En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Lancement d'une coalition internationale pour des bâtiments sobres en carbone

03 décembre 2015
Spécial COP - Retrouvez toute l'actu Cet article vous est offert par Citae
Environnement & Technique N°354 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°354
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Dans le cadre de l'Agenda des Solutions mis en place conjointement par la présidence française et l'ex-présidence péruvienne de la Ccnucc, une nouvelle alliance mondiale a vu le jour jeudi 3 décembre à la COP 21. Dix-huit pays et plus de 60 organisations se sont engagés à intensifier la construction de bâtiments bas-carbone. Sur le même modèle que les autres alliances, cette Alliance globale pour la construction et les bâtiments a été signée par des pays, des villes, des ONG, des entreprises ou encore des institutions de financement.

Elle vise à déployer au niveau international les technologies et les meilleures pratiques en matière d'efficacité énergétique et de construction à énergie positive. "Le secteur du bâtiment est la source d'un tiers des émissions de GES dans le monde, a rappelé Naoko Ishii, directrice du Fonds pour l'Environnement Mondial. Mais il offre un potentiel énorme de réductions d'émissions. D'ici 2025, il est possible de réduire d'un tiers les émissions du secteur en appliquant seulement les meilleurs pratiques et les technologies déjà existantes", a-t-elle rappelé. Deux axes majeurs vont être développés : l'efficacité énergétique et le chauffage urbain. "Cette alliance a une grande portée sachant que d'ici 2050, 70% de la population mondiale vivra dans les villes", a déclaré Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain, signataire de l'Alliance.

Egalement convaincu, le Pnue a néanmoins alerté sur la nécessité de ne pas se contenter de projets exemplaires mais bien de diffuser à l'ensemble des projets de construction ce nouveau modèle. "Il ne faut pas de villes à deux vitesses, l'une avec des quartiers durables et l'autre avec des bidonvilles". Le Maroc, signataire de l'Alliance, en est également persuadé : "Ce nouveau modèle doit permettre de créer une ville plus inclusive, plus juste pour tous", a déclaré Mohammed Nabil Benabdallah, ministre marocain de l'Habitat et de la Ville.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…