En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Commission européenne soutient l'interdiction du commerce international du thon rouge

Biodiversité  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
La Commission européenne a annoncé le 9 septembre dans un communiqué qu'elle soutenait la proposition de Monaco visant à inscrire le thon rouge à l'annexe I de la CITES, en vue de l'interdiction de son commerce international. Pour le commissaire à l'Environnement Stavros Dimas, cette décision constitue un pas important en faveur de la protection de l'espèce considérée menacée, et permettrait une restauration du stock. Elle est justifiée car les scientifiques disent qu'une action urgente est nécessaire pour préserver l'une des créatures les plus emblématiques des océans, a-t-il ajouté.

Rappelons que le Conseil de l'UE avait validé en décembre dernier des quotas de pêche de 12.046 tonnes pour l'ensemble de la flotte européenne pour 2009, contre 16.210 tonnes en 2008. Cette décision faisait suite à l'attribution d'un TAC - total admissible de capture - de 22.000 tonnes, adopté en novembre dernier par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA).

Selon la Commission, environ 80% des captures de thon rouge en Méditerranée sont exportées vers le Japon, ce qui représentait en 2007 quelque 30.000 tonnes. Le thon rouge est en péril aujourd'hui en grande partie à cause de l'emballement du commerce international, notamment à destination du marché asiatique du sushi, a déclaré François Chartier, chargé de campagne océans pour Greenpeace dans un communiqué. Mettre un terme à ce moteur de la surpêche est essentiel !, a-t-il souligné.

La proposition de la Commission va être soumise aux Etats membres de l'Union européenne lors d'une première réunion le 21 septembre à Bruxelles. Elle devra être soutenue par une majorité d'entre eux pour devenir la position officielle de l'UE, lors de la prochaine assemblée de la convention internationale CITES sur le commerce des espèces menacées d'extinction, en mars 2010 au Qatar. Selon l'AFP, l'Allemagne, le Royaume-Uni et les Pays-Bas ont annoncé qu'ils soutiendraient une interdiction totale. De son côté, la France serait plutôt favorable à un classement à l'annexe II, beaucoup moins restrictive, mais avec la possibilité d'un moratoire sur la pêche pendant deux ans, a déploré Greenpeace, alors que Nicolas Sarkozy a d'abord dit en juillet soutenir une interdiction du commerce.

D'ici là, la prochaine réunion de la Commission internationale pour la conservation du thon de l'Atlantique (CICTA) se tiendra au Brésil du 6 au 15 novembre 2009. Si, précise la Commission, les pays concernés par la pêche au thon décident des mesures restrictives pour protéger l'espèce ou si des études scientifiques montrent que les stocks se sont reconstitués, alors l'Union européenne pourrait renoncer à demander l'interdiction de son commerce international.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager