En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Une discussion sur le climat insatisfaisante au G7

Gouvernance  |    |  Agnès Sinaï Actu-Environnement.com

Le G7, réuni les 26 et 27 mai à Taormine, en Sicile, a réaffirmé un front uni en faveur de l'Accord de Paris sur le climat, malgré l'indécision de Donald Trump d'endosser ce traité. Dans un tweet diffusé depuis Taormine le 27 mai, le président des Etats-Unis a annoncé sa "décision finale sur l'Accord de Paris" pour "la semaine prochaine", soit dans le courant des jours à venir. Son attitude a placé ses homologues du G7 dans une situation inconfortable, parmi lesquels la chancelière allemande Angela Merkel, qui a estimé "très insatisfaisante" la discussion sur le climat.

Dans leur communiqué final, les sept pays membres se bornent à une déclaration minimaliste : "Les Etats-Unis d'Amérique sont en train de revoir leur politique climatique et leur position par rapport à l'Accord de Paris et ne sont donc pas en mesure de rejoindre le consensus sur ces sujets. Prenant acte de ce processus, les chefs d'Etat et de gouvernement du Canada, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon et du Royaume-Uni ainsi que les présidents du Conseil européen et de la Commission européenne réaffirment leur engagement fort en faveur de la mise en œuvre rapide de l'Accord de Paris, conformément à ce qui a été décidé au sommet précédent de Ise-Shima."

La communauté internationale entend aller de l'avant malgré la défection des Etats-Unis. Du Pape François aux grands investisseurs institutionnels, un front uni s'est constitué, y compris dans les pays du Sud, en faveur de la poursuite des politiques climatiques.

Laurence Tubiana, directrice générale de European Climate Foundation et négociatrice en chef de l'Accord de Paris en 2015, résume : "Plus que l'indécision américaine, l'important c'est que l'alliance de toutes les autres grandes économies s'est encore renforcée en faveur d'une action ambitieuse pour le climat, sur le plan diplomatique avant et pendant ce G7, mais surtout sur le terrain en investissant dans des infrastructures propres et en commençant à créer les emplois de demain en Europe, en Asie, en Afrique et dans les Amériques. Le soutien à l'Accord de Paris est mondial et se renforce chaque jour à mesure que la transition bas-carbone s'accélère."

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Agnès Sinaï

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager