En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pacte de solidarité écologique : faire participer 11 millions de Français à la croissance verte

Valérie Létard a dévoilé le plan de mobilisation des métiers de la croissance verte, premier pilier du ''pacte de solidarité écologique'' porté par Jean-Louis Borloo pour accompagner près de 11 millions de Français dans l'économie ''circulaire''.

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
   
Pacte de solidarité écologique : faire participer 11 millions de Français à la croissance verte
© Mauro Saivezzo
   
En écoutant Jean-Louis Borloo venu initier la grande conférence sur les métiers de la croissance verte qui s'est tenue le 28 janvier au CNIT à La Défense, force est de constater que l'enjeu affiché est de taille : ''remplacer l'économie de gaspillage par l'économie de recyclage […] une lutte pour la compétitivité et l'humain, durant laquelle un actif sur deux sera concerné pour accompagner la métamorphose de l'outil de production''. L'objectif est donc clairement affiché : développer les métiers verts et verdir les métiers traditionnels dans le cadre d'un ''pacte de solidarité écologique''.

Pour débuter ce grand chantier, la secrétaire d'État au développement durable Valérie Létard a présenté le plan de mobilisation gouvernemental en faveur des métiers de la croissance verte. La conférence a été l'occasion de présenter les travaux réalisés par les comités, constitués en octobre 2009 et réunissant près de 400 experts, chargés d'identifier les secteurs les plus porteurs en termes d'emploi dans onze filières : agriculture et forêt, bâtiment automobile, eau, déchets et air, construction électrique et électromécanique, énergies renouvelables, raffinage et carburants, mais aussi tourisme, transport, mer et enfin, biodiversité et services écologiques.

Si l'étude du Boston Consulting Group (BCG) chiffre à 600.000 le nombre d'emplois ''verts'' (dont la moitié dans le secteur du bâtiment) que pourrait générer le Grenelle d'ici 2020, les travaux des comités de filière tout comme l'avis du Conseil d'orientation pour l'Emploi (COE) publié le 25 janvier, viennent nuancer les prévisions faites par le cabinet en termes de nouveaux emplois notamment dans le bâtiment et l'automobile, secteurs dans lesquels les postes devraient être au mieux conservés et non créées.

Élevé au rang de symbole de la croissance verte, le secteur des EnR pourrait fournir 200.000 emplois d'ici à 2020 (contre 72.640 emplois en 2008), selon le comité EnR présidé par Alain Liébard, architecte DPLG et président de l'Observatoire des énergies renouvelables. Par ailleurs, près de 100.000 emplois pourraient être créés dans les transports dont 67.000 dans la réalisation d'infrastructures notamment ferroviaires. 90.000 emplois (bruts) pourraient également être créés à horizon 2020 dans l'agriculture et la forêt, dont 25.000 dans la filière bois ou 10.000 dans l'agriculture biologique et l'éco-conseil.

De son côté, le potentiel de la filière eau, assainissement, déchets et air (EADA) est estimé à environ 43.000 emplois nouveaux du fait du Grenelle à l'horizon 2020, dont plus de 24.000 dans l'eau et l'assainissement et 14.000 dans les déchets et le recyclage. Du côté des métiers associés à la biodiversité et aux services écologiques, les estimations tablent sur un doublement des effectifs passant de 20.000 à 40.000 emplois en 2020 ! Dans la filière électromécanique, le comité de filière s'est quant à lui davantage penché sur le ''verdissement'' des emplois que sur la création d'emplois et estime que 225.000 emplois (sur 400.000) devront évoluer d'ici cette échéance.

Moderato sur les créations d'emploi verts dans le bâtiment et l'automobile

En revanche pour d'autres secteurs, les prévisions des comités s'avèrent moins optimistes que celles faites par le BCG et l'on parle plus de ''reconversion d'emplois'' dans la filière automobile, voire de ''maintien'' dans le secteur du bâtiment.

En effet, le comité de filière bâtiment reste ''prudent'' et juge que les emplois concernés seront surtout des emplois maintenus et non des emplois supplémentaires même si un potentiel de recrutement réside dans les métiers liés aux travaux d'économie d'énergie (menuisiers notamment pour des travaux d'isolation, plombiers chauffagistes, couvreurs (photovoltaïque, solaire thermique), etc). Par type de métier, le comité prévoit en termes d'effectifs d'ici 2020 notamment 1,6 million de personnes dans la maîtrise d'ouvrage ou encore 234.100 personnes dans la maîtrise d'œuvre, et l'ingénierie.

L'automobile estime de son côté que ses effectifs ne devraient pas progresser mais devront ''s'adapter en profondeur'' avec les mutations technologiques attendues avec le déploiement des véhicules hybrides et électriques. Concernant la filière carburant, et raffinage, celle-ci estime que 400.000 emplois directs pourraient être créés dont 126.000 dans le secteur des carburants (biogaz, agrocarburant, hydrogène,…) : le développement à plus long terme, des agrocarburants de deuxième et de troisième générations peut représenter un potentiel.

Du côté des filières liées au tourisme et à la mer, celles-ci se sont davantage penchées sur l'évolution des métiers et du contenu des formations que sur les créations d'emploi.

Répondre aux besoins de formations par filière

Globalement, la plupart des filières ont donc pris en compte l'impact du ''verdissement de l'économie'' sur l'ensemble de leurs emplois et de leurs métiers. Si les comités de filières estiment que la croissance verte va impacter près de 12 millions d'actifs, soit un Français sur deux, ils soulignent également la nécessité de développer ''de nouvelles compétences'' aux enjeux du développement durable. À l'instar de l'avis du COE, les comités confirment les besoins indispensables en formations dans chacune des filières.

Car les compétences manquent : les jeunes diplômés ou professionnels ne sont le plus souvent pas familiarisés aux nouveaux défis. Or, pour créer les centaines de milliers d'emplois, ''l'exigence, dès aujourd'hui, c'est de former des millions de salariés en poste aux nouvelles compétences et aux nouveaux modes d'organisation du travail qui vont être exigés par la croissance verte'', avait alors expliqué Marie-Claire Carrère-Gée, présidente du COE en préconisant un « plan Marshall de la formation ».

Dans cette perspective, le plan de mobilisation des métiers de la croissante verte présentée par Valérie Létard, vise à ''accompagner les entreprises et les salariés dans leur effort de valorisation des compétences et de promotion sociale dans des emplois de qualité'', a-t-elle souligné lors de la conférence nationale. L'objectif est donc ''d'adapter les formations existantes aux enjeux du développement durable'' et en créer de nouvelles.

Pour ce faire, Jean-Louis Borloo et Valérie Létard espèrent débloquer plus de 369 millions d'euros supplémentaires pour les formations et les métiers de la croissance verte. Le ministère a notamment demandé 100 M € au titre du grand emprunt pour adapter ''dans un temps restreint'' les compétences de main d'oeuvre aux mutations technologiques liées à la croissance verte et 200 M € pour aider les collectivités qui s'engageront sur des projets innovants. Une enveloppe de 55 M€ sera en outre débloquée d'ici 2012 pour soutenir la formation de 120.000 personnes aux économies d'énergie dans le bâtiment, dans le cadre du dispositif Feebat. La filière bâtiment estime notamment qu'il faudrait former 70.000 jeunes par an et 230.000 professionnels d'ici 2020.

L'offre de formation des jeunes et celle des enseignants au développement durable devra être renforcée. De nouveaux diplômes seront d'ailleurs lancés. Tels des symboles, un bac pro d'agent qualifié dans les métiers de la gestion des déchets et un module de formation « technicien en énergies renouvelables » au sein du Bac Pro Electricité, verront le jour dès la rentrée 2010. La formation au développement durable sera par ailleurs inscrite dans la loi de modernisation agricole.

La priorité est aussi de former les personnels d'orientation dans les établissements scolaires, avec la publication à la rentrée 2010-2011 d'un guide des métiers verts. Pour la formation continue, le ministère prévoit également de recourir au budget de la formation professionnelle (27 milliards d'euros/an) et de s'appuyer sur les conseils régionaux pour identifier les besoins par région et les formations disponibles. Le ministère entend également mieux orienter les demandeurs d'emploi vers les métiers de la croissance verte et se fixe un objectif de recrutement de 20.000 jeunes via les contrats en alternance et les contrats aidés d'ici à 3 ans.
Pour mieux identifier et quantifier ces métiers, un ''Observatoire national des métiers de la croissance verte'' sera créé, a précisé Mme Létard. Le gouvernement prévoit de réunir le comité de pilotage national le 23 février avant de lancer en mars prochain, c'est-à-dire à proximité des élections, un appel à projets à destination des régions désireuses ''d'associer leurs efforts pour mieux mobiliser les territoires et articuler démarche nationale et démarche locale'' en faveur des métiers verts.

Réactions2 réactions à cet article

 
un bon début, mais,..

Bravo, c'est un bon début, mais il faut aller jusqu'au bout de la réflection et par exemple quand on envisage d'ajouter un module énergies renouvelables au sein du Bac pro électricité, il faut aller plus loin, c'est l'ensemblr du métier qu'il faut réorienter, afin de ne pas laisser pour compte ceux qui n'ont pas choisi l'option. C'est l'ensemble des filières de formation qui ont besoin de baigner dans un esprit Développement Durable, que les jeunes se destinent à un métier spécifique ou pas.
Par ailleurs, pour ces formations il faut que les autorités pensent à utiliser les compétences existantes dans les domaines environnementaux et agricoles (des savoir faire merveilleux en agro-écologie, voir Pierre Rabhi, ou de nombreux autres puits d'amélioration).
Très cordialement et bon travail à tous,
christophe,

christophe | 05 février 2010 à 16h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Pacte de solidarité entre les citoyens et ....

Pourquoi pas, si ce Pacte déclanche - organise des mesures immédiates etpas forcemment coûteuses. Comme par exemples,; dans le recyclages des déchêts... En exemple, j'ai - pendant 1 an, réussi, à conserver environs 95% des emballages des produits achetés dans la Grande distribution (du rouleau de papier toilette, en passant par les paquets de mouchoirs en plastiques, les boiter de fromages (cartons etr bois), les emballages de céréales, les pack de laoits, bouteilles en verre et plastiques,boites métalliques d'aliments pour chats, emballages de beurres; et j'en passe. En d'autres termes,; il ne s'agit pas de faire des effets d'annonces, pour donner l'impression de prendre en considération la protection de l' Environnement; Mais, par des mersures simples - concrêtes, tout est possibles.... Avec l'instauration d'une "insitation financière" (favorisant) la consigne, appliquée aux emballages permettra aux citoyens de ramener aux Grandes surfaces, leurs emballages pour que celles-ci, les réutilisent... Ce qui diminuera très signifuicativement, les incinérations. Et, le lobbye doit se tenir à l' écart de cette inovation comportementale... A contrario, rien ne changera, si les lobbyes s'incrustent dans ces discutions...

salutlesp'titclou | 09 février 2010 à 13h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager