En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Cleantechs : quelles perspectives pour 2012 ?

Le cabinet de conseil Capgemini Consulting vient de publier la troisième édition de son étude sur les Cleantechs. L'Europe devra investir pour bénéficier d'une bonne position sur les marchés.

Energie  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

"Les Cleantechs, et plus particulièrement les énergies renouvelables, sont une source clef d'emploi durable en Europe avec plus d'un million d'emplois verts à la fin de l'année 2011, analyse dans son éditorial Alain Chardon directeur Cleantechs & Decarbonate de Capgemini Consulting, 2012 pourrait être une année charnière avec en balance le potentiel de création de travail additionnel contre la crise financière européenne et ses effets". Le cabinet de conseil vient de publier la troisième édition de son étude sur le marché des Cleantechs. Celle-ci dresse un tableau de la situation pour chaque grand secteur de l'énergie : l'éolien terrestre et offshore, le solaire photovoltaïque, l'hydroélectricité mais également les Smart grid et le captage et stockage du dioxyde de carbone.

Le premier constat est que les cleantechs constituent désormais une industrie mature engagée dans une compétition mondiale. D'une manière globale, le grand gagnant de cette course semblerait être l'Asie au regard du potentiel de développement des énergies renouvelables et des investissements. Avec la crise et la réduction des placements, le contexte européen a en effet évolué d'une manière défavorable. Cependant, en analysant la situation par secteur, cette position s'avérait moins morose. Ainsi l'UE 27 demeure le plus grand installateur d'éolienne terrestre avec 84 GW de capacité installée cumulée en 2010. Ces bons résultats sont obtenus grâce à l'Allemagne et les pays nordiques mais également plus récemment des Etats comme l'Espagne. La Chine progresse toutefois sur ce terrain avec 50 % de capacité ajoutée en 2010 : elle présente désormais une capacité cumulée de 42 GW. Concernant la fabrication des turbines, les 10 premiers fournisseurs sont des entreprises chinoises, américaines et européennes.

Position confortable de l'éolien offshore en Europe

Bonne acceptabilité sociale, contexte naturel favorable, des compétences élevées dans la production, l'éolien offshore quant à lui profite d'une position confortable en Europe, selon l'étude. La capacité installée atteint les 3,8 GW. Si son coût reste élevé (100 à 170/MWh€), la tendance à la concentration dans de grands parcs et l'augmentation de la taille des turbines pourraient permettre des économies d'échelle. Certains analystes prévoient toutefois un fort développement sur ce secteur de la Chine pour arriver à une capacité installée de 30 GW en 2020.

Après une forte croissance de la capacité installée du solaire photovoltaïque grâce à des mécanismes d'aides, plusieurs États membres européens (l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la France, la République tchèque et le Royaume-Uni) ont décidé de leur coté de réduire leurs subventions. La capacité de fabrication de panneaux solaires excède maintenant la demande de 38%. La situation est moins maussade aux Etats-Unis : les hauts prix de l'électricité et le solaire thermique à concentration (CSP) pourraient également stimuler le marché. Trois régions s'avèrent particulièrement actives dans le développement de la technologie CSP : le sud des Etats-Unis (Californie, Floride, etc.), l'Espagne et le Sahara.

La Chine s'est quant à elle hissée aux premières places pour la production panneaux : elle fournit aujourd'hui la majorité des installations solaires photovoltaïques.

Prix du carbone bas (7 €/tonne en janvier 2012), validation de la technologie, le captage et stockage CO2 peine pour sa part à se développer. A l'inverse, pour accompagner le développement des énergies renouvelables intermittentes, un certain nombre de pays européens ont misé sur l'hydroélectricité. A partir de mai 2011, près de 17 GW de projet ont été planifiés notamment en Suisse, au Portugal, en Espagne, en Autriche et en Allemagne.

Selon le rapport de Capgemini Consulting, l'essor des Smart grids constituerait la clef pour le succès de l'industrie des cleantech en Europe. Ces réseaux intelligents constituent en effet une solution pour gérer l'intermittence des EnR.

 

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager