En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les concentrations de CO2 appauvrissent la qualité nutritionnelle des aliments

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

La hausse des concentrations de dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère, responsable du changement climatique, affecte la teneur en protéines et en minéraux (fer et zinc) des cultures vivrières (en particulier le riz, le blé et les légumineuses), selon une nouvelle étude publiée ce lundi 27 août dans la revue Nature Climate Change. Cette étude a été conduite par des chercheurs américains du département de santé environnementale de l'Université d'Harvard.

Au cours des 30 à 80 prochaines années, les concentrations atmosphériques de CO2 devraient dépasser 550 ppm (parties par million de volume), alertent les scientifiques. Ce seuil critique de concentrations, atteint en 2050, pourrait réduire de 3 à 17% la teneur en fer, en protéines et en zinc de nombreuses cultures de base dont dépendent les populations de 151 pays ciblés par les chercheurs. Ces derniers ont analysé 225 aliments différents, "en utilisant un modèle de disponibilité alimentaire par habitant stratifié selon l'âge et le sexe". Ils préviennent des impacts sanitaires, pouvant entraîner une carence en zinc chez 175 millions de personnes, soit 1,9% de la population mondiale touchée en 2050. 122 millions de personnes (1,3% de la population mondiale) pourraient aussi devenir déficientes en protéines d'ici 2050. Auxquels s'ajouteraient 1,4 milliard d'enfants de moins de 5 ans et de femmes en âge de procréer vivant dans des régions à haut risque d'anémie (carence en fer), selon les scientifiques. Ces populations qui "pourraient devenir nouvellement déficientes [s'ajouteraient] aux 662 millions de personnes dans le monde actuellement déficientes en protéines et aux 1,5 milliards de personnes déficientes en zinc", estiment les chercheurs. Jusqu'à 2 milliards de personnes souffriraient également aujourd'hui de carence en fer dans le monde. Ce sont les habitants de l'Asie du Sud et du Sud-Est, de l'Afrique et du Moyen-Orient qui sont les plus menacés.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager