Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Afrique de l'Ouest : les décharges à ciel ouvert impactent la qualité de l'air… et le climat

Risques  |    |  S. Fabrégat

"Une grande partie de la pollution [de l'air en Afrique de l'Ouest] est d'origine organique, liée à la combustion permanente, à basse température, dans les décharges à ciel ouvert. Les particules produites réduisent la quantité de rayonnement solaire qui atteint le sol, modifiant l'évolution diurne de la température, du vent et des nuages, ainsi que la dynamique atmosphérique". Ce sont les premiers résultats du programme européen Dacciwa (1) , publiés le 30 août, après une campagne de grande ampleur de mesures aéroportées et au sol menée en juin et juillet. L'objectif de ce programme de recherche : mieux comprendre les phénomènes météorologiques et climatiques et les impacts de la pollution anthropique qui est appelée à augmenter avec l'explosion démographique, l'urbanisation croissante et la déforestation.

"L'air le long du golfe de Guinée est un mélange complexe et unique de différents gaz et d'aérosols, d'origine naturelle et humaine : des vents de mousson chargés de sels de mer, des vents sahariens charriant des poussières, des feux de forêts et domestiques, des décharges à ciel ouvert dans les villes, des cohortes de tankers au large des côtes, des plateformes pétrolières et d'un parc automobile vieillissant, entre autres", explique le programme. Les chercheurs souhaitent donc analyser quelle est l'influence de ces apports sur la formation et la dissipation des nuages. "Les modèles météorologiques et climatiques sont encore incomplets en ce qui concerne les interactions aérosols-nuages dans un environnement chimique aussi complexe que celui du golfe de Guinée", notent-ils. 
Le programme sera mené jusqu'en 2018. Les mesures seront complétées par des observations satellite, "afin de proposer un schéma explicatif de l'interaction entre chimie atmosphérique, aérosols, formation et dissipation des nuages bas, bilan radiatif et précipitations".

1. Ce projet, coordonné par le Karlsruher Institut für Technologie en Allemagne, réunit 16 partenaires dont, pour la France, le CNRS, l'Université Toulouse III - Paul Sabatier, l'Université Pierre et Marie Curie, l'Université Paris Diderot et l'Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand II.
http://www.dacciwa.eu

RéactionsAucune réaction à cet article

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Bac souple pliable amovible : une bâche de rétention souple multifonction DIFOPE
Trémie à casque FC/FD adaptée à tous types de pulvérulents GOUBARD