En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Extension des consignes de tri : le programme de Citeo accuse six mois de retard

L'extension des consignes de tri à tous les emballages aurait dû atteindre 34 millions de Français fin 2019. Ce nombre ne devrait être atteint que mi-2020.

Déchets  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com
Extension des consignes de tri : le programme de Citeo accuse six mois de retard

En ce début d'année 2020, 27 millions de Français sont concernés par l'extension des consignes de tri, a annoncé, fin 2019, Citeo, l'éco-organisme en charge de la filière de responsabilité élargie du producteur (REP) pour les emballages ménagers et les papiers. Fin 2018, l'entreprise prévoyait que 34 millions de Français puissent mettre tous leurs emballages (hors verre) dans le bac jaune dès janvier 2020. Cet objectif ne devrait être atteint que mi-2020.

Contactée par Actu-Environnement, l'entreprise ne donne pas d'explication à ce retard. Elle rappelle simplement que « le déploiement de l'extension des consignes de tri se fait par phases d'appels à projets afin d'aligner les dispositifs de collecte et les centres de tri ». Et de préciser que « certains projets sont en cours de déploiement et ne seront opérationnels qu'en 2020 ».

Près de 34 millions de Français dans quelques mois

L'éco-organisme annonce que, dorénavant, « 50 % [soit, près de 34 millions de personnes, ndlr] de la population française métropolitaine [sera] en extension des consignes de tri mi-2020 ». Le volet actuel du programme déployé par Citeo doit permettre à 6,3 millions de Français supplémentaires de trier tous leurs emballages « dans les mois à venir ». Une nouvelle sélection de projets aura lieu fin avril. L'éco-organisme ambitionne d'atteindre ensuite 37 millions de Français à la fin de l'année.

Le volet actuel est doté de 14,1 millions d'euros, répartis en deux sous-enveloppes.
La première concerne la modernisation des centres de tri. Sept nouveaux centres ont été sélectionnés, pour un soutien financier de 8,8 millions d'euros. Une fois ces investissements finalisés, 46 centres de tri modernisés pourront accueillir tous les flux issus de l'extension des consignes de tri. Ces centres disposent d'équipements et de process industriels permettant de trier les nouveaux emballages plastique collectés, tels que les pots, les barquettes et les films. Vingt-deux autres centres ont des projets en cours de mise en œuvre, précise Citéo.

 
Le déploiement de l'extension des consignes de tri se fait par phases d'appels à projets afin d'aligner les dispositifs de collecte et les centres de tri.  
Citeo
 
Parallèlement, l'éco-organisme soutient des projets d'optimisation de la collecte, avec une enveloppe de 5,3 millions d'euros. « Cinquante-quatre projets [ont été] sélectionnés pour améliorer la desserte en porte-à-porte ou de proximité sur les zones non ou mal équipées, réduire la fréquence de collecte sélective en porte-à-porte, harmoniser les dispositifs, mieux collecter les papiers diffus... »

Le programme d'extension des consignes de tri a débuté en 2015 et est censé s'achever en 2022, avec le passage de l'ensemble de la France aux consignes de tri simplifiées. Citeo aura alors investi 190 millions d'euros sur la période 2018-2022 dans le cadre d'un plan de performance des territoires.

Réactions1 réaction à cet article

 

J'émets de sérieux doute sur cette procédure où la facilité d'une source de financement par les emballages, dicte la technique de traitement des déchets d'une façon générale. Le citoyen ne comprend pas pourquoi il faut mettre une boite de conserve dans les "emballages" en devant porter une vieille serrure à la déchetterie. Idem pour les livres et de multiples autres exemples.
Certaines communes avaient mis en place une procédure par type de matériaux (verre, papier-carton, plastiques, métaux), c'était clair pour tout le monde, cela axait le geste de dépôt vers le recyclage. Le financement devait être un tout petit peu plus compliqué, le pouvoir de CITEO nettement amoindri.
Plus grave, le refus des containers de déchets par les pays asiatiques vient de démontrer l'illusion de l'objectif prioritaire de recyclage. Ce recyclage des plastiques ne concerne qu'une petite partie du gisement. En faire un objectif prioritaire empêche la mise en place d'une filière simple pour la masse, comme par exemple le brûlage dans des chaudières performantes en remplacement du fuel lourd ou du gaz ou le cracking en grosse unité pétro-chimique.

VD69 | 23 janvier 2020 à 11h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager