En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Des chercheurs créent par hasard une enzyme destructrice de plastique

Déchets  |    |  Fanny Rousset Actu-Environnement.com

Une équipe de scientifiques a conçu par accident une enzyme particulièrement efficace pour désagréger les plastiques du type du polytéréphtalate d'éthylène (PET). Leur découverte a été publiée le 16 avril 2018 dans les comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

Les chercheurs, de l'université britannique de Portsmouth et du laboratoire national des énergies renouvelables du ministère américain à l'énergie, menaient des observations sur une bactérie mangeuse de PET découverte au Japon, l'Ideonella sakaiensis, et tentaient plus particulièrement de comprendre le fonctionnement de l'une de ses enzymes, la PETase. "[Ils ont alors conçu] par accident une enzyme encore plus efficace pour désagréger les plastiques PET", indiquent les conclusions de l'étude.

L'équipe de recherche indique en effet avoir "caractérisé la structure 3D d'une enzyme nouvellement découverte qui peut digérer le PET hautement cristallin", le matériau principal utilisé dans la fabrication de bouteilles en plastique à usage unique, dans certains vêtements et dans les tapis.

"Bien que l'avancée soit modeste, cette découverte inattendue suggère qu'il y a de la marge (…) pour nous rapprocher encore d'une solution de recyclage pour la montagne en constante croissance de plastiques mis au rebut", a déclaré à l'AFP John McGeehan, professeur à l'école de sciences biologiques à Portsmouth. La majorité de ces plastiques peut en effet perdurer dans la nature pendant des centaines d'années.

"Les scientifiques s'activent désormais à en améliorer les performances dans l'espoir de pouvoir un jour l'utiliser dans un processus industriel de destruction des plastiques", signale l'AFP.

Réactions1 réaction à cet article

 

Si c'est vrai, si c'est extrapolable au milieu naturel, c'est intéressant. Mais... que ça ne soit pas invoqué pour ne pas changer notre mode de consommation effrénée : avant que de détruire les plastiques, la solution est de ne pas les produire ni les jeter ! L'augmentation du PIB à tout crin ne doit plus être le marqueur de notre bien-être.

dmg | 19 avril 2018 à 08h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…