En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Chlordécone : le Gouvernement sommé de s'expliquer sur des enfouissements occultes

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Trois associations, Le Cran, l'Association guadeloupéenne Vivre et Lyannaj Depolye Matinik, ont adressé, le 3 mars, une « sommation interpellative » au Premier ministre et à la garde des Sceaux, informe leur avocat Christophe Lèguevaques. L'objet de cet acte d'huissier ? Demander au Gouvernement de faire la lumière sur l'enfouissement occulte de chlordécone aux Antilles après l'interdiction de l'insecticide organochloré en 1990. Les trois associations avaient déjà adressé, en décembre, un courrier à Édouard Philippe demandant la reconnaissance d'un préjudice d'anxiété pour 500 habitants exposés à la pollution. Ce courrier faisait lui-même suite au lancement d'une action collective en septembre 2019.

Les associations s'appuient sur des révélations apportées par la commission d'enquête de l'Assemblée nationale, qui a publié ses conclusions le 2 décembre dernier. « Nous avions également eu une dénonciation du jardin d'Éssai, où on nous disait qu'il y avait du chlordécone enterré. Nous avions demandé par écrit de fouiller. Nous n'avons jamais eu de réponses », a témoigné Joël Beaugendre, maire de Capesterre-Belle-Eau (Guadeloupe), lui-même auteur d'un rapport sur l'insecticide alors qu'il était député en 2005. Le Jardin d'Éssai est un terrain, situé aux Abymes, appartenant au conseil départemental et sur lequel étaient implantées plusieurs administrations.

Les associations s'appuient également sur un témoignage recueilli par France 2 dans son émission « Complément d'enquête » diffusée le 28 février. « Au lieu d'envoyer ça dans la nature, l'État a fait un trou et l'a mis là-dedans. (…) On l'a fait avec mon chef de service dans un endroit propice, on l'a enterré », a révélé un fonctionnaire du ministère de l'Agriculture.

« Crimes occultes »

« Ces informations, volontairement dissimulées depuis de nombreuses années, permettent de qualifier les faits révélés de "crimes occultes" », affirment les associations, qui réclament la mobilisation de tous les services de l'État. « Le seul moyen rapide et efficace réside dans l'ouverture d'une enquête et dans la mise en branle de l'action publique des chefs, notamment, de mise en danger d'autrui ou de pollution », indique la sommation. Une première enquête judiciaire, ouverte en 2007 et dirigée par le pôle santé publique du tribunal de Paris, n'a abouti à aucune mise en examen, rappelle Franceinfo.

Dans un communiqué publié le 4 décembre dernier à l'occasion de la publication du rapport de la commission d'enquête parlementaire, le Gouvernement avait annoncé un changement d'échelle avec le plan chlordécone IV en préparation, notamment sur la connaissance de la contamination des sols.

Réactions2 réactions à cet article

 

Chlordécone : à elle seule, cette dénomination commerciale résume parfaitement les errements coupables de toute la chaîne commandant à l'utilisation de pesticides toxiques et rémanents !
Un scandale sanitaire et environnemental lié à l'agriculture industrielle de plus.

Pégase | 05 mars 2020 à 12h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Hé oui Pégase, par contre pour moi petite exploitation de 40 chèvres en transformation fromagères, une association environnementaliste a porté plainte parce que j'ai curé des fossés existants dans une parcelle classée en terre sous prétexte qu'une autre association (la Frapna) l'a classée sans concertation aucune en zone humide. Le préfet l'a entériné en 2013 sans en avertir les propriétaires. À l'époque du classement je faisais mon marchéage dans cette parcelle. J'y ai même planté de la sauge sclarée, une plante qui redoute l'humidité.
Bref ma terre a été classée zone humide sans aucune étude préalable (j'ai demandé en vain le dossier de classement, il n'existe pas) et aujourd'hui la DDT me demande de contacter un bureau d'étude à mes frais pour reboucher les fossés existants. Ils sont sur les photos satellites de l'époque et d'aujourd'hui. Bref, bureau d'études 8000€, travaux, 1600€, travaux de rebouchage à estimer, amende pouvant aller jusqu'a 2 ans de prison et 18000€, avocat à estimer, dommage demandé par l'association 5000€.
S'agit il pour vous d'un scandale environnemental lié aux petites exploitations familiale? En tout cas l'État et vos amis écolos s'acharnent sur le plus grand délinquant environnemental de la drome qui n'a jamais mis d’engrais, ni de désherbant ni de produits chimique, qui travaille son maraîchage avec ses chevaux qui sont eux menacés par les loups si chers aux défenseurs de la nature qui ne subiront jamais l'ombre d'une contrainte

ouragan | 06 mars 2020 à 22h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager