En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La Commission européenne lance une stratégie visant à exploiter durablement les ressources

La Commission européenne a présenté le mercredi 26 janvier un cadre stratégique destiné à ''garantir'' à long terme une exploitation ''durable'' des ressources naturelles et tendre vers une croissance ''verte" en Europe.

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
La Commission européenne lance une stratégie visant à exploiter durablement les ressources
   

Il s'agit d'une ''initiative'' en faveur de la croissance durable qui figure parmi les sept lancées dans le cadre de la Stratégie Europe 2020, présentée par Bruxelles en mars 2010. Le texte, qui vise également "une croissance intelligente et inclusive'', a été adopté en juin dernier par le Conseil de l'UE.

''L'exploitation plus rationnelle des ressources nous aidera à réaliser bon nombre des objectifs poursuivis par l'UE. Elle conditionne les progrès en matière de lutte contre le changement climatique et la réalisation de notre objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 80 à 95 % au niveau de l'UE d'ici 2050'', a indiqué mercredi la Commission dans une communication.

Son objectif est de ''réaliser des progrès technologiques, faire évoluer en profondeur les systèmes énergétiques, industriels et agricoles, ainsi que les systèmes de transport, et modifier les habitudes de production et de consommation''.

Cette ''initiative phare'', explique Bruxelles, ''ambitionne de mettre en place un cadre de politiques à l'appui de la transition vers une économie efficace dans l'utilisation des ressources et à faible émission carbone''. D'autant que la stratégie Europe 2020 vise à atteindre les objectifs du Paquet Climat Energie adopté en décembre 2008.

L'initiative se fixe des objectifs plus ambitieux pour ''utiliser efficacement les ressources'' et prévoit un cadre d'action à long terme d'ici 2050. Plusieurs domaines d'intervention sont concernés : outre le changement climatique et l'énergie, il s'agit des transports, de l'industrie, des matières premières ou encore de l'agriculture, de la pêche, de la biodiversité et du développement régional. Selon la Commission, 105 milliards d'euros ont d'ores et déjà été affectés au financement de projets en faveur d'une croissance durable dans l'UE. Si l'Europe atteint notamment ses objectifs en matière d'énergie, elle pourra économiser 60 milliards d'euros d'importations de gaz et de pétrole à l'horizon 2020, d'après la Commission. ''De plus si l'Europe progresse encore dans l'intégration du marché européen de l'énergie, elle pourra accroître son PIB de 0,6 à 0,8 % '', a-t-elle ajouté. Côté recrutement : si l'UE atteint l'objectif visant à utiliser 20 % d' EnR, plus de 600.000 nouveaux emplois pourraient être créés et plus d'un million supplémentaire en respectant l'objectif de 20 % d'efficacité énergétique.

Dans sa communication, Bruxelles a énuméré plusieurs recommandations à destination des autorités nationales et régionales : accélérer les investissements en matière d'énergie (EnR, efficacité énergétique des bâtiments et des transports), des services écosystémiques ou en faveur de la prévention des risques naturels, privilégier les projets permettant une utilisation ''plus efficace'' de l'eau, la prévention des déchets et le recyclage et favoriser la recherche et l'éco-innovation.

Plusieurs feuilles de route en 2011 en faveur de la gestion durable des ressources

La communication énumère une série de feuilles de route présentée dès le 1er trimestre 2011 par Bruxelles. Parmi les textes, figurent le plan européen pour l'efficacité énergétique jusqu'en 2020, la feuille de route visant "une économie à faible intensité de carbone à l'horizon 2050'', le Livre blanc sur l'avenir des transports, la communication relative à une politique et stratégie de l'UE en matière de biodiversité pour 2020 ou encore la révision de la directive sur la fiscalité de l'énergie.

Sont également inscrits au calendrier 2011 de la Commission : la révision de la législation sur la surveillance et la déclaration des émissions de GES, les réformes de la politique agricole commune post 2013 (et un verdissement des mesures), la publication du cadre pour la mise en oeuvre des réseaux intelligents mais aussi le réexamen des substances prioritaires mentionnées dans la directive-cadre sur l'eau, le plan d'action de l'UE pour une bioéconomie durable à l'horizon 2020 ou la feuille de route sur l'énergie à l'horizon 2050.

La feuille de route pour "une Europe efficace dans l'utilisation des ressources" sera quant à elle présentée au cours du second trimestre 2011.

Le Bureau européen de l'environnement (BEE) a ''salué'' le 26 janvier le texte de la Commission qui a ''fait un pas vers une gestion durable des ressources et l'économie de l'énergie et des matières premières''. Pour John Hontelez, secrétaire général du BEE, ''la prochaine étape sera de s'assurer des réductions réelles dans l'utilisation des ressources pour l'économie de l'UE, y compris les ressources importées, et de fixer des objectifs clairs et des calendriers'' pour stimuler ''le marché de l'environnement''.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…