient capturés tous les ans par pendaison », ajoute l'association. Mais ces décisions, qui font suite à celle relative à la chasse à la glu en juin dernier, rendent en revanche très difficiles la signature de nouveaux arrêtés par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili.

Techniques de captures non sélectives

La Haute juridiction administrative a considéré que les autorisations ne remplissaient pas les conditions posées par la directive « oiseaux » pour déroger à l'interdiction de techniques de captures non sélectives. D'une part, ces autorisations n'étaient pas motivées. D'autre part, la ministre de la Transition écologique n'a pu établir que ces méthodes de chasse étaient les seules à permettre la capture des espèces en cause. Or, comme l'a affirmé la Cour de justice de l'UE via une décision du 17 mars dernier, le caractère traditionnel d'une méthode de capture d'oiseaux ne suffit pas à établir qu'il n'existe pas de solutions de substitution. En effet, ces espèces peuvent aussi être chassées au fusil.

 
Si l'on pouvait concevoir l'usage des chasses traditionnelles en période de disette ou de guerre, il ne s'agit plus aujourd'hui que d'un simple loisir.  
Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO
 
« La tradition n'est plus un motif suffisant pour autoriser des atteintes à la biodiversité. Il faut saluer cette prise de conscience judiciaire et espérer qu'il en sera bientôt de même pour les autres traditions générant de la souffrance animale », réagit Arielle Moreau, avocate de l'association One Voice, suite à ces décisions.

« Si l'on pouvait concevoir l'usage des chasses traditionnelles en période de disette ou de guerre, il ne s'agit plus aujourd'hui que d'un simple loisir, relève Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO. Alors que la biodiversité s'effondre et, avec elle, les populations d'oiseaux, il aura fallu que la France soit mise au pied du mur par la menace d'une condamnation exemplaire devant la Cour de justice de l'Union européenne pour qu'elle cesse enfin d'autoriser ces pratiques de chasse cruelles et non sélectives, alors que la directive européenne de protection des oiseaux date de 1979 ! ».

L'association voit mal comment Barbara Pompili pourrait signer les projets d'arrêtés similaires qui ont été soumis à la consultation du public en juin dernier en vue de la prochaine saison de chasse. Ces textes, qui prévoient d'autoriser la capture de 106 000 alouettes, 5 800 grives et merles, 1 200 vanneaux et 30 pluviers dorés, visent des espèces en mauvais état de conservation ou en déclin, rappelle la LPO. Le vanneau est ainsi classé vulnérable en Europe et quasi-menacé en France. Le ministère de la Transition écologique semble aller dans le sens de la demande des associations. Il a en effet annoncé à l'AFP le retrait des arrêtés en question. Les projets de textes sont toutefois toujours présents sur le site des consultations du ministère.

« Reconquérir nos valeurs rurales »

Mais la Fédération nationale des chasseurs ne souhaite pas en rester là. Elle dénonce une décision « particulièrement inique (…) en contradiction avec la propre jurisprudence annuelle du Conseil d'État depuis ces trente dernières années ». La fédération se dit décidée à examiner tous les recours possibles pour défendre ces traditions.

« Pour nous, les chasses traditionnelles sont l'essence même de la passion de la chasse et seront toujours au cœur de la défense de nos pratiques cynégétiques, assure son président Willy Schraen. Malgré cet échec, il va falloir redoubler de détermination pour se battre tous ensemble pour une véritable reconquête de nos valeurs rurales et de nos traditions ».

Réactions4 réactions à cet article

 

Donc nous sommes devenus les lêches bottes de l'Europe, sommes nous certains pour tout ce qui se passe actuellement de rester avec cette communauté européenne juste capable d'aboyer des ordres sans en trouver le moindre bénéfice?
Je ne suis pas spécialement pro chasse, mais je connais trop la perte de nos cultures régionales, de nos langues locales, de l'invasion catastrophique de lieux qui ont la malchance de disposer d'un trop joli coin.
Je préfèrerait mille fois voire canarder merles et grives et réentendre le parler maraîchin.

pemmore | 12 août 2021 à 13h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Que des viandards manifestent leur aigreur ,on peut le comprendre ,ils voient disparaître leur jeu . Reste que la soi- disant ministre de l'écologie doit suivre la voie de la raison .Il faut l'Europe pour que ce gouvernement prenne enfin une décision raisonnable.

sirius | 12 août 2021 à 16h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Denis Diderot, 1713-1784 : écrivain, encyclopédiste, philosophe :

« Ce n’est point parce qu’il lève les yeux au ciel comme tous les oiseaux, qu’il est le roi des animaux ; c’est parce qu’il est armé d’une main souple, flexible, industrieuse, terrible et secourable. Sa main est son sceptre. Ce même bras qu’il lève au ciel comme pour y chercher son origine, il l’étend, l’appesantit sur la terre pour y dominer par la destruction, pour en bouleverser la surface, et dire quand il a tout ravagé : je règne. La plus sûre marque de la population humaine est la dépopulation des autres espèces ».

ArnauLdL | 18 août 2021 à 16h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Citation de Diderot parfaitement appropriée, ArnauLdL. Qui nous permet de confirmer que cette obsession chez certains de domination de l'espèce humaine sur la planète n'est pas nouveau. Mais les moyens d'y parvenir se sont depuis quelques décennies industrialisées et généralisés partout sur le Globe, induisant une régression sans précédent du vivant (hormis extinction massive naturelle - mais doit-on comparer l'impact de l'espèce humaine à celui d'une méga météorite ?).
Le ministère de la Transition écologique est donc désormais contraint par les tribunaux - puisque le bon sens ne semble guère avoir de place dans son processus politique décisionnel - à faire sa propre transition écologique et juridique. Il doit ainsi en finir avec sa constante et coupable porosité aux lobbies des chasseurs (un lobbyiste comme Thierry COSTE palpe tout de même plus de 200 k€/an de la FDC - source Canard enchaîné, toujours fort bien informé - pour plomber la protection de la biodiversité en France...) et autres destructeurs avérés de l'environnement et de la santé humaine.

Pégase | 31 août 2021 à 10h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Sonde EXO : surveiller la qualité des eaux en milieux naturels et marins Xylem Analytics France