En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Compteurs communicants : l'Anses juge faible l'exposition électromagnétique

L'Anses vient de remettre son rapport évaluant l'exposition de la population aux champs électromagnétiques émis par les compteurs communicants. Pour l'agence, si les niveaux restent faibles, il est important de quantifier l'exposition globale.

Risques  |    |  Dorothée Laperche Actu-Environnement.com
Compteurs communicants : l'Anses juge faible l'exposition électromagnétique

"Les niveaux d'exposition induits par les compteurs communicants sont très faibles, estime l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) dans son expertise publiée jeudi 15 décembre. Cependant, même si l'exposition d'un seul objet communicant induit une exposition très faible vis-à-vis des valeurs limites réglementaires, du fait de leur multiplication prévisible, il paraît important de continuer à quantifier l'exposition due à toutes les sources, dans un contexte de maîtrise de l'environnement électromagnétique".

Suite aux inquiétudes suscitées par le déploiement de compteurs communicants, prévu par la loi de transition énergétique, la Direction générale de la santé (DGS) a chargé l'agence en 2015 de se pencher sur l'évaluation de l'exposition de la population aux champs électromagnétiques émis par ces appareils. Pour la produire, les experts ont analysé la littérature scientifique disponible, les normes techniques existantes, les résultats des précédentes campagnes de mesures ainsi que des informations recueillies auprès de différents acteurs. En complément, les résultats d'une campagne de mesure suite à l'installation de compteurs Linky chez des particuliers, réalisée par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), devraient être prochainement communiqués. "L'Agence regrette qu'une telle campagne de mesure n'ait pu être menée à bien dans le cadre de son calendrier d'expertise", indique cependant cette dernière dans son rapport. Les conclusions de l'avis seront éventuellement modifiées en fonction des résultats.

Différents types de transmissions

En fonction des compteurs, des technologies différentes sont utilisées pour échanger des informations : soit grâce à une transmission radioélectrique pour les compteurs de gaz (Gazpar) et d'eau ou par courant porteur en ligne (CPL) pour les compteurs électriques (Linky).

Pour l'Anses, l'exposition à proximité d'un compteur de gaz (Gazpar) ou d'eau tel que ceux utilisés par Suez est très faible, compte tenu de la faible puissance d'émission et de la forme impulsionnelle utilisée (transmission des informations de deux à six fois par jours). "Pour une même distance, le champ électrique maximal émis par les compteurs et les concentrateurs est plus faible que celui d'un téléphone GSM", note l'Anses.

Concernant les compteurs communicants électriques (Linky) utilisant le CPL, le champ électromagnétique est induit par son fonctionnement : c'est la circulation de courant et l'existence de tensions électriques qui génèrent des champs.

L'Anses a regroupé les données issues de différentes campagnes de mesures (EDF, Criirem, Finnish Institute of Occupational Health, l'Ineris, l'ANFR). "Les configurations de mesures sont très hétérogènes et ne permettent donc pas de comparer les résultats des différentes campagnes entre eux", soulève l'agence. Néanmoins, elle souligne que les résultats sont inférieurs aux valeurs limites d'exposition réglementaire (87 V/m pour le champ électrique, 6,25 µT pour le champ magnétique).

"Je dénonce fermement ces limites légales d'exposition aux ondes électromagnétiques ; elles ont été calculées sur des critères purement techniques et pas du tout sanitaires !, a réagi à la publication du rapport Michèle Rivasi, députée européenne, vice-présidente du groupe Vert/ALE, co-fondatrice du CRIIREM. Je suggère  que nous soyons très vigilants à ce sujet, en abaissant l'exposition générale de la population aux ondes et que nous préservions des "zones blanches" pour permettre aux personnes les plus sensibles 28086 de survivre."

Pas de littérature scientifique traitant spécifiquement des effets sanitaires

D'un point de vue sanitaire, l'Anses reste prudente sans revenir sur les conclusions de ses précédentes études. "Actuellement, il n'existe pas de littérature scientifique traitant spécifiquement des effets sanitaires à court ou long terme de l'exposition aux compteurs communicants", souligne-t-elle. Dans un premier rapport sur les effets biologiques et sanitaires des radiofréquences publié en 2009, elle indiquait l'existence de signaux sanitaires indéniables et conseillait de réduire l'exposition de la population, sans pour autant préconiser de limiter les émissions des antennes-relais. Dans une nouvelle évaluation en 2013, l'Anses indiquait que "cette actualisation ne met[tait] pas en évidence d'effet sanitaire avéré et ne condui[sait]  pas à proposer de nouvelles valeurs limites d'exposition de la population".

Dans cette dernière expertise, l'agence renouvelle sa demande d'approfondir les connaissances à la fois concernant l'exposition mais également les éventuelles effets sanitaires liée à cette dernière pour des champs électromagnétiques dans la bande des 50-100 kHz utilisées en France. Elle souhaite également une harmonisation des protocoles de mesure et indicateurs d'exposition.

Autre recommandation de l'agence : faire supporter les coûts associés pour les études et recherche par les entreprises déployant les compteurs communicants, par exemple dans le cadre du fonds affecté à la recherche d'effets potentiels sur la santé liés à l'exposition aux champs électromagnétiques radiofréquences. Enfin, elle préconise "des études, portant spécifiquement sur les compteurs communicants, pour tenter de faire la part entre de possibles effets sanitaires directement liés à l'exposition et ceux dus à un effet nocebo".

Réactions2 réactions à cet article

 

1 èrement, l'Anses est payé par l'Etat donc en somme par le contribuable comme EDF d'ailleurs (70 milliards comme cadeaux de Noël!) et elle a permis des aberrations de tout type avec des preuves à l'appuis et des positions anti-democratiques propres de pays bananiers, 2ement, EDF en faillite nécessite pas à imposer un flicage honteux car aujourd'hui avec cette appareil, que coûte bonbon, on peut savoir tout sur ta vie privée, et oui si tu est chez toi ou pas, si tu va au toilette uo pas etc et 3 èment Quand les problèmes seront mis "en lumière" cela sera comme avec les centrales, même pourris et avec des très fortes risques pour la population, ils continuent à nier, pire encore, à mentir sur les vrais problèmes et les VÉRITABLES conséquences d'un programme arnaques comme tant des autres. On parle pas du prix du KW bien entendu. On parle des mensonges d'Etat...Il feront mieux d’être transparent avant qu'il ne soit, ethiquement et humainement, trop tard! Pour finir autant Areva qu' EDF ils doivent créer une alliance pour partir au même temps! Il y a en Europe assez d'entreprises sérieuses pour s'occuper de "l’énergie" bien en deçà de "l'arme nucléaire". Les Mammouths sont mort depuis des millénaires. Si l'Etat ne reconnait pas sa faillite idéologique décadente il nous reste très peu pour agir. Bonne Fêtes à tous quand même!

Maes | 16 décembre 2016 à 09h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'irrationnel nous envahit, à quand des bûchers ou des autodafés contre les sataniques émetteurs d'ondes radio ?! Parce qu'il faut revenir aux fondamentaux : aucune étude sérieuse n'a montré le moindre effet sanitaire des ondes électromagnétiques du type dont on parle ici. Et la Rivasi joue sa partition obscurantiste, les ondes après le nucléaire, c'est comme ça qu'elle est élue, c'est comme ça qu'elle rackette, en générant de l'angoisse non fondée en se prévalant d'un discours faussement scientifique ! Et tous ceux-là qui poussent des cris d'orfraies et qui sont cramponnés à leur smartphone, on n'est pas à une incohérence près ! Il est lamentable qu'un organisme de l'état s'abaisse à entrer dans ce piège.

dmg | 22 décembre 2016 à 00h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager