En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Rénovation énergétique de l'habitat : les préparatifs locaux

Le Gouvernement a transmis ses instructions aux régions et départements pour décliner localement le plan de rénovation énergétique de l'habitat avec, pour objectif, que tout soit prêt pour le lancement de la campagne nationale en septembre.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Rénovation énergétique de l'habitat : les préparatifs locaux

Dans le cadre du plan national de rénovation énergétique présenté en mars 2013 par le gouvernement de François Hollande, les ministères du Logement et de l'Ecologie ont envoyé leurs instructions aux services déconcentrés de l'Etat via une circulaire rendue publique le 30 juillet. Afin d'atteindre les objectifs nationaux, à savoir rénover 400.000 logements par an puis 500.000 à partir de 2017, les ministères en appellent aux préfets de région pour assurer la gouvernance locale de ce plan et aux préfets de départements pour sa mise en œuvre effective.

Les deux échelons, régional et départemental, sont ainsi invités à relayer l'appel à projets national, baptisé "initiative locales", auprès des collectivités et de les aider à monter leur dossier. Lancé le 30 mai, cet appel à projet "vise à repérer, valoriser et diffuser les initiatives et démarches mises en œuvre par les collectivités territoriales en faveur de la rénovation énergétique des logements, à la fois sur les volets qualitatif et quantitatif". La date limite du dépôt des candidatures est fixée au 30 septembre 2013. Le palmarès est prévu pour décembre 2013. La phase suivante consistera à faire connaître les bonnes pratiques pour encourager leur diffusion.

Bien conseiller et orienter pour encourager les travaux

Les préfets doivent également s'assurer que le nouveau régime d'aide proposé par l'Agence nationale de l'habitat (Anah) est en place et maîtrisé par les organismes chargés de conseiller les propriétaires de logements privés ou publics qui souhaitent réaliser des travaux. Dans le cadre du plan national, le champ d'application du programme "Habiter Mieux" est élargi avec des conditions de ressources et des aides revus à la hausse. De plus, le programme a été élargi aux propriétaires bailleurs et aux copropriétés en difficulté.

Par ailleurs, d'autres modes de financement sont possibles : crédit d'impôt développement durable, éco-prêt à taux zéro, dispositif de tiers financement, certificats d'économie d'énergie ou encore l'enveloppe européenne du Fonds européen de développement régional (Feder). En effet, les règlements européens précisent que 20% au minimum de l'enveloppe Feder doit être attribué à "la transition vers une économie à faible teneur en carbone" dont le sujet de la rénovation énergétique des logements fait partie. Pour rappel, les Conseils régionaux seront en charge de la gestion du Feder pour la période 2014-2020.

Un réseau local de proximité pour l'accueil et le conseil devra également voir le jour en relation avec le guichet unique national. Il pourra se construire à partir d'entités déjà existantes comme les espaces Info-énergie gérés par l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), les agences de l'Anah ou encore de l'Agence nationale pour l'information au logement (Anil). Mais les préfets devront vérifier le bon maillage du territoire notamment dans les zones prioritaires de rénovation et si nécessaire créer de nouveaux points d'information portés par les collectivités. Le guichet unique national, qui prendra la forme d'un site internet et d'un numéro azur, permettra d'orienter les candidats à la rénovation vers les interlocuteurs adaptés à leur situation. Par exemple, ceux éligibles au programme "habiter mieux" de l'Anah seront orientés de préférence vers les services de cette agence. Ces réseaux locaux devront être opérationnels en septembre prochain, date de lancement de la campagne de communication nationale envers le grand public.

Réactions5 réactions à cet article

 

Nouveaux dispositifs remplaçant une partie des anciens "nouveaux" dispositifs existants.
Dans mon village, il y a de la rénovation et énormément d'isolation à effectuer. Le problème c'est que ces demandes d'aides s'adressent à de faibles revenus: Retraités, chômeurs/propriétaires, jeunes ayant investis dans du vieux à rénové. Crédit d'impôt ou à taux zéro etc sur présentation des factures de l'artisan qui a effectué les travaux. Artisans que les demandeurs... ne peuvent pas se payer. Donc, l'isolation et la rénovation ne se font toujours pas et ces nouvelles "nouvelles" dispositions ne changeront rien à l'affaire.
Tant que les aides seront accordées aux artisans plutôt qu'aux matériaux, rien n'avancera...Et la facture énergétique continuera à augmenter.

ecolittoral | 13 août 2013 à 15h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ecolittoral a écrit:

"Tant que les aides seront accordées aux artisans plutôt qu'aux matériaux, rien n'avancera...Et la facture énergétique continuera à augmenter."

j'approuve à 1000% ! ! !

Je suis moi-même dans ce cas.

Senior trop vieux pour la société du travail qui nous rejette, mais pas assez vieux pour avoir droit à la retraite, en parfaite capacité de faire les travaux tout seul.
Mais voilà, IL FAUT PASSER PAR UN PROFESSIONNEL que je n'ai pas les moyens de payer.
Donc les travaux ne seront pas faits !
Donc rien ne changera . . . . .

moimeme | 15 août 2013 à 10h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

ecolittoral a écrit:

"Tant que les aides seront accordées aux artisans plutôt qu'aux matériaux, rien n'avancera...Et la facture énergétique continuera à augmenter."

j'approuve à 1000% ! ! !

Je suis moi-même dans ce cas.

Senior trop vieux pour la société du travail qui nous rejette, mais pas assez vieux pour avoir droit à la retraite, en parfaite capacité de faire les travaux tout seul.
Mais voilà, IL FAUT PASSER PAR UN PROFESSIONNEL que je n'ai pas les moyens de payer.
Donc les travaux ne seront pas faits !
Donc rien ne changera . . . . .

moimeme | 15 août 2013 à 11h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Nulle part je lis dans l'article que les aides sont accordées uniquement aux artisans et/ou uniquement aux chantiers réalisés par des artisans qualifiés, ni que les matériaux seraient exclus de l'aide.
Il est possible que les aides sur l'achat des matériaux soient conditionnées par leur installation via un artisan qualifié et alors il faut que l'aide soit majorée pour tenir compte du surcout et/ou que la condition soit suprimée.
L'une des raisons possible du système actuel pourrait être la qualité du travail ET l'optimisation des solutions techniques d'isolation (accessoirement la limitation du gaspillage des matériaux)

ami9327 | 19 août 2013 à 14h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ingénieur retraité je suis capable de faire les travaux seul mais avec l'artisan qualifié il parait qu'il en reste impératif mes fenêtres périront avec moi .Pourquoi ne pas aider les matériaux ?

FIRMINOU | 19 septembre 2013 à 18h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager