En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Cinq produits chimiques ajoutés à la réglementation internationale

Risques  |    |  Graziella Dode Actu-Environnement.com

Les parties réunies à la conférence sur les produits chimiques et les déchets dangereux, qui s'est tenue à Genève du 28 avril au 10 mai 2013, ont décidé l'inscription de cinq produits chimiques supplémentaires dans la réglementation internationale, annonce l'International Institute for Sustainable Development (IISD). La conférence réunissait les parties de la convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants (POP), la convention de Rotterdam sur les importations et exportations de produits chimiques dangereux et la convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières et l'élimination des déchets dangereux, rappelle-t-il.

Parmi les produits désormais concernés par la réglementation de ces conventions, se trouve l'hexabromocyclododecane (HCBD), un retardateur de flamme, dont l'utilisation et la production a été interdite avec une période aménagée de 5 ans pour celui contenu dans les polystyrènes servant à l'isolation des bâtiments. "Ce produit très utilisé dans la construction, les sièges de voiture et l'électronique, a des effets sur le développement des enfants, en perturbant leur système hormonal", a-t-il été rappelé à l'AFP. "Il s'agit de la 23e substance programmée pour une élimination totale par la Convention de Stockholm", est-il précisé.

Quatre autres produits chimiques, le méthyl azinfos (pesticide), le pentaBDE (retardant de flamme), l'octaBDE (retardateur de flamme) et le PFOS (produit chimique industriel) seront également soumis à la réglementation internationale. L'obligation d'un accord préalable du pays de réception pour toute exportation de ces produits a été entérinée par les parties à la conférence.

"Ajouter ces produits à nos listes est une excellente chose car ils sont connus pour leurs effets nocifs", a commenté Jim Willis, secrétaire exécutif des trois conventions. Toutefois, aucun accord n'a été trouvé concernant l'inscription de l'amiante chrysotile à cette réglementation, est-il rappelé par l'IISD. L'opposition de la Russie a constitué le principal blocage, révèle-t-il. De même, les parties ne se sont pas entendues concernant le sort du paraquat, un désherbant très toxique, notamment en raison de l'opposition de l'Inde.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…