En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le financement climatique à l'ordre du jour du Conseil européen jeudi

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com
Le climat sera au centre des discussions, jeudi à Bruxelles, lors de la rencontre des chefs d'État et de gouvernement européens. ''À seulement quelques semaines de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Copenhague, il est plus important que jamais que l'UE continue de jouer un rôle de leader et que nous contribuions à un accord mondial et ambitieux sur le climat. Nous avons une forte position négociatrice, surtout grâce à l'excellent travail accompli par nos ministres de l'environnement en matière de transmission technique, d'adaptation, de réduction de l'empreinte carbone et de bonne gouvernance. Mais pour parvenir à un accord à Copenhague, nous devons nous mettre d'accord sur la partie financière'', a expliqué Fredrik Reinfeldt le Premier ministre suédois.

Si l'UE s'est entendue récemment sur une position commune (réduire de 50 % les émissions de CO2 par rapport à celles de 1990 d'ici 2050, avec un objectif intermédiaire de 25 à 40 % d'ici à 2020 pour les pays industrialisés contre 15 à 30 % pour les pays en voie de développement), elle n' a pas réussi à trouver un accord lors du Conseil des Finances sur le montant de l'aide financière à apporter aux pays en développement.
Selon Fredrik Reinfeldt, la question du financement climatique est ''épineuse'', mais la Présidence a bon espoir ''de parvenir à un accord afin qu'un mandat européen soit mis en place en vue'' de Copenhague.

Pour Arnaud Gossement, porte parole du réseau France Nature Environnement, cette question est ''l'enjeu essentiel de ce conseil'': ''nous verrons demain si l'Europe a décidé d'être un moteur ou un frein pour les négociations climatiques. L'Europe doit contribuer au règlement de la dette écologique du Nord vis-à-vis du Sud. Cela ne se résume pas à donner de l'argent, cela implique aussi de donner voix au chapitre aux citoyens du Nord comme du Sud. L'Europe peut et doit notamment associer l'Afrique à la prise de décisions à Copenhague''.
Sur les 110 milliards d'euros par an nécessaires pour l'aide internationale à la lutte et à l'adaptation au changement climatique pour les pays du Sud d'ici 2020, 35 milliards d'euros ''constituent, de l'avis unanime, la contribution nécessaire de l'Union Européenne. Mais c'est à l'absurde fourchette de ''2 à 15 milliards'' d'euros par an que la Commission européenne se cantonne encore'', commente l'association dans un communiqué de presse.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager