Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Collecte des déchets flottants : les robots gagnent en autonomie

En 2018, la ville de Cannes expérimentait un robot nettoyeur pour l'entretien du port Canto. Un agent le pilotait à distance pour collecter les déchets flottants. Aujourd'hui, il est devenu autonome. Une solution adoptée dans de plus en plus de ports.

Reportage vidéo  |  Déchets  |    |  Baptiste Clarke  |  Actu-Environnement.com
Actu-Environnement Le Mensuel N°412 Cet article a été publié dans Actu-Environnement Le Mensuel n°412
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

En 2018, Actu-Environnement suivait de près l'expérimentation d'un robot nettoyeur à Cannes (Alpes-Maritimes) dans le port de plaisance Pierre-Canto. Pour les services d'entretien du port, le robot permet de collecter des déchets flottants inaccessibles avec une épuisette depuis le quai ou les pontons. La prise en main de la télécommande pour piloter le robot est très simple néanmoins cela nécessite une présence importante pour traiter de grandes étendues d'eau.

Depuis peu, Iadys, la startup française qui développe ce robot, a intégré un système de Lidar, acronyme anglais de « Ligth Detection and Ranging » soit « détection et estimation de la distance par la lumière ». C'est une sorte de radar. Un signal est envoyé par le lidar qui lui revient par réflexion ce qui lui permet de télédétecter les distances avant les obstacles. Le robot adapte sa trajectoire au fur et à mesure qu'il reçoit ces informations. L'avantage de cette technologie est de rendre le robot plus autonome, notamment pour faire des allers retours sur de grande étendues d'eau. C'est un avantage certain pour les agents qui peuvent laisser le robot fonctionner en totale autonomie…mais dans les faits ce n'est pas encore vraiment le cas puisque le robot aura du mal à passer partout entre les bateaux, l'intervention humaine reste obligatoire mais occasionnelle. L'agent pourra travailler sur d'autres occupations en parallèle.

Temps d'autonomie, capacité de collecte, développement de l'intelligence du robot… Écouter l'interview vidéo de Nicolas Carlesi, président de Iadys, qui développe ce robot dénommé Jellyfishbot.

Réactions6 réactions à cet article

 

On pourrait commencer à imposer que les voileux, souvent écolos militants (et donneurs de leçons, un pléonasme), cessent enfin de jeter leurs détritus à la mer, non ?
Je me fais des copains...
Courage à ceux qui produisent sans déchets !

Albatros | 10 mars 2021 à 09h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai qu'une grosse partie des pollutions sont causées par les bâteaux de plaisir et partiellement de pêche.
Une saisie du rafiot le temps de payer l'amende, ce sont des riches, donc en milliers d'euro, ça serait une bonne idée.

pemmore | 10 mars 2021 à 10h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Albatros voit des écolos militants, qui plus est pollueurs par nature (forcément, tant ils cumulent à ses yeux tous les vices !), partout, même dans la plaisance maritime, milieu clairement marqué par une certaine aisance financière (las pour lui, tous les "écolos" n'ont pas franchement les moyens ni l'obsession élitiste de se payer un 10 m et sa place à quai à l'année, loin s'en faut). Ça ne doit pas être facile tous les jours pour lui... Mais merci pour la rigolade !
Pour en revenir au sujet de l'article, quid de l'enlèvement des déchets divers au fond de l'eau et de tous ceux qu'on ne voit pas, tels les éclats de peinture antifouling toxiques (car biocides) ou les poussières de matériaux composites des bateaux largement dispersés en mer par les ateliers d'entretien des ports ?

Pégase | 16 mars 2021 à 14h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il est vrai que dans la catégorie des donneurs de leçons bardés de certitudes, Pégase est un véritable maître, un parangon, une référence.
Et s'il m'arrive qu'il me fasse rire, c'est en de rarissimes occasions tellement la gravité imprègne ses propos. Et la gravité, c'est le sérieux des gens qui ne le sont qu'en surface.
Pour répondre à ses questions sur les déchets de plaisance, qu'il demande aux idoles comme Mme Autissier et consorts, dont la tâche devrait être de ramasser tous les déchets générés par son sympathique sport de nantis durant sa longue carrière, plutôt que de capter l'héritage des petits vieux avec son assoce au panda, exterminatrice de Pygmées...
Voilà.
Excellente fin de journée à ceux qui produisent.

Albatros | 16 mars 2021 à 16h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

+de 80% des déchets retrouvés en mer, proviennent de terre... Les imbéciles qui pensent que les plaisanciers sont les responsables sont de moins en moins nombreux, car l'information est connue.
Mégots, Mcdo, canettes, bouteilles plastiques viennent principalement de terre !!! ;-)

CoLLecT-IF environnement | 03 juin 2021 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

on ne peut parler que ce qu'on connait et on suppose le reste.
Donc Croix de Vie , ville de ma famille est alimentée par la rivière Vie qui arrive par un barrage, donc elle est toute propre, , puis passe le port totalement envahi de bâteaux de plaisance, et quelques rares bateaux de pêche, ben au petit phare elle est loin d'être en aussi bon état, c'est vraiement étrange, et plus en début septembre qu'à noël.
Dire qu'en 1960 on se baignait dans la petite plage du port, elle n'a plus la cote.

pemmore | 15 juin 2021 à 12h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Baptiste Clarke

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

BioDECONDITIONNEUR Paddle Depacker de MAVITEC : produits secs emballés MAVITEC Green Energy