En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Climat : l'UE veut connaître tous les engagements de réduction des émissions de GES avant fin 2015

Gouvernance  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

L'Union européenne attend de la conférence de Varsovie (Pologne) que "toutes les parties s'accordent sur un processus permettant de formuler des engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre ambitieux en vue de l'accord de 2015". En clair, elle souhaite que les pays s'accordent sur un calendrier assurant que les quelque 190 Etats dévoilent leur position en amont de la conférence de 2015. La leçon de Copenhague a, semble-t-il, été retenue et l'UE n'entend pas être la seule à dévoiler ses intentions avant la tenue des ultimes négociations.

Plus précisément, cet appel lancé par les Etats membres dans le cadre de l'adoption des conclusions du Conseil en vue de la conférence onusienne qui se tiendra fin novembre vise à l'adoption d'un calendrier préparant la présentation des engagements au cours de 2014. De même, l'UE souhaite que les parties fournissent les informations exactes nécessaires afin d'assurer que les engagements soient transparents, quantifiables, vérifiables, comparables et ambitieux.

Le Conseil de l'UE demande aussi que la conférence de Varsovie permette d'établir un processus pour évaluer les engagements proposés avant que ne soit conclu l'accord global attendu pour la conférence de 2015 qui devrait se tenir au Bourget en France. L'objectif est ici d'assurer que les engagements permettent d'atteindre un niveau collectif d'ambition permettant de limiter le réchauffement climatique à 2°C.

Réactions3 réactions à cet article

 

C'est Don Quichotte contre les moulins à vent !

Laurent Berthod | 15 octobre 2013 à 22h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

2° il y a bien longtemps que cet objectif n'est plus réalisable

lio | 16 octobre 2013 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est depuis le début qu'ils n'étaient pas réalisables. En maintenant cette idée absurde on étouffe lentement l'économie de l'Europe, on contribue au chômage et à la misère, on abaisse le niveau de bien-être des populations, les premières victimes en étant les plus faibles et les plus pauvres.

Laurent Berthod | 16 octobre 2013 à 13h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager