Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Commission prête à des concessions sur le verdissement de la PAC

Agroécologie  |    |  Euractiv.fr

Pour contenter les exigences des Etats qui demandent plus de souplesse dans le volet environnemental de la réforme agricole, le commissaire en charge du dossier a mis de nouvelles propositions moins contraignantes sur la table.

Après plus de six mois de négociations, les lignes commencent à bouger sur la réforme de la politique agricole commune (PAC). Le 15 mai, lors du Conseil des ministres de l'Agriculture de l'UE, la Commission a assoupli ses positions sur le sujet du "verdissement" de la future PAC, afin de parvenir à un accord.

Pas acceptable

Dans ses propositions de réforme présentées en octobre 2011, le commissaire Ciolos proposait de conditionner 30% des aides à des mesures écologiques :
Diversification : les exploitations de plus trois hectares devront compter au moins trois types de cultures. La principale ne pourra pas dépasser 70% des terres exploitées et les plus petites devront représenter au moins 5%.
Prairies permanentes : sauf en cas de « force majeure » ou de circonstances exceptionnelles, les exploitants devront conserver une partie de leurs terres sous forme de prairies. Le pourcentage précis n'est pas encore connu.
Réserves écologiques : elles représentent 3% des terres en France. La Commission voudrait passer à 7%, en dehors des prairies permanentes.

Mais depuis le départ, ces mesures sont battues en brèche par les Etats. La France a toujours considéré que le chiffre de 30% n'était pas acceptable. Paris craignant une diminution du revenu de ses agriculteurs. Lors des débats du 15 mai, la représentante belge a aussi dénoncé la volonté de la Commission de punir...

© Tous droits réservés Actu-Environnement Reproduction interdite sauf accord de l'Éditeur ou établissement d'un lien préformaté [15714] / utilisation du flux d'actualité.

Réactions2 réactions à cet article

 

L'agriculture intensive est vraiment une plaie économique(sauf pour certains)et une plaie pour l'environnement.Il est inadmissible que l'on soit obligé de payer pour financer ce systéme,que l'on fasse un referendum et que l'on mette à plat la PAC pour qu'on voit à quel point on se moque des gens et de certains paysans

lio | 23 mai 2012 à 10h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

depuis trois ans la planete terre produit moins que ce qu'elle consomme
et ce n'est pas une vue de l'esprit que je vous répète encore.
Oui il faudrait d'abord stopé les gaspillages.
Les stock mondiaux qui baisse donc depuis trois ans et sont déjà catastrophiquement bas ne vont pas etre eternelle. On va tres vite revoir les manifestations de la fain comme en 2008 dans les pays emergeants.
Ce n'est peut etre pas notre problème pour ceretain(e) et il n'ont qu'a se débrouiller..........Une vision que je ne partage pas.
Diviser avec la culture Bio nos production par 2 minimum ne vas pas nous aider ( je travail avec les producteurs bio ce qui ne m'enpèche pas d'etre objectif sur ces sujets et le bio reste pour moi une filiere de niche qui produira toujours plus chère que les productions classiques ..... ). Nier la réalité du monde pour rester dans le monde des bisounours n'est pas constructif.
Nous devons produire plus pour demain et non pas moins et nous le ferons en évitant les défaut du passé qui disparaisse avec l'évolution de nos connaissance.
Hier ont faisait 35qx /ha de blé avec 200 unité d'azote en apport.
Aujourd'hui ont fait 90qx de blé avec 120 unité d'azote en apport.
(et on evite en plus des transfert dans les nappes avec des "mesure de reliquat d'une année sur l'autre..)
Un réferendum sur la PAC demanderai un minimum de connaissances des réalités des productions agricole des populations votante.Ce n'est pas le cas et ont le voit tous les jours sur ce sit

yanquirigole | 24 mai 2012 à 10h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager