Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Cigéo : pourquoi l'Autorité environnementale émet de vives critiques

Le dossier d'utilité publique du projet de stockage de déchets radioactifs fait l'objet de nombreuses critiques de l'Ae. Insuffisante prise en compte des enjeux environnementaux et absence de rapport de sécurité font taches.

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Cigéo : pourquoi l'Autorité environnementale émet de vives critiques

Dans un avis publié le 18 janvier, l'Autorité environnementale (Ae) pointe de graves insuffisances dans le dossier du centre de stockage souterrain des déchets radioactifs (Cigéo) de Bure (Meuse). L'avis porte plus particulièrement sur l'évaluation environnementale « très détaillée » réalisée par l'Andra dans le cadre du dossier de déclaration d'utilité publique (DUP) du projet. La DUP doit permettre d'assurer la maîtrise foncière du projet sur une surface de 665 hectares, permettant le cas échéant des expropriations, de réaliser la mise en conformité des documents d'urbanisme et de « légitimer politiquement » la réalisation du projet.

Les opposants à Cigéo se félicitent de cet avis, estimant qu'il corrobore leurs critiques formulées depuis plus de vingt ans. L'avis de l'Ae vient ébranler le « rien à signaler » de l'Andra au moment du dépôt de son dossier de demande de DUP en août dernier, estime le Réseau Sortir du nucléaire (RSN). « L'Ae ne se contente pas de mettre en doute la maturité du projet, soulignant que la possibilité de récupérer les déchets n'est toujours pas démontrée ; elle met également en évidence un nombre très important d'informations manquantes sur des sujets cruciaux », réagit l'association.

De son côté, l'Andra indique avoir besoin d' « un temps d'étude et d'analyse » avant de pouvoir répondre aux recommandations émises. L'établissement public annonce, « conformément au code de l'environnement », un mémoire en réponse qui sera joint au dossier d'enquête publique. Une enquête qui devrait se dérouler au cours de l'année 2021.

Prise en compte insuffisante des enjeux environnementaux

« L'examen des solutions de substitution s'est appuyé sur une connaissance encore imparfaite de l'état initial, ce qui suggère que la prise en compte des enjeux environnementaux pourrait être meilleure », estime l'Autorité environnementale. Cette insuffisance porte sur différentes facettes du projet : traitement des déchets, type de stockage, choix de la couche géologique, implantation des installations et devenir du territoire d'implantation.

Ainsi, le choix de la couche géologique pour le projet s'est trouvé « in fine extrêmement réduit », conduisant à n'implanter qu'un seul laboratoire souterrain national à Bure. L'importance des enjeux de ce projet, qui engage l'avenir sur plusieurs millénaires, « aurait mérité que plusieurs sites aient fait l'objet d'expérimentations afin de disposer d'un éventail d'informations sur les risques sanitaires et environnementaux en appui de la décision », pointe l'Ae.

De plus, le dossier n'envisage pas suffisamment les risques à long terme liés au développement du territoire. « Compte tenu de la nature du projet et des incertitudes qui portent sur les risques à long terme, il serait rationnel, en application du principe de précaution, de chercher à limiter durablement la population exposée à l'aléa, même si celui-ci est très faible », juge l'Autorité. Celle-ci suggère de neutraliser le territoire potentiellement exposé aux risques sanitaires via un espace naturel préservé. « D'autres incertitudes quant aux incidences sur les sites Natura 2000 et aux impacts sur les milieux aquatiques doivent également être levées », indiquent les rapporteurs.

Absence de rapport de sécurité

La deuxième grosse critique porte sur l'absence de… rapport de sécurité. « Alors que des risques d'accidents (incendie souterrain, explosion...) sont mis en évidence depuis plusieurs années et reconnus même par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), on peut s'étonner de cet "oubli" ! », réagit le Réseau Sortir du nucléaire. « La sûreté et la sécurité à court, moyen et long termes de ce projet sont des facteurs déterminants de son utilité publique », estime effectivement l'Ae, qui redoute un accident ou une erreur de conception.

