Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Le cluster CREER dédié à l'éco-conception et au recyclage est lancé

Afin de mutualiser leur recherche sur l'écoconception et le recyclage, sept entreprises de domaines d'activité différents s'associent au sein du cluster CREER. Deux projets communs dédiés aux matières recyclées et à la recyclabilité sont déjà lancés.

Déchets  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Sept entreprises à savoir Renault, Steelcase, Areva T&D, Plastic Omnium, Veolia Environnement, le Groupe SEB et le Centre Technique des Industries Mécaniques (CETIM) ont décidé de s'associer afin de mutualiser leurs connaissances et leurs expériences en matière d'éco-conception et de recyclage. Pourtant, elles sont issues de secteurs d'activité différents et notamment l'automobile, l'ameublement, l'énergie électrique ou encore l'électroménager. Mais qu'elles produisent des sièges automobiles ou des transformateurs électriques, elles sont amenées à se poser les mêmes questions en matières de méthodologie ou de normes lorsqu'il s'agit d'aborder l'éco-conception et le recyclage de leurs produits.

De ce fait, est née l'idée du cluster de recherche sur l'éco-conception et le recyclage baptisé CREER pour Cluster Research : Excellence in Ecodesign & Recycling. Basé sur la collaboration et la mutualisation des connaissances et des recherches, le cluster devrait permettre de limiter les coûts. Les partenaires décident ensemble d'un sujet de recherche et mettent en commun des moyens en temps et en ressources. Ceux qui auront contribué en récolteront les bénéfices. Mais selon André Malsch, président de CREER, il ne s'agit pas de faire de la recherche pour la recherche. Le but consiste à ce qu'il y ait des retombées dont pourraient bénéficier les produits rapidement.

Les formes de collaborations sont multiples. Par exemple, le Groupe SEB qui s'interroge sur la possibilité d'utilisation de matériaux recyclés dans ses produits pourra profiter de l'étude réalisée par Plastic Omnium. Steelcase pourra par exemple s'inspirer de la méthode de démontage des pare-chocs de par l'arrachage Renault pour le désassemblage de ses sièges. Deux premiers projets communs ont été déjà été lancés. Le premier vise à identifier les freins et opportunités relatifs à l'utilisation de matières premières recyclées qui n'est pas sans soulever de questions d'ordre techniques, économiques et d'image du produit. Le second projet concerne l'évaluation des méthodes de calcul de la recyclabilité des produits afin que tout le monde parle le même langage d'une entreprise à une autre.

Pour cela, le cluster s'appuie sur un partenariat avec la Société d'Études et de Recherches de l'École Nationale Supérieure d'Arts et Métiers (SERAM) et le laboratoire MAPIE (Modélisation, Analyse et Prévention des Impacts Environnementaux) de l'Institut ENSAM de Chambéry. Crée en 1995, ces équipes ont été les premières à s'intéresser à l'éco-conception et la fin de vie des produits et disposent aujourd'hui de compétences universitaires solides sur ce sujet et d'une renommée internationale qui ont séduit les industriels. L'ENSAM qui synthétise déjà l'actualité technologique, réglementaire et événementielle relative à l'éco-conception et au recyclage de produits mettra à disposition cette base de donnée que très peu d'entreprises pourraient mettre en place seules. Le but consiste à mettre au point un outil de gestion de l'information destiné à apporter une information actualisée et adaptée aux différents acteurs de chaque partenaire.

À travers cette initiative, les entreprises participantes espèrent faire pression sur les fournisseurs pour accélérer l'utilisation de certains matériaux. Elles rappellent qu'en juin 2007, entre en vigueur la directive REACH. Les fournisseurs vont donc devoir répondre à de nouvelles contraintes. Les sept partenaires de CREER pensent donner un coup de pouce à certains.

L'adhésion au cluster est ouverte à toute entreprise, sous réserve de l'acceptation par le comité de pilotage. Selon les responsables, la cotisation est très faible pour faciliter l'accès aux PME et TPE. Le CETIM, un des membres fondateurs, représente déjà à lui seul près de 7.000 entreprises de la mécanique. Il semblerait que plusieurs entreprises aient déjà manifesté leur intérêt. Le sujet attire également les structures publiques comme l'ADEME ou les DRIRE. La région Alsace se dit également prête à financer à hauteur de 50% les projets qui auraient des retombées pour les entreprises locales.

Réactions2 réactions à cet article

 
pas destiné à être publié....

Qu'est-il arrivé à cet article pour qu'il contienne autant de fautes de typo et d'orthographe. Par endroits on est à la limite de la compréhension. Ne pourrait-on pas corriger ce texte?

Vauld | 01 mai 2007 à 11h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
site web

voici le site web de CREER:
http://www.ecodesign-creer.eu/

klem | 05 juillet 2007 à 09h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Système de prévention incendie pour broyeurs dans l'industrie du recyclage BERTHOLD FRANCE SAS