Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le chèque énergie contribue à réduire la précarité énergétique des ménages

Energie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Le chèque énergie « cible bien la population des ménages en situation de précarité énergétique puisque les trois quarts d'entre eux en sont bénéficiaires », souligne le Commissariat général au développement durable (CGDD). Créée en 2018, cette aide de l'État permet aux ménages à revenus modestes de payer une partie des factures d'énergie de leur logement ou de leurs travaux de rénovation énergétique. Le chèque énergie est de 150 euros en moyenne, et peut atteindre 277 euros pour les ménages les plus modestes. Le calcul de ce montant est réalisé selon les revenus fiscaux et la composition du ménage concerné.

En 2019, cette aide a permis à « un demi-million de ménages de sortir de la précarité énergétique (en France métropolitaine) et à près de 2,2 millions de ménages de réduire leur précarité énergétique », indique le CGDD, qui vient de publier une étude sur le sujet. En 2019, le chèque énergie a été attribué aux 20 % des ménages les plus modestes en fonction des revenus déclarés à l'impôt sur le revenu. Soit près de 5,7 millions de ménages en ont été bénéficiaires, pour une enveloppe totale distribuée s'élevant à 840 millions d'euros (dont 790 millions en France métropolitaine).

Le CGDD estime que 57 % des bénéficiaires seraient en précarité énergétique et que près de 63 % de l'aide totale serait distribuée aux ménages précaires.

Selon le ministère de la Transition écologique, le chèque énergie a également bénéficié, au printemps 2021, à plus de 5,8 millions de ménages modestes (contre 5,5 millions en 2020) pour un montant moyen de 150 euros. Pour faire face à la hausse des prix de l'énergie, le gouvernement a annoncé, le 16 septembre, un chèque de 100 euros supplémentaires qui sera envoyé automatiquement aux bénéficiaires en décembre 2021.

Le chèque énergie « n'éradiquera pas à lui seul la précarité énergétique, mais il constitue un soutien monétaire efficace aux ménages modestes », indique le CGDD. Ce dispositif est « complémentaire aux aides à la rénovation et aux obligations réglementaires d'amélioration des performances énergétiques des logements, en particulier celles des "passoires thermiques", qui sont plus souvent occupées par ces mêmes ménages », ajoute-t-il.

Différentes aides à la rénovation énergétique des logements existent, comme le programme « Habiter mieux » porté par l'Agence nationale de l'habitat (Anah) et MaPrimeRénov', ainsi que les certificats d'économies d'énergie (CEE) ou le programme Slime, rappelle le CGDD.

Réactions1 réaction à cet article

 

Aider les foyers précaires reste indispensable, mais, "plutôt que d'aider à ajouter de l'eau", ne serait il pas plus judicieux d'aider et d'obliger à VRAIMENT boucher les trous de la passoire.

Quand le seul indicateur de la rénovation est le nombre de dossiers traités plutôt que l'efficience réelle de travaux menés, on s'assure une rente sur le dos des finances de l'état. L'immense majorité des pitoyables rénovations menées aujourd'hui seront à reprendre demain. DANS MOINS DE 10 ANS, leurs occupants retomberont inéluctablement dans la précarité énergétique et continueront, à coup d'aides de l'état à remplir les caisses des fournisseurs d'énergies.

Pierrick_thermicien | 12 octobre 2021 à 10h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Risques : essais abusifs sur batterie Lithium de forte puissance CNPP