 
Alors que des risques d'accidents sont mis en évidence depuis plusieurs années et reconnus même par l'Autorité de sûreté nucléaire, on peut s'étonner de cet "oubli" !  
Réseau Sortir du nucléaire
 
Pour les rapporteurs, la question de la prévention des risques majeurs mérite une synthèse des conclusions d'études précédentes, notamment celles de l'ASN sur le dossier d'options de sûreté remis en 2016, mais aussi la démarche d'analyse des risques qui a conduit à ces conclusions. L'Ae demande au maître d'ouvrage de compléter le dossier sur l'impact d'accidents potentiels, y compris à longue distance dans le cas d'une pollution des eaux, Cigéo étant situé en tête de bassin versant. A cet égard, les rapporteurs considèrent que la dimension exceptionnelle du projet et sa durée impliquent de réévaluer la question d'une consultation internationale. Il semble que l'Andra ait un peu vite considéré que le projet ne pouvait avoir d'incidences notables sur l'environnement d'un autre État.

Établissement unique rassemblant différentes problématiques

Comme le souligne l'avis, le centre de stockage constituera un établissement unique rassemblant sur un même lieu des problématiques liées à différents types d'installations : installations nucléaires de base (INB), installations industrielles à risques, travaux miniers et stockage passif de déchets. D'où la nécessité de croiser des compétences et des expertises de nature et d'origines très variées.

L'Ae pointe différentes problématiques liées au stockage souterrain des déchets nucléaires : accidentologie mais aussi évacuation de la puissance thermique des colis, « facteur majeur de la sûreté de stockage », et risques d'agression anthropique du site. Sur ce dernier point, les rapporteurs rappellent qu'une expertise indépendante a souligné les insuffisances des études de l'Andra sur le potentiel géothermique du site. En demandant que cette question soit approfondie lors des demandes d'autorisations ultérieures, nécessaires à la réalisation du projet, l'Ae relance cette question. Au plan judiciaire, elle avait été tranchée en mai 2018 par la Cour de cassation, qui avait jugé que l'Andra n'avait pas dissimulé le potentiel géothermique du site susceptible de remettre en cause le projet. Les associations anti-nucléaires, à l'origine de cette action, se sont toutefois tournées vers la Cour européenne des droits de l'homme.

« En pointant toutes ces lacunes, cet avis démontre à quel point les critiques (…) sont justifiées et doivent être prises en compte. Dans ces conditions, il serait inacceptable que Cigéo soit déclaré d'utilité publique », estime le Réseau Sortir du nucléaire. Et l'association d'appeler le gouvernement à « abandonner ce projet, qui sert d'alibi à la poursuite du programme nucléaire français, et à commencer dès maintenant à tarir la production de ces déchets radioactifs ingérables ».

Réactions9 réactions à cet article

 

Réconfortant de voir que le nucléaire se montre sous son vrai jour : alors que certains l'adulent comme énergie non émettrice de Gaz à Effets de Serre, cet avis montre le côté ingérable de cette technologie, tant dans l'espace que dans le temps (plusieurs centaines ou milliers d'années).
On va peut-être finir par ce poser les bonnes questions sur cette énergie incompatible avec le vivant.

FV77380 | 20 janvier 2021 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

alors ont les mets où les déchets?
chez Nicolas Hublot ?
Il paraît qu'il a de la place

scalectric4 | 20 janvier 2021 à 10h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"ce projet, qui engage l'avenir sur plusieurs millénaires"
Cette seule information devrait suffire à abandonner ce délire!
Et dire que l'on nous bassine dans le même temps tous les jours avec l'endettement qu'on laissera aux générations suivantes....

adjtUAF | 20 janvier 2021 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Les Autorités ont prévu de faire un immense parc naturel en compensation à l'encontre de la population qui ne veut ni déchets ni parc. Les écologistes adeptes de la voiture électrique qui est une autre catastrophe environnementale de grande envergure, devrait se poser les questions de cette monstrueuse production électrique à prévoir dans l'avenir.
Mais chut, on préfère expliquer que l’élevage pollue plus que le transport, ou que la foret est l'avenir de l'homme, ou bien encore qu'il faut protéger 50% des terres qui sont fondamentalement en bonne santé tout en continuant de bétonner 70 000 ha par an. De plus on délègue la pollution dans les pays émergeant afin de se poser en exemple et on délocalise les autochtone afin de s'accaparer leurs terres sous prétexte de biodiversité. .
Tout esprit censé capable d'utiliser son libre arbitre devrait se poser les vrais questions avant de condamner qui que ce soit ou quoi que ce soit.
Un de mes ami écologiste de la première heure comme moi, altermondialiste vient de publier un ouvrage : ÉCOLOGIE, SORTIR DE LA PEUR construit à partir de plus de 800 publications scientifiques référencées.
A lire avant de commenter à tord et à travers guidé par l'affectif et l’ego.

ouragan | 20 janvier 2021 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai que c'est plus qu'irresponsable cette énergie, et ce que ne dit pas cet article c'est le très mauvais état de sites de stockage des premières centrales.
Et pourquoi la fusion nucléaire n'est pas encore en fonction puisqu'on est incapables de réguler la population mondiale nous aussi d'ailleurs n'avons pas de leçons à donner aux autres, 70 millions d'habitants sur 550000 km2, on a largement dépassé notre situation d'équilibre.

pemmore | 20 janvier 2021 à 12h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les écologistes ne sont des géologues de haut niveau, il ne savent rien du sous sol, ils n'ont jamais mis les pieds dans une mine

le papet | 20 janvier 2021 à 15h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tout à fait
et entièrement d’accord avec "le papet"
aujourd'hui tout le monde veut donner son avis sur tout sans en avoir la moindre compétence

scalectric4 | 20 janvier 2021 à 15h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Article intéressant, j'y apprends notamment que le site est à la base d'un bassin versant, ce qui est notable. Et qu'il a du potentiel géothermique.... forcément! Ne pas oublier qu'on est dans la Meuse, département peu densément peuplé. Sans faire injure aux habitants de ce département (qui me plait bien, malgré son austérité de paysages), il ne faudrait pas nous faire croire non plus que c'est ce site qui va effrayer tout projet de développement ou d'expansion urbaine par "là bas". Ici, en Alsace, on a l'exemple Stocamine qui ne s'est pas très passé, pour diverses raisons. Je veux croire que Cigéo,en a retenu quand même des leçons. Ce qui serait intéressant, c'est de savoir ce que cherche réellement Sortir du nucléaire : un dossier plus fourni et rassurant? d'autres sites en "secours"? veulent-ils vraiment être rassurés? veulent-ils vraiment un site en France? Autant je soutenais leur action pour fermer la centrale de Fessenheim, autant sur ce sujet, j'aimerai qu'ils soient clairs et qu'ils fassent preuve de réelles propositions pour s'occuper de NOS déchets... pensent-ils proposer le futur centre de retraitement des déchets radioactifs de Fessenheim à la place? On n'a pas vocation non plus à les refiler aux "copains" d'à côté ou plus lointains.

nimb | 20 janvier 2021 à 21h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'Autorité applique la loi : donc le principe de précaution, qui est consubstantiellement un principe d'inaction voire de castration. En clair : pour un projet qu'on nous garantit sans conséquence sur 500000 ans, montrez nous une étude sur 500000 ans. On méprise là toute la connaissance et l'intelligence qui fait la base du raisonnement scientifique. En clair, on retombe dans un obscurantisme pré-moyenâgeux. Merci les zécolos...

dmg | 21 février 2021 à 21h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager