Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Climat : l'Unesco mise sur l'ADN environnemental pour étudier les effets du changement sur les espèces marines

Biodiversité  |    |  Dorothée Laperche  |  Actu-Environnement.com

Évaluer la vulnérabilité de la biodiversité marine face au changement climatique : c'est l'objectif du projet « Expéditions ADNe » lancé par l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) sur la période 2022 à 2023. « Le principal défi pour la conservation marine mondiale est qu'il n'existe aucune base d'information complète qui permettrait une analyse mondiale de la composition ou des schémas de migration des espèces, explique l'Unesco. L'augmentation des connaissances sur la biodiversité permettra d'améliorer la gestion et aidera à mesurer le rôle des aires marines protégées pour la préservation des espèces menacées. »

Pour cela, l'Unesco compte s'appuyer sur une approche particulière, celle de l'ADN environnementale (ADNe). Son principe ? Utiliser les séquences de fragment d'ADN caractéristique d'une espèce pour savoir si elle est présente dans le milieu. « L'échantillonnage de l'ADNe peut offrir une solution innovante, abordable et attendue depuis longtemps pour mieux comprendre les écosystèmes marins, leur composition et leur comportement, et pour commencer à exploiter les ressources de l'océan de manière plus durable », a estimé Vladimir Ryabinin, sous-directeur général de l'Unesco et secrétaire exécutif de la Commission océanographique intergouvernementale (COI).

Le projet se concentrera sur les espèces qui figurent sur la liste rouge des espèces menacées ainsi que sur les 50 sites marins inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco. Ce dernier impliquera également les citoyens. Ces derniers, guidés par des experts, seront notamment incités à prélever des échantillons d'eau qui seront ensuite séquencés dans des laboratoires spécialisés. Les données seront ensuite publiées sur le système d'information sur la biodiversité des océans (Obis). « L'utilisation de l'ADNe pour la surveillance de l'océan et la collecte de données n'en est qu'à ses débuts et les protocoles standards d'échantillonnage et de gestion des données seront optimisés dans le cadre du projet », indique l'Unesco.

L'utilisation de l'ADN environnementale nécessite toutefois de prendre garde à différents biais.

Lors d'une journée de la Zone atelier bassin du Rhône (Zabr) sur le sujet, plusieurs experts avaient alerté sur le fait que pour être bénéfique à l'environnement, le développement de cet outil devait être accompagné et ne pas être seulement motivé par des raisons économiques.

Réactions1 réaction à cet article

 

J'ai pas trop d'idées la-dessus, tout ce que je remarque c'est que la bio diversité qui éxistait il y a 60 ans, a disparu dans le panier avide des touristes possesseurs d'anneaux couvrant la côte de casiers.
Est-ce que la disparition des crabes et des crevettes participe du changement du biotope?
Peut être que comme on devrait interdire et détruire tout bâtiment à moins de 300m de l'estran, 300m pour les casiers devrait devenir la norme.

pemmore | 19 octobre 2021 à 11h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat