En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Paris accueillera une conférence pour une gouvernance écologique mondiale

Voulue par Jacques Chirac, une conférence sur l'environnement se tiendra à Paris début février pour renforcer la gouvernance internationale de l'environnement et étudier la transformation du PNUE en une agence à part entière des Nations unies.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
   
Paris accueillera une conférence pour une gouvernance écologique mondiale
   
Créons l'Organisation des Nations unies pour l'environnement, conscience écologique du monde, lieu privilégié de notre action commune pour les générations futures, avait déclaré le Président de la République, Jacques CHIRAC, à l'Assemblée générale des Nations unies à New York, le 19 septembre dernier.

C'est avec cet objectif que ministres, scientifiques, chefs d'entreprises d'une soixantaine de pays se retrouveront les 2 et 3 février à Paris pour une Conférence sur l'environnement. Face à l'extrême gravité de la situation et pour inverser la tendance, il est urgent d'agir, a déclaré mardi Alain Juppé lors de la conférence de presse de présentation de la conférence pour une gouvernance écologique mondiale. Seul un effort conjugué de tous permettra de changer les mentalités, a-t-il ajouté.

Alain Juppé, maire de Bordeaux et ancien Premier ministre a été nommé par le chef de l'Etat à la présidence du comité d'honneur de la conférence. Ce comité est composé de six autres personnalités : Hubert Vedrine, ancien ministre des Affaires étrangères, Nicolas Hulot, président de la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme, Edgar Morin, philosophe, Bertrand Collomb, président du groupe Lafarge, ancien membre du comité pour l'élaboration de la Charte constitutionnelle de l'environnement, Jean Jouzel, climatologue et directeur de l'Institut Pierre-Simon Laplace et Laurent Stefanini, ambassadeur délégué pour l'environnement.

Près de 150 personnalités venant de 60 pays sont conviées à cette conférence, qui se tiendra au lendemain de celle du GIEC et déjà près de 120 venant d'une quarantaine de pays ont répondu positivement à l'invitation , a souligné Laurent Stefanini. Parmi les invités, l'économiste à la Banque mondiale et auteur du rapport du même nom, Nicholas Stern, l'astrophysicien québécois Hubert Reeves, la navigatrice britannique Ellen Mac Arthur et le prince Albert de Monaco.

L'ambition de la conférence est de créer une mobilisation internationale. L'objectif premier sera de faire prendre conscience de l'urgence de la situation en dressant un constat commun des menaces qui pèsent sur l'environnement. Tout l'enjeu sera d'alerter sans alarmer, a estimé Hubert Védrine, présent aux côtés d'Alain Juppé.

Les autres objectifs de la conférence seront de déterminer les actions prioritaires pour lutter contre ces menaces et agir, au niveau international, pour créer une Organisation des Nations unies pour l'environnement (ONUE) comme il existe des organisations mondiales pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), pour la santé (OMS) et pour le commerce (OMC) en vue de renforcer la gouvernance mondiale environnementale. Il ne s'agit pas de partir de zéro, mais de s'appuyer sur ce qui existe, a précisé Alain Juppé. Cette ONUE aurait en effet vocation à prendre la place, avec des pouvoirs et des compétences élargis, de l'actuel Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Mais toute la difficulté sera de convaincre les Etats-Unis, pour lesquels le PNUE est largement suffisant, de l'intérêt de cette organisation.

La conférence, qui sera ouverte par le président Jacques Chirac et à laquelle assistera le président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso puisque l'incitative est inscrite dans un cadre européen, traitera à travers six ateliers du dérèglement climatique, de la biodiversité, de la santé, de l'eau, des nouveaux modes de production et du renforcement de la gouvernance internationale de l'environnement.

À partir des dernières conclusions du GIEC, l'atelier « Lutter contre le dérèglement climatique » traitera de la gravité des conséquences du changement climatique et examinera certaines des mesures actuellement discutées au niveau international, notamment dans le domaine de l'énergie et des transports. Il permettra ainsi d'identifier des actions prioritaires au vu notamment des discussions de la convention-cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique et du protocole de Kyoto, dont les dernières réunions se sont tenues à Nairobi en novembre 2006.

L'atelier concernant la biodiversité fera notamment le lien avec la déclaration de Paris lancée en janvier 2005 à l'issue de la conférence « Biodiversité : science et gouvernance », et mettra en évidence le besoin de coordination et de complémentarité entre acteurs à tous les échelons ainsi que la nécessité d'approches croisées prenant en compte le changement climatique et l'énergie, la désertification, la lutte contre la pauvreté, la santé, l'économie et le commerce international.

Le contrôle des transferts et de l'utilisation des déchets et produits dangereux, la pollution atmosphérique et l'application du principe pollueur payeur devrait être quant à eux discutées dans l'atelier « Combattre les pollutions et préserver la santé.

L'atelier « Faire de l'eau un enjeu partagé » sera organisé autour des trois débats : l'assainissement : accès et préservation de la ressource en eau, l'adaptation nécessaire de la gestion de l'eau au changement climatique et la gouvernance des eaux, notamment des eaux partagées. À cet égard, l'atelier abordera la question des adaptations nécessaires (observation des effets, évaluation des ressources à terme, effet sur les territoires, coût des mesures, gestion efficace de la demande...), ainsi que celle des moyens et de la solidarité internationale en la matière. Il examinera les modes de gestion permettant d'apporter des solutions, en particulier la nécessité d'une gestion intégrée par bassin-versant ainsi que le partage de l'information, l'approche économique et l'association des pouvoirs publics et de l'ensemble des parties prenantes dans le cadre d'instances de bassin ou de commissions internationales.

Réactions3 réactions à cet article

 
question aux politiques

Aujourd'hui l'opinion pubique exprime des inquiétudes sur l'avenir de notre planéte, c'est une réalité incontournable pour les politiques au pouvoir.

Messieurs les responsables ,

Il y a des décennies, des personnes clairvoyantantes , en place sur le terrain de l'innovation solaire, avaient proposé des idées de programme auprès des organismes nationaux et européen de l'environnement et de la maitrise de l'énergie . L'idée était bien trop dangereuse pour être entendue.
Aujourd'hui, les politiques qui doivent prendre des décisions au plus haut niveau, ne peuvent plus ignorer les talents inexploités, les auteurs anonymes de projet en place sur le terrain depuis des décennies qui peuvent proposer des solutions immédiates, des brevets déposés qui demandent un réel soutien financier pour être mis en oeuvre .
voir THERMOSOLAIRE MEZRI

La question que je me pose:
Une conférence pour occuper l'espace médiatique ?
ou une conférence pour réussir, donc pour donner des moyens à ces individus ayant imagination, indépendance d'esprit , originalité, donc les capacités de renouveau?

Signature
Charmasson Marie Thérése

Anonyme | 19 janvier 2007 à 17h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Comment participer

Bonjour aux organisateurs de cette conférence.

Etant très engagé dans la lutte pour la protection de l'environnement (projets éoliens, véhicule non polluant, ...) je voudrais participer à cette conférence afin d'apporter ma compétence d'ingénieur et mon expérience internationale pour determiner les actions prioritaires.

Car je constate, avec regret, que dans le Comité (et parmi les personnalités nommées) seul M. Bertrand Collomb vient de la société civile, celle qui produit de la valeur ajoutée, celle qui enrichit la France, celle qui innove, celle qui crée des emplois, celle qui crée notre avenir.
En effet, si j'ai beaucoup d'admiration pour le Prince de Monaco, Hubert Reeves et tous les autres, je me pose la question : que vont-ils apporter aux débats sur des sujets déterminants comme :
- l'adaptation technologique des batiments pour réduire leurs consommation d'énergie,
- la reconversion de l'industrie automobile pour innover et produire de véhicules non émetteures de CO2,
- les indispensables programmes de recherche et développement sur les énergies alternatives et une nouvelle façon d'utiliser l'énergie, ... ?

Il faut être lucide : l'INDUSTRIE et la TECHNOLOGIE seront les passages obligés qui permettront de faire changer la situation. Alors faites participer aussi les experts qui représentent ces diciplines en plus des philosophes et des diplomates.

Monsieur Laurent STEFANINI merci de me contacter; je suis sûr que vous apprécierez l'apport que je peux faire à cette conférence.

Bien à vous,
Jean Ogier
Ingénieur-conseil
Energies alternatives.

ogier.jean | 25 janvier 2007 à 13h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Et le citoyen ?

A force d'entendre le discours écologique, les comptes-rendus de conférences, et toute l'information qu'on lui destine, il se dit que cela suffit, qu'on a assez parlé, et qu'il faudrait que des VRP les politiques, aillent aider directement ceux qui doivent agir, à passer à l'action.

pierre | 25 janvier 2007 à 15h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager