Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les chasses traditionnelles sur la sellette

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Le ministère de la Transition écologique soumet à la consultation du public plusieurs projets d'arrêtés qui définissent le nombre maximal d'oiseaux prélevables dans le cadre de chasses traditionnelles. Mais ces chasses pourraient bientôt être interdites du fait de décisions de justice.

Les premiers arrêtés portent sur la chasse de l'alouette à l'aide de pantes et de matoles en Nouvelle-Aquitaine. Il prévoit de reconduire le plafond de 2020 qui était fixé à 106 500 individus. Les deux autres arrêtés portent sur la chasse à l'aide de tenderies et de filets des grives et merles noirs, vanneaux huppés et pluviers dorés dans le département des Ardennes. Les plafonds de 2020, respectivement fixés à 5 800, 1 200 et 30 individus, sont là-aussi reconduits.

Point d'arrêté relatif à la chasse à la glu cette année puisque ce mode de chasse a été suspendu en août 2020 et a fait l'objet d'une décision défavorable de la Cour de justice de l'Union européenne en mars dernier. On attend une décision imminente du Conseil d'État suite à cette décision préjudicielle. Les projets d'arrêtés cités précédemment pourraient aussi être modifiés au regard des décisions du Conseil d'État portant sur les précédents arrêtés, indique le ministère de la Transition écologique.

Deux autres projets d'arrêtés reconduisent par ailleurs la suspension de la chasse du courlis cendré et de la barge à queue noire jusqu'au 30 juillet 2022. Ces deux espèces sont classées « quasi-menacée » sur la liste rouge mondiale de l'UICN. Les deux arrêtés ont fait l'objet d'un avis défavorable du Conseil national de la chasse et de la faune sauvage. « À l'approche du Congrès mondial de l'UICN, la France d'Emmanuel Macron devrait retirer de la chasse les 20 espèces en mauvais état de conservation et inscrites sur la liste rouge de l'UICN », réclame Yves Vérilhac, directeur général de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO).

Réactions12 réactions à cet article

 

« À l'approche du Congrès mondial de l'UICN, la France d'Emmanuel Macron devrait retirer de la chasse les 20 espèces en mauvais état de conservation et inscrites sur la liste rouge de l'UICN » : à l'approche d'une échéance électorale majeure, le futur candidat Emmanuel Macron a sa propre succession devrait faire intelligemment ses comptes électoraux (de même que les autres candidats) et utilement se souvenir que près de 99 % des français ne sont pas chasseurs, qu'une très forte majorité d'entre eux en a plus qu'assez d'être terrorisée à la campagne plus de 6 mois sur 12 et que sa nation, la France, soit aussi régulièrement condamnée pour des pratiques d'un autre temps (entre autres motifs parfaitement légitimes d'exaspération).

Pégase | 09 juin 2021 à 10h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Excellente contribution de Pégase, il faut arrêter avec les autorisations, dérogations sur des espèces ciblées et interdire la chasse purement et simplement.

BJ50320 | 09 juin 2021 à 11h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout à fait d'accord

Manakin | 09 juin 2021 à 12h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La chasse est un sport mortifère et j'espère moribond. Aidons-les à cesser le massacre. Ici en Dordogne c'est la terreur depuis aout jusqu'à fevrier pour les animaux et pour nous. Offrons aux chasseurs ipads avec des jeux de tir en ligne..... Mais épargnons les animaux sauvages qui restent...

aniben | 09 juin 2021 à 16h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ca gênera pas beaucoup les chasseurs de mon coin, mis à part quelques faisans d'élevage, ça s'arrête la.
Chasse au merle noir: on fait quoi de cette bestiole?
Cette année, trop drôle les v'la en train de s'engueuler se battre pour avoir la meilleure place, pas de chance,zéro cerise cette année, par précaution j'ai mis des filets sur les fraises.
Malgré tout je comprend les gens du midi, ils chassent ce qu'ils trouvent, nous on a trop de chevreuils, faudrait même en éliminer.
Ils bouffent tout ce qu'ils trouvent comme champignons, nous c'est cèpes de Bordeaux ou rien.
Ils bouffent plein d'herbes étranges nous en dehors des asperges sauvages et pissenlits, le reste on n'en fait rien le jardin il pousse tout seul sans presque arroser.
On serait bien malvenus de les critiquer, ils font avec la misère.

pemmore | 09 juin 2021 à 16h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Certes, aniben, la pyramide des âges n'est absolument pas en faveur des fédés de chasse. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle elles se démènent auprès des jeunes avec des permis offerts et ont obtenu ailleurs de M. Macron des permis à 50 % de leur prix.
Mais les chasseurs d'aujourd'hui, s'ils sont bien moins nombreux qu'il y 20 ou 30 ans, sont avant tout des quarantenaires / cinquantenaires urbains, chefs d'entreprise, professions libérales ou cadres administratifs, qui sont dans des réseaux d'influence et ont les moyens de se payer des chasses privées. Ce sont eux désormais que les politiques cajolent car ils constituent leur cœur de cible électorale.
Charge donc à la majorité des autres français de leur démontrer par les urnes que les temps ont changé et qu'il est grand temps pour leur survie politique de ne plus se tromper d'électorat.

Pégase | 09 juin 2021 à 18h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

je vous renvoie également aux articles d'actu environnement sur la disparition des insectes, sur le bilan de la politique agricole commune en matière de biodiversité, sur les multiples atteintes aux haies qui ne sont pas sanctionnés, sur la séquence ERC qui n'est jamais mise en place etc. etc. Alors continuons à taper sur les chasseurs, pendant ce temps là on fait moins 40 % sur les hirondelles rustiques et de fenêtre en 20 ans... le hérisson est en voie de forte régression... les passereaux inféodés aux zones agricoles font -30 % même les moineaux on en voit plus, on ne voit plus de rapaces ni de lapins ... Alors continuez continuez. relisez bien l'intervention de penmore... Les premières victimes de cette extinction ce sont les chasseurs, pour une extinction dont ils ne sont pas responsables pour l'essentiel alors continuons continuons dans cette société citadine faite de jeux smartphone et de villes ou tout à été dértruit en matière de biodiv .... à se poser en perpétuels donneurs de leçons

laurent | 09 juin 2021 à 22h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je rappelle à certains que la faune et la flore en france métropolitaine et ultra marine, ce sont 97000 espèces selon les chiffres clés de l'observatoire national de la biodiversité.
Pointer du doigt en permanence la chasse et les chasseurs, de tous les maux en matière de disparition de la biodiversité, mettre autant d'énergie à 'achever ce qu'il reste comme chasse traditionnelles sur une poignée d'espèce et pour une poignée insignifiante d'oiseaux prélevés, c'est bien malheureusement l'arbre qui cache la forêt, .. pendant ce temps là on ne s'occupe pas des vrais problèmes de conservation. C'est également oublier un peu vite que parce qu'ils chasse ces espèces, beaucoup de ces chasseurs s'investissent dans la conservation de leurs habitas ce qui bénéficie à un cortège d'espèces protégées... je vous rappelle également que le grand tétras est par exemple interdit à la chasse dans le nord est, ma fois, les résultats ne sont pas probants... Que le nombre de chasseurs à diminué de moitié en 30 ans... Les espèces et la biodiversité entre temps n'ont cessé de régresser, Cf les 30 ans de suivi des oiseaux communs. Ainsi, à part donner bonne conscience, faire interdire ces modes de chasse ne servira à rien. La LPO ferait mieux d'essayer de trouver des solutions pour les 97.000 espèces restantes notamment à travers des politiques agricoles, forestières et d'aménagement du territoires moins intensives...A l'heure de la négociation de la nouvelle PAC, il y a du pain sur la planche..

laurent | 09 juin 2021 à 22h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si les chasseurs sont d'aussi preux défenseurs de la biodiversité, ainsi qu'ils se plaisent à le déclarer, pourquoi leurs fédérations ne s'attaquent-elles pas hardiment et clairement aux pratiques agricoles et forestières qui détériorent gravement le patrimoine naturel ? Jusqu'à présent, les fédés ont systématiquement fait cause commune avec les tenants de l'intensification de l'exploitation du milieu rural, tant les convergences politiciennes sont fortes et leur obsession idéologique de contrer les environnementalistes est viscérale.
Et tirer sur des espèces en mauvais état de conservation n'a jamais arrangé leur situation, bien au contraire (un enfant de 6 ans pourrait le comprendre).
La distribution de décorations par la Nation reconnaissante pour services rendus à la nature attendra donc encore un peu...

Pégase | 10 juin 2021 à 10h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pégase tout n'est pas si simple, et simpliste dans les positionnements.

Regardez bien le positionnement des fédérations sur les néonicotinoïdes et l'agro-industrie ...

Regardez bien les espèces qui ont été chassables et qui sont aujourd'hui protégées depuis des dizaines d'années qui n'arrivent pas à recouvrir des populations satisfaisantes, de 2 millions les chasseurs sont passés à 1 million, l'effort de chasse a fortement diminué et beaucoup d'espèces ordinaires ont régressé Cf 30 ans de suivi STOC. ça aussi un enfant de 6 ans pourrait le comprendre.

La haine viscérale de la chasse et des chasseurs, ne résout rien et ne sauvera pas les 97000 espcèces de faune et de flore répertoriées à l'INPN... Tout n'est pas rose, beaucoup est sans doute à améliorer.

La chasse est contre l'obscurantisme écologique qui anime certaines personnes et associations.

Pour les espèces à statut de conservation défavorablse qui continuent d'être chassées. Sur certaines de ces espèces heureusement qu'il y a encore les chasseurs pour s'en occuper, monter des projets et des actions de conservation. Interdisez leur chasse (qui est maintenant marginale) et vous accélèrerez malheureusement leur disparition ou régression. C'est un peu plus complexe à faire comprendre visiblement et effectivement un enfant de 6 ans ne peut pas le comprendre, mais des associations naturalistes mesurées, des gestionnaires d'espaces naturels réalistes peuvent le comprendre.

La juste mesure au chevet de la nature

laurent | 17 juin 2021 à 16h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Laurent : asséner des contre-vérités ne les a jamais rendues vraies, la plus grosse que vous nous faites ici étant d'espérer nous faire croire qu'interdire la chasse de certaines espèces en déclin accélère leur disparition. Il fallait oser. Mais plus grand chose ne m'étonne question mauvaise foi et double langage en provenance du milieu cynégétique.
J'ai pour ma part croisé la route de cadres de fédés qui cultivaient un profond obscurantisme anti écologique, une rancœur tenace à l'égard des environnementalistes et n'hésitaient en rien à user de pratiques déloyales pour les discréditer (certes souvent avec la complaisance de représentants de l'Etat - préfets, secrétaires généraux de préfecture, DDAF,... - ou d'élus locaux), cela malgré des apparences de respect du droit et des convenances en public. Les faits vécus m'ont nécessairement forgés une opinion peu flatteuse de ces personnes et de ce milieu. Les confidences critiques issues de gardes de domaines de chasse, écœurés de ce qu'ils doivent faire pour garantir à leurs patrons et à leurs invités de gros tableaux, ont parachevé le tableau.
Et si quelques rares techniciens de fédérations de chasse ont une base sincère et disposent de compétences naturalistes réelles (ceux qui s'intéressent à d'autres groupes d'espèces que les chassables en particulier), ils ont tout intérêt à faire profil bas afin de ne pas se faire traiter "d'écolo", insulte suprême dans le milieu cynégétique.

Pégase | 17 juin 2021 à 17h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai que chez-moi, avec pour seule chasse de zoziaux se limitent au faisans, j'avoue que cette année il y a très peu d'oiseaux, c'est sans doute lié à la destruction acharnée des haies, comme j'ai déjà dit, c'est la fin de l'élevage, les jeunes préfèrent quelque chose de plus technique et rentable, on ôte haies et fil de fer on perd pas un cm, Une terre ça se loue, écolos de tout poils, vous voulez garder vos bestioles votre diversité, je comprend, ben c'est entre 400 et 1000€ l'hectare, en gros 5 km de haies.
Créez une assoce : Sauvons nos haies! .
Moi je suis en train de construire la mienne, tous arbres de récup. dite haie folle environ 300m

pemmore | 17 juin 2021 à 18h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

RiverSurveyor : profileur acoustique pour la mesure de débits en rivières Xylem Analytics France