Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Grandes toitures photovoltaïques : deux dispositifs envisagés selon la puissance installée

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

La troisième réunion de la concertation sur l'avenir de la filière photovoltaïque, qui s'est déroulée lundi, était consacrée aux installations sur les grandes toitures.

La direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) a proposé de décomposer la catégorie grandes toitures en deux segments : les toitures de moins de 100 kW, qui bénéficieraient d'un tarif d'achat avec un dispositif trimestriel de diminution des prix en fonction du volume installé et les toitures d'une puissance supérieure à 100 kW dont l'attribution se ferait sur appel à projet.

Un dispositif qui aurait été vivement contesté par les acteurs présents, notamment les agriculteurs. ''Les grandes toitures représentent le plus grand enjeu industriel pour la filière française très engagée dans l'intégration. Appliquée en l'état, cette mesure conduirait inexorablement la filière française à la faillite'', a déclaré Richard Loyen, délégué général de l'association professionnelle de l'énergie solaire (Enerplan), à l'issue de la réunion.

Dans un climat déjà tendu, mercredi dernier lors de la précédente réunion, l'administration avait annoncé son ambition de fixer à 500 MW l'objectif de puissance nouvelle installée chaque année, réparti entre les centrales solaires au sol (200 MW), les installations sur les bâtiments résidentiels, intégrées au bâti et de petite puissance (150 MW) et les installations sur bâtiments, intégrées simplifiées au bâti, de petite et grande puissance et les installations sur bâtiments non résidentiels, intégrées au bâti, de petite puissance (150 MW). ''Les représentants de la filière photovoltaïque ont renouvelé leurs désaccords sur les volumes de marchés proposés, considérants qu'ils ne sont pas suffisants pour permettre l'émergence d'une filière française. La répartition entre les différents segments de marché n'emporte pas l'adhésion des participants'', rapporte André Joffre, vice-président d'Enerplan sur son blog.

La prochaine réunion, prévue le 24 janvier, devrait aborder la question de l'industrialisation de la filière photovoltaïque française. Le nouveau dispositif de soutien public au photovoltaïque devrait être présenté à la mi-février, à l'issue de cette concertation.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Passerelles de communication ECU pour micro-onduleurs APsystems APsystems