En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Climat : l'Algérie compte sur le gaz pour réduire ses émissions de GES

Grâce au gaz naturel, l'Algérie s'engage officiellement à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 7 à 22% en 2030, par rapport à un scénario business as usual. Cette approche répond à ses enjeux climatiques et économiques, plaide l'Algérie.

Gouvernance  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Ce vendredi 4 septembre, l'Algérie a officiellement présenté son engagement dans le cadre des négociations climatiques. Le pays propose "une réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 7 à 22%, à l'horizon 2030, par rapport à un scénario de référence (Business as usual - BAU), subordonnée aux soutiens en matière de financements extérieurs, de développement et de transfert technologique et de renforcement des capacités", indique le document envoyé au secrétariat général de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (Ccnucc). Il précise que "les 7% de réduction des GES seront réalisés avec les moyens nationaux", sous-entendant que cet objectif ne sera dépassé qu'avec un soutien extérieur.

Pour rappel, en décembre 2012, les négociateurs internationaux à Lima (Pérou) avaient "invité" les Etats à communiquer "bien en avance" de la conférence de Paris leur contribution officielle. Idéalement, les contributions intentionnelles déterminées au niveau national (INDC, pour Intended Nationally Determined Contribution) devaient être envoyées au secrétariat de la Ccnucc avant la fin du premier trimestre 2015 "pour les pays prêts à le faire", précisait l'accord conclu à Lima. Seuls six pays, ou groupe de pays, ont remis leur INDC à la date butoir du 31 mars : la Suisse, l'Union européenne, la Norvège, le Mexique, les Etats-Unis et la Russie.

Le gaz, pilier de la stratégie algérienne

Le gaz est au cœur de la stratégie climatique algérienne. Tout d'abord, l'Algérie met en avant qu'"elle n'est nullement responsable [des changements climatiques] ni historiquement, ni présentement, ni dans le futur en raison de la prépondérance du gaz naturel dans son mix énergétique". Ce mix est qualifié de "vertueux", le gaz étant une "énergie propre contrairement au charbon". Cela lui permet de "souligner [qu'elle] contribue déjà aux efforts d'atténuation, depuis plusieurs décennies", grâce au recours aux centrales à cycle combiné. Pour réduire ses émissions, l'Algérie propose donc d'accroitre l'usage du gaz, via notamment la conversion au gaz de pétrole liquéfié (GPL) d'un million de véhicules particuliers et de plus de 20.000 autobus.

Le recours au gaz est aussi mis en avant comme une opportunité de réduction des émissions pour d'autres pays. "Les ressources prouvées et estimées de l'Algérie en matière de gaz naturel devraient pouvoir aider ses partenaires", explique le document qui ne cache cependant pas que "l'économie algérienne est fortement dépendante des recettes d'exportation des hydrocarbures". Cette dépendance économique "rend l'Algérie doublement vulnérable (naturellement et économiquement) aux effets adverses des changements climatiques, mais aussi aux mesures de riposte".

La contribution de l'Algérie n'évoque cependant pas le recours au gaz de schiste, une ressource en cours de développement. De même, elle n'évoque pas les fuites de méthane, lors de l'extraction et du transport du gaz naturel, qui constituent un enjeu grandissant de la réduction des émissions de GES. "En matière de réduction de méthane, l'Algérie entend accorder la priorité à la gestion des déchets solides ménagers", explique le document. Pas de référence à la réduction de l'impact climatique de l'extraction des énergies fossiles, mis à part l'engagement de réduire à 1%, d'ici 2030, le volume de gaz torché.

Transition énergétique et diversification énergétique

En dehors du recours au gaz, l'Algérie propose un "programme ambitieux" de réduction de 9% de la consommation globale d'énergie à l'horizon 2030. Pour atteindre cet objectif, elle compte notamment procéder à l'isolation thermique d'"un important programme de logements".

Si le gaz est roi, les énergies renouvelables ne sont pas totalement oubliées. En effet, l'Algérie entend "opérer une transition énergétique et une diversification économique". Pour y parvenir, elle se fixe pour objectif d'atteindre 27% de la production nationale d'électricité grâce aux renouvelables. Le pays dispose notamment "de l'un des gisements solaires les plus élevés au monde estimé à plus de 5 milliards de gigawattheures par an (GWh/an)", avec un ensoleillement annuel moyen de 2.500 heures à l'échelle du pays, voire 3.600 dans certaines zones. La contribution propose donc de développer d'ici 2030 le photovoltaïque et, à moyen terme, la production d'énergie à partir du solaire thermique. De même, l'éolien, la biomasse, la géothermie (dixième plus grand pays au monde grâce à la nappe albienne qui s'étale sur plus de 700,000 km2) et la cogénération sont mis en avant.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager