En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Cigeo : l'Andra se donne un an de plus pour faire sa demande d'autorisation

Risques  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

L'Agence nationale de gestion des déchets radioactifs (Andra) prévoit de déposer sa demande d'autorisation du centre Cigéo à la mi-2019. Elle se donne un an de plus que prévu pour préparer le dossier, selon les propos tenus par son président Pierre-Marie Abadie dans un entretien accordé au Monde. "Nous nous donnons douze mois de plus car, à mi-chemin de l'avant-projet détaillé, nous demandons à nos ingénieurs et aux bureaux d'ingénierie d'intégrer les variantes étudiées et les améliorations réalisées au cours des derniers mois." Selon le président, il ne s'agit pas d'un report lié à la demande d'une étude d'impact par l'Autorité environnementale ni à l'avis de l'IRSN publié dernièrement, mais d'un "choix d'approfondissement du projet, permettant des économies substantielles avec la même exigence de sûreté".

Ce projet de stockage de déchets radioactifs de haute activité (HA) et de moyenne activité à vie longue (MAVL) en formation géologique profonde devrait coûter entre 20 milliards d'euros, selon les principaux financeurs du projet, EDF et Areva, et 30 milliards d'euros selon l'Andra. L'architecture du site sera déterminante pour le coût final de l'installation. L'Andra affine donc son projet.

Après le dépôt de la demande d'autorisation, suivra une enquête publique. Le gouvernement prendra ensuite sa décision sous forme de décret pour une mise en service vers 2025. Une phase industrielle pilote sera mise en œuvre pour réaliser des opérations d'essai de stockage, de colis inactifs dans un premier temps, afin de préparer la montée en régime de l'exploitation du Cigéo. Si cette étape est concluante, les premiers déchets radioactifs ne seront reçus qu'après autorisation de mise en service par l'Autorité de sûreté nucléaire, soit après 2030. Cigeo devra confiner 80.000 mètres cubes de résidus radioactifs pendant plusieurs millénaires. Son exploitation durera plus d'un siècle, avant un éventuel scellement définitif du site.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…