Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Chemins ruraux : comment enrayer leur disparition

Le projet de loi 3DS offre l'opportunité de mieux protéger les chemins ruraux. Il prévoit la possibilité d'un recensement communal et d'un échange de parcelles. Mais des dispositions plus ambitieuses ont été écartées.

Aménagement  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Chemins ruraux : comment enrayer leur disparition

Il en va des chemins ruraux comme des haies. Ils ont peu à peu disparu des campagnes françaises. Les travaux préparatoires de la loi de reconquête de la biodiversité de 2016 avaient établi qu'environ 250 000 kilomètres de ces chemins avaient disparu, en France. La cause principale ? Leur appropriation par certains riverains, notamment des agriculteurs qui les mettent en culture, entravent ainsi la circulation du public et bénéficient ensuite d'une prescription acquisitive. En d'autres termes, ils en deviennent propriétaires passé un délai de trente ans, voire de dix ans si la prise de possession a été faite de bonne foi. Les chemins ruraux font, en effet, partie du domaine privé des communes et, de ce fait, ne bénéficient pas de l'inaliénabilité et de l'imprescriptibilité des voies appartenant au domaine public.

Pour mettre fin à cette hécatombe, des dispositions plus protectrices avaient été adoptées dans la loi de reconquête de la biodiversité, puis dans la toute récente loi Climat et résilience. Mais, par deux fois, ces dispositions ont été censurées par le Conseil constitutionnel qui y a vu des cavaliers législatifs, c'est-à-dire des dispositions sans lien avec les projets de loi originels. Ce qui peut paraître étonnant au regard de l'objet de ces deux textes.

Mais c'était sans compter sur le Sénat qui a lancé une nouvelle tentative. Il a en effet réintroduit des dispositions portant sur cette question dans le projet de loi relatif à « la différenciation, la décentralisation, la déconcentration », dit 3DS, que la chambre haute a adopté, le 21 juillet dernier. Cette dernière a  effectivement voté des amendements du sénateur centriste Philippe Bonnecarrère (Tarn), issus de la proposition de loi Tandonnet de 2015 et portant sur le recensement communal des chemins et l'échange de parcelles. « Ces dispositions présentent un réel intérêt pour les communes rurales. Elles donnent aux communes les moyens de reconstituer plus facilement la continuité des itinéraires des chemins ruraux, qui constituent un réel patrimoine communal », a fait valoir le sénateur.

L'Assemblée nationale a adopté, le 4 janvier, le projet de loi, qui comprend ces dispositions amendées. Elles pourraient donc aboutir si tant est que la commission mixte paritaire (CMP), qui doit les examiner, soit réunie avant la fin de la mandature, qu'elles ne soient pas supprimées à cette occasion et, enfin, que le Conseil constitutionnel ne les censure pas à la suite d'une éventuelle saisine.

Recenser tous les chemins ruraux

 
Cela permet un réaménagement des parcelles agricoles, sans passer par un remembrement, ce qui diminue le risque de contentieux  
Philippe Bonnecarrère, sénateur
 
Les dispositions adoptées permettent, tout d'abord, aux communes de recenser tous les chemins ruraux situés sur leur territoire. La délibération décidant de ce recensement suspend le délai de la prescription acquisitive pendant deux ans au maximum. « Cela permettrait aux communes confrontées au problème de la disparition d'une partie de leurs chemins ruraux par "occupation de fait" ou usucapion, d'abord, de connaître précisément leur patrimoine dans ce domaine, ensuite, de distinguer, par l'établissement d'un tableau récapitulatif, les chemins ruraux qu'elles souhaitent conserver à l'issue des opérations de recensement de ceux qui ne seraient pas retenus dans cet inventaire », avait expliqué M. Bonnecarrère dans l'exposé de son amendement.

Le projet de loi autorise, en second lieu, un échange de parcelles ayant pour objet la modification du tracé d'un chemin rural. « Cette procédure ne nécessite pas de désaffectation préalable du chemin. Cela permet un réaménagement des parcelles agricoles, sans passer par un remembrement, ce qui diminue le risque de contentieux », avait fait valoir le sénateur. Et ce, alors que la question de la prescription acquisitive est « à l'origine de contentieux récurrents et aigus entre les communes et différents propriétaires privés ».

Certains ont pu voir dans cette possibilité une menace pour la biodiversité, dans la mesure où elle pourrait précisément permettre de contourner les opérations de remembrement là où elles n'avaient pas été possibles. C'est notamment pour cette raison que plusieurs députés ont déposé, sans succès, des amendements en vue d'imposer une enquête publique, ou à défaut une concertation préalable, dans la procédure d'échange. Des amendements qui ont donné lieu à des échanges nourris en séance publique à l'Assemblée nationale. « Des agriculteurs disent : "On va reprendre ce chemin, on donnera en échange un bout là-bas". Sauf que le bout qui sera donné, c'est un chemin où il n'y a rien du tout, alors que dans l'autre, il y a des arbres, de la végétation, des brise-vent naturels, des oiseaux et toute une faune », a plaidé le député Jean-Paul Dufrègne (GDR-Allier). « Faire systématiquement des enquêtes publiques est très lourd. (…) Imposer [aux maires] une enquête publique à chaque fois qu'il y a des échanges, alors que des garanties sont déjà inscrites dans la loi, c'est tout de même très contraignant », a opposé la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault. Le texte voté prévoit effectivement un certain nombre de garanties : l'échange doit respecter la largeur et la qualité environnementale du chemin remplacé, et la continuité de ce dernier doit également être garantie.

« Les dispositions sur les inventaires et les échanges sont des avancées notables », se félicite effectivement Jacky Boucaret, administrateur de l'association Vie et paysages et membre du collectif « Chemins en danger ». Ce dernier estime que toutes les parties prenantes sont gagnantes dans cette possibilité d'échange. « Que faire en effet quand les agriculteurs labourent les chemins ? Sauf à engager des contentieux coûteux pour les petites communes, ces chemins sont foutus », déplore le représentant associatif. L'absence d'enquête publique au profit d'une simple information du public en mairie trouve également grâce à ses yeux dans la mesure où une procédure plus légère présente l'avantage de ne pas rebuter les agriculteurs.

Contrer la désaffectation administrative des chemins

Le texte adopté par l'Assemblée prévoit ensuite que l'affectation des chemins à l'usage du public, qui est présumée par son utilisation comme voie de passage, ne peut être remise en cause par une décision administrative. Cette disposition affiche pour ambition de contrer la décision de la cour administrative d'appel de Nantes qui, le 22 septembre 2020, a reconnu la possibilité pour un conseil municipal de vendre un chemin rural alors même qu'il n'a pas cessé d'être utilisé par le public. Or, le critère de l'utilisation par le public garantissait jusque-là son inaliénabilité.

Désormais, « un chemin rural ne peut être vendu que s'il n'est plus affecté au public, ce qui d'ailleurs fait l'objet d'une enquête publique préalable », vante Bruno Questel (LReM – Eure), rapporteur du projet de loi à l'Assemblée. « Les usagers seront satisfaits », se félicite Jacky Boucaret. « Mais en partie seulement », ajoute ce dernier, car la disposition plus ambitieuse proposée par la commission des lois de l'Assemblée a été amoindrie par l'amendement du rapporteur adopté en séance. Selon Jean-Pierre Laborde, également membre du collectif « Chemins en danger », elle aurait même été « détournée de son sens d'origine ». Bien que présenté par le rapporteur comme étant de nature purement rédactionnelle, son amendement « ne met sûrement pas à l'abri les chemins d'une désaffection juridique par une décision municipale expresse », dénonce M. Laborde. En d'autres termes, il s'agirait d'un coup d'épée dans l'eau et les communes pourront continuer « à vendre n'importe quel chemin rural à n'importe quel moment », s'indigne ce dernier.

Autre regret de l'association Vie et paysages : le rejet d'amendements qui réputaient nulle la désaffectation d'un chemin lorsqu'elle était la conséquence d'un acte visant à entraver la circulation ou violant les prescriptions du Code rural en matière de conservation et de surveillance des chemins. L'adoption en commission des lois d'un amendement surprise du député UDI Pascal Brindeau a, en effet, permis de faire « capoter ces dispositions », qui figuraient pourtant dans le projet de loi Climat et résilience avant son passage en commission mixte paritaire.

Imposer des contributions spéciales en cas de dégradation

Le projet de loi prévoit, enfin, que les communes, ou les associations syndicales chargées de leur entretien, peuvent imposer des contributions spéciales aux personnes responsables de dégradations. Ce qui va satisfaire les usagers utilisant des modes de déplacement doux (piétons, cavaliers), mais pas forcément ceux utilisant des engins motorisés (tracteurs, quads, motos), potentiellement à l'origine de ces dégradations. Il donne également aux communes la possibilité, en l'absence d'association syndicale, de confier la restauration et l'entretien d'un chemin communal à une association loi 1901.

Ces dispositions devraient permettre d'accompagner l'évolution des usages des chemins ruraux. Utilisés historiquement par les agriculteurs pour accéder à leur champ ou pour se déplacer, à pied ou à cheval, d'un village à un autre, leur fréquentation a effectivement changé. « On réduit souvent l'usage du chemin rural à un simple espace de circulation pour l'exploitation des parcelles agricoles. On dit que c'est sa vocation première : ça l'était, mais désormais le chemin rural présente deux dimensions, sur lesquelles je voudrais revenir. Tout d'abord, son importance pour la biodiversité (…). L'autre dimension, nous la connaissons tous, c'est celle du loisir », a rappelé le député André Chassaigne (GDR – Puy-de-Dôme) lors des débats.

Alors que ces chemins disparaissent, leurs usagers sont dans le même temps de plus en plus nombreux. Le Parlement parviendra-t-il à faire aboutir une réforme qui les protège davantage ? C'est là tout l'enjeu alors que les précédentes tentatives sont restées vaines.

Réactions4 réactions à cet article

 

Les chemins ruraux, tout comme les anciennes voies de chemins de fer désaffectées, sont considérées au mieux comme de la réserve foncière, au pire comme des entraves à l'agrandissement du parcellaire agricole. Et comme ils sont qui plus est susceptibles de véhiculer des randonneurs qui s'émeuvent de plus en plus des effets des pratiques agricoles intensives, rien d'étonnant à ce qu'ils constituent des proies à dépecer, surtout au sein de communes où les conseils municipaux sont tenus par la profession agricole dominante...

Pégase | 11 janvier 2022 à 21h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Comme c'est joliment dit Pégase, mais c'est la réalité que l'on constate au quotidien dans les campagnes, et notamment dans le bocage de la Mancche malmenant la biodiversité.

BJ50320 | 12 janvier 2022 à 15h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Enfin une bonne nouvelle pour les chemins ruraux. Avec quels moyens les associations pourront elles assurer l'entretien des ces chemins ruraux ? Qui pourra y exercer des pouvoirs de police pour empêcher leur dégradation ?

DLC | 12 janvier 2022 à 19h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Effectivement il est temps d'agir: je connais un chemin rural qui a été laissé à l'abandon par les riverains (agriculteurs ) qui ne voulaient pas s'encombrer de son entretien. Pourtant il nous servait à aller en forêt et surtout permettait un passage aux camions de pompiers en cas de feux. Non seulement nous ne pouvons plus l'utiliser car il est envahi d'arbres qui sont retournés à l'état forestier, mais la commune a dû faire abattre tout le bord de la forêt à partir d'un accès beaucoup plus lointain , de manière à rétablir l'accès à l'allée forestière initiale et encore cet accès est -il très malaisé. Un autre sur la commune de St Denis de l'Hôtel , qui servait à tous les riverains , a été déclassé en catimini pour permettre l'extension d'une zone aéroportuaire, sous prétexte que la commune ne voulait plus assurer son entretien car il n'était plus emprunté (ce qui est faux).Comme les chemins communaux abandonnés en relient d'autres , que les habitants connaissent et empruntent habituellement (ne serait ce que pour se balader dans la nature) cela les oblige à des contorsions pour passer à travers champs, bois et fossés, en traversant souvent des propriétés privées. Le bénéfice d'un chemin rural est réel et pas que pour les humains: les haies qui le bordent abritent toute une faune et flore et de nombreux animaux sauvages (pas si bêtes) les utilisent aussi.

gaïa94 | 13 janvier 2022 à 18h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat