En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Conférence des Etats insulaires : plus de 1,9 milliard de dollars de projets pour la résilience climatique

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Près de 300 partenariats visant à "renforcer les capacités" des îles "dans le domaine du développement durable" ont été conclus à l'issue de la Conférence internationale sur les petits Etats insulaires en développement (PEID), clôturée le 4 septembre à Apia (île de Samoa).

Ces partenariats, signés entre gouvernements, entreprises et organisations de la société civile, représentent plus de 1,9 milliard de dollars de projets, s'est félicité le secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires économiques et sociales Wu Hongbo. Ces partenariats "devront chercher des solutions à un grand nombre de problèmes" dans les domaines de la résilience face aux catastrophes naturelles, des changements climatiques, de la protection de l'environnement, de l'accès aux énergies renouvelables et du développement social.

"Ces domaines sont des priorités pour les petits Etats insulaires en développement en raison de leurs circonstances particulières, de leur isolement et de leur grande vulnérabilité. Mais nous devons nous souvenir que certains de ces problèmes ont une résonance mondiale et que nous devons travailler ensemble pour assurer un avenir durable", a souligné M. Hongbo.

"Doper" les investissements EnR

Dans une déclaration publiée conjointement, l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) et l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) se sont engagées à "doper les investissements" visant à promouvoir l'utilisation des EnR par l'industrie touristique. "Les PEID sont affligés de coûts énergétiques élevés en raison de leur dépendance d'importations de gazole coûteuses. Malgré leurs efforts dans le sens de l'efficience énergétique, plus de 90% de leur consommation énergétique repose sur l'importation de combustible qui peut représenter jusqu'à 20% de leurs importations annuelles. De nombreuses îles souhaitent étendre l'utilisation des options que leur offrent les énergies renouvelables et réduire leur dépendance au pétrole", ont indiqué l'OMT et l'Irena.

Les deux organisations estiment "fondamental" que l'industrie hôtelière investisse "davantage en efficience énergétique et en énergie renouvelable pour que le tourisme devienne un secteur plus durable, concurrentiel et résistant dans le monde entier". L'utilisation d'énergies renouvelables pour la production d'eau chaude, d'électricité, la climatisation peut "réduire les frais d'exploitation de l'hôtellerie, oeuvrer en faveur de la durabilité".

Le changement climatique a également des répercussions "particulièrement profondes" sur les PEID, dont il affecte la sécurité alimentaire, a de son côté alerté José Graziano da Silva, directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). "Il ne suffit pas de donner aux personnes du pain pour garantir la sécurité alimentaire. Il faut les aider à produire de la nourriture, à s'adapter au changement climatique, à assurer leur accès aux aliments, y compris par une protection sociale. Il faut qu'elles puissent bénéficier d'une alimentation diversifiée qui garantisse une nutrition adéquate", a-t-il déclaré.

Au cours des deux dernières années, la FAO a investi plus de 40 millions de dollars pour aider les PEID à "résoudre leurs problèmes" de sécurité alimentaire et nutritionnelle et "améliorer l'agriculture, la pêche, la foresterie et la gestion des ressources naturelles".

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager