Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

« L'un des grands enjeux du congrès de l'UICN est la prévention des pandémies  »

Le congrès mondial de la nature de l'UICN s'ouvre vendredi 3 septembre à Marseille. Maud Lelièvre, présidente du comité français, présente les grands enjeux de cette rencontre internationale avant la COP15 Biodiversité.

Interview  |  Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
   
« L'un des grands enjeux du congrès de l'UICN est la prévention des pandémies  »
Maud Lelièvre
Présidente du comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)
   

Actu-Environnement : Quel est l'objet du congrès mondial de la nature ?

Maud Lelièvre : L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) est le baromètre de l'état de la biodiversité dans le monde. Les gens la connaissent surtout par la publication chaque année des listes rouges des espèces menacées. Son congrès a lieu tous les quatre ans et réunit 50 000 personnes. C'est un événement qui a trois objets. En premier lieu, l'assemblée des membres se réunit sur des questions de fond. Les participants élaborent ensemble des programmes. Car l'UICN, c'est 1 400 organisations mondiales et 15 000 experts de très haut niveau. Parmi les organisations, nous avons deux collèges : l'un comprenant les États et les agences, l'autre les ONG avec, par exemple, le WWF, la Fédération des parcs naturels régionaux, des associations territoriales en outre-mer, des regroupements du monde économique comme Entreprises pour l'environnement, ou des ONG dédiées à un sujet spécifique comme Bird Life. On n'est donc pas seulement sur des ONG de plaidoyer, il y a beaucoup d'acteurs de terrain qui, à la fois, pensent, anticipent mais aussi font. En deuxième lieu, l'assemblée des membres vote des motions internationales, qui ont vocation à être reprises dans les politiques publiques. Dans les années 1960, par exemple, l'UICN avait publié un livre rouge sur les espèces menacées qui a débouché sur la création de la convention internationale sur la protection des espèces (Cites). Celle-ci interdit d'acheter ou de transporter des espèces en voie de disparition sans certificat. La troisième étape de l'assemblée des membres, ce sont les élections. Le congrès permet de voter la nouvelle gouvernance pour quatre ans : le président mais aussi le conseil international. Ce dernier définit les grands enjeux stratégiques de la biodiversité mondiale et les fait appliquer de façon concrète via les salariés de l'UICN mais aussi en accompagnant les membres dans leur mise en œuvre.

AE : Comment s'articule le congrès de l'UICN avec les COP de la convention sur la diversité biologique ?

ML : Les conférences des parties, que ce soit sur le climat, la biodiversité ou la désertification, les trois COP issues du sommet de Rio, sont des conférences des États. S'il en ressort de grandes orientations au niveau international, vous n'avez pas forcément d'applicabilité. Or, sur des sujets comme celui de la biodiversité, encore plus que celui du climat, vous avez besoin d'une coopération entre le monde des scientifiques, des territoires et des entreprises. L'intérêt de l'UICN, c'est cette convergence d'acteurs d'horizons différents. La biodiversité nécessite beaucoup d'actions de terrain, sinon ça ne fonctionne pas. Un congrès de l'UICN a souvent lieu avant une COP car il permet de préparer les décisions. Quand 50 ou 60 États se sont mis d'accord sur un sujet particulier à travers une coalition, vous avez d'autant plus de facilité ensuite lors des COP.

AE : Quels sont les grands enjeux du congrès de Marseille ?

ML : Il y a un vrai enjeu sur la santé-environnement. Pas à cause de la crise de la Covid mais parce que les gens qui travaillent sur ces questions de zoonoses sont persuadés de leur urgence et de leur ampleur. Cinq maladies liées à la dégradation des habitats ou de l'environnement apparaissent chaque année. La plupart du temps, elles restent sanctuarisées dans certaines zones, mais elles peuvent aussi connaître l'ampleur de la Covid-19. Lors du congrès, au moins trois motions d'urgence porteront sur la question des zoonoses et de la crise sanitaire. L'enjeu, c'est de faire comprendre le lien de causalité. Un exemple des plus parlants est celui du virus Nipah en Malaisie en 1990. Du fait de la déforestation en faveur de la monoculture d'huile de palme, les chauves-souris ont été obligées de fuir. Elles se sont retrouvées sur une côte, dans une plantation de manguiers installée au-dessus de fermes industrielles porcines. Alors qu'elles secrètent des virus en cas de stress et les rejettent dans leurs déjections, les chauves-souris ont mangé les mangues, contaminé les cochons qui ont ensuite été exportés à Singapour. On a créé une zoonose, fort heureusement arrêtée très vite. Face à cette situation, les mesures à prendre concrètement, c'est limiter la déforestation, s'interroger sur l'élevage intensif et limiter la mondialisation. Ce sont les ingrédients qui contribuent à diffuser les maladies infectieuses. Jusque-là, les experts parlaient un peu dans le vide. Des experts français avaient prédit la crise de la Covid en 2019 : Rodolphe Gozlan de l'Institut de recherche pour le développement (IRD) avait dit que les deux endroits où émergeraient des zoonoses étaient l'Ouganda et Wuhan en Chine. Les pathogènes ne sont pas distribués par hasard sur la planète. Il y a une cartographie des espèces en voie de disparition qui est superposable avec la carte de la déforestation et avec celle des épidémies. Il faut prendre cela en compte en amont des politiques internationales. Pourtant, cet enjeu n'aurait pas été entendu s'il n'y avait pas eu cette crise sanitaire mondiale.

AE : Au-delà de la santé, quels sont les autres enjeux ?

ML : Le deuxième est celui de la relance en phase post-crise. Les fonds dédiés à la relance ne doivent pas aggraver la situation de la biodiversité. Il faut aussi faire en sorte que 10 % des 13 000 milliards de dollars que les États vont consacrer à la relance soient dédiés à la nature. C'est une opportunité historique pour avoir des investissements tournés vers des sociétés qui dépendent moins des ressources naturelles et des combustibles fossiles. Un troisième enjeu, poussé par la France, est de fixer l'objectif de 30 % du territoire mondial classé à horizon 2030. En France, on y sera en 2022. Il faut des zones de protection renforcée. Si c'est pour pouvoir faire de la pêche industrielle dans n'importe quel parc marin ou de l'agriculture intensive, ce n'est pas un système de classement efficace. Le quatrième enjeu, c'est, pour nous européens, celui de la Méditerranée. La présidence française de UE devrait permettre d'agir efficacement sur les questions de biodiversité, de pollution, en particulier par les plastiques, et de surexploitation de la Méditerranée.

AE : Quelles sont les motions qui sont en discussion au niveau français ?

ML : Au-delà de ces grands enjeux, nous avons, au comité français de l'UICN, un certain nombre de débats et de motions qui restent en discussion. Parmi ceux-ci, figurent la réduction de l'impact de l'industrie minière sur la biodiversité, le renforcement de la protection des forêts anciennes en Europe, le renforcement de la protection des mammifères marins avec des zones de protection renforcée, la planification de l'espace maritime, ainsi que l'éthique avec la réaffirmation des liens entre l'homme et la nature.

AE : Quel est l'enjeu de cette dernière motion sur l'éthique?

ML : L'idée est de redéfinir un certain nombre de valeurs et d'enjeux communs au sein de l'UICN permettant d'avoir des lignes directrices sur qui peut adhérer, qui peut participer, quelles coalitions avoir avec le monde économique. Il faut agir sur le plan des grandes industries. C'est le message que doit envoyer l'UICN. Je suis assez convaincue que le monde économique est en train de bouger. Les débats préparatoires au plan français avec des grands acteurs comme le Medef, Aéroports de Paris ou les chefs d'entreprises marseillais, ont montré qu'ils avaient conscience de l'urgence. Pas toujours pour des raisons philanthropiques mais parce que les ressources en matières premières sont menacées ou parce qu'il y a un vrai risque de responsabilité.

AE : Que répondez-vous à ceux qui critiquent l'approche de protection de la nature retenue par l'UICN qui oublierait les peuples autochtones ?

ML : Les peuples autochtones sont pour beaucoup parties prenantes de l'UICN. Il y a 247 organisations qui les représentent ou traitent de la question. Un sommet des peuples autochtones, préparé depuis quatre ans, va avoir lieu en virtuel pour des raisons culturelles mais surtout sanitaires. Par ailleurs, après ce congrès, il y aura un siège particulier dédié aux peuples autochtones parmi les sièges du conseil mondial.

AE : Le lien biodiversité et changements climatiques est-il plus prégnant que jamais ?

ML : Nous sommes convaincus depuis des années que le lien est étroit. Une partie des causes des deux crises sont communes. Lorsque vous déforestez, vous perdez de la biodiversité mais aussi de la captation de carbone. Nous avons salué le rapport commun entre le Giec et l'IPBES publié en juin. Dans les années à venir, il faudra avoir des rapports d'évaluation récurrents des deux instances. Les sujets sont liés. Par contre, c'est une fausse bonne solution de penser que lorsqu'on agit pour le climat, on protège la biodiversité. L'inverse est en revanche plutôt vrai. Il est aussi important que des fonds soient spécifiquement consacrés à la biodiversité.

AE : Attendez-vous des annonces particulières du président de la République qui va ouvrir le congrès ?

ML : Lors du One Planet Summit en janvier 2021, Emmanuel Macron avait annoncé un certain nombre de rendez-vous qui devaient avoir lieu lors du congrès de l'UICN. C'était le cas pour l'initiative Méditerranée, pour la coalition de lutte contre les zoonoses et de l'action en matière de déforestation importée. Nous souhaitons avoir un point d'étape sur ce qui a été initié et a fait l'objet de beaucoup d'espoir, avec un éclairage sur les avancées françaises. Au-delà, nous avons des attentes très fortes. On pourrait saisir l'opportunité, avec ce congrès en France puis la présidence française de l'UE, d'avancer sur la question agricole : réforme de la PAC, interrogations sur les modes de culture de demain, usage des pesticides, etc.

Réactions12 réactions à cet article

 

c'est la concentration urbaine qui pose problème ... il n'y a aucune pandémie chez les animaux sauvages parce qu'ils sont en contact permanent avec les virus et entretiennent leur immunité !
les animaux d'élevages sont malades parce que trop concentrés et déconnectés de la nature, exactement comme les citadins qui vivent dans des villes hors sols et polluées !
L'immunité c'est un combat quotidien des organismes vivants contre les virus, si votre corps ne s'entrainent pas il n'est pas prêt ! le meilleur vaccin c'est la maladie, à condition de pouvoir soigner les gens fragile donc d’arrêter de fermer des hôpitaux ...

laurent | 02 septembre 2021 à 09h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai à la fin, il n'y en a que pour les climatologues ! Il n'y a qu'eux qui prennent l'avion tous les ans pour parader aux COP !
Donnons du pognon aussi aux écologues qui veulent aussi pouvoir se promener en avion !
Qui sera le Jean Jouzel (Prix Nobel !!!) ou la Valérie Masson-Delmotte de la biodiversité ?
Le concours de Grande Conscience est ouvert.

Albatros | 02 septembre 2021 à 10h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Que sait -elle de l'agriculture raisonnable en Europe ? De pesticides hors des champs de coton infects irrigués par les eaux de la mer d'Arral que l'UICIN n'a pas réussi à détruire ? De la biodiversité dans nos champs avec l'armoise, l'ambroisie, berce, renouée, ... Que sait elle de l'agriculture de demain sans doute bio dont les productions ne suffiront pas à nourrir le monde ? De l'agriculture urbaine qui n'arrivera pas a faire produire tous les toits de Paris ? Encore un job à fric et à étiquette internationale avec des niches fiscales superbes.

zhaooo2000 | 02 septembre 2021 à 10h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est un peu tard pour penser aux pandémies, la majorité est liée à nos moyens de transports.
Qu'elles soient humaines, animales ou végétales,
bien sur celle en cours, gérée par des bouseux asiatiques et des systèmes de santé mondiaux à la ramasse (on a étés plus que nuls)
Il y a eu celle du mildiou au 19 ème qui a ravagé le vignoble Français : importation de pieds américains mais la pomme de terre de venant de bateaux américains, 1 million de morts de faim, 1,5 d'émigrés.
Ma famille a fait partie de ces viticulteurs partis dans le monde entier partis pour apprendre l'art de faire du bon vin aux locaux .
Actuellement la peste porcine originaire Afrique, même l'Allemagne est gravement impactée. (deutch qualitad aux abonnés absents)
Pour une fois nous sommes meilleurs, les vétos au taquet, 136 km de grillage, zone blanche 1000 employés embauchés.
Il fait pas bon être sanglier dans le nord est de la France.
Toujours ces moyens de transports les coupables.
Chacun chez soi et dieu pour tous, l'écologie et le bon sens font bon ménage, faudra y penser un jour.

pemmore | 02 septembre 2021 à 12h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ces 3 commentaires sont pertinents. Très particulièrement celui de Laurent.

Quid | 02 septembre 2021 à 14h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'espèce humaine est la seule espèce de la planète a avoir un système de santé ultra-moderne et pourtant c'est l'espèce la plus malade ... on devrait s'orienter sur le préventif plutôt que le curatif, et notamment sur la pollution urbaine ! la ville est un écosystème extra-terrestre en déconnexion complète avec le vivant, une zone de confort en béton qui ressemble de plus en plus à un cimetière ...

laurent | 02 septembre 2021 à 14h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La finalité est déjà actée : Dans une étude réalisée pour la commission agriculture du Parlement européen, des chercheurs de l’Inrae et d’AgroParisTech mettent en avant les conséquences négatives que pourrait avoir la mise en place du Pacte Vert européen sur les revenus agricoles, les prix alimentaires et même l'environnement,

Conséquence augmentation des importations, de la pauvreté et de la production de CO
C'est l'UICN qui fait la pluie et le beau temps dans les ministères de nos gouvernement.

ouragan | 02 septembre 2021 à 16h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Prenons un exemple de la vision mercantile de l'UICN quand à nos montagnes:
"Les écosystèmes montagnards jouent un rôle important en matière de régulation des risques naturels (érosion, avalanches, éboulis) et offrent un refuge aux espèces remontant sous l’effet du changement climatique. Les montagnes sont des lieux recherchés par les touristes et présentent donc des services culturels importants. Ils permettent la pratique de multiples activités (randonnée, rafting, alpinisme…) et constituent également des lieux de détente et de bien-être.
La vision de la montagne par l’UICN est quelque peu étonnante. A se demander si ces penseurs de la nature y sont quelque fois allés
Dans son document (brochure sur les services rendus par les écosystèmes montagnards) l'uicn ne mentionne aucune activité traditionnelle en montagne. La sylviculture ou le pastoralisme n’existe pas à ses yeux. Et pourtant, c’est l’activité première des montagnes et des vallées depuis des millénaires. Ce sont les bergers et leurs bêtes qui ont fait la diversité des paysages, entretenu des espaces ouverts et fermés, créé des chemins, construit des abris, etc…

ouragan | 02 septembre 2021 à 20h28
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ben et nous avons nous le droit de se sentir autochtones? ma langue de naissance, le galo, la 2 ème langue bretonne n'est pas apprise à l'école et l'université, nos mots ne sont pas dans les dictionnaires alors que belges canadiens suisses, voire même les cajuns y ont droit, on devrait faire partie des 248 associations qui s"en occupent, après tout nous avons déjà gagné une guerre écologique: NDL et on en est fiers.

pemmore | 02 septembre 2021 à 21h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mediapart 2 septembre 2021 :
"Quel est donc cet endroit distingué où l’on peut croiser Antoine Arnault, fils de Bernard et directeur de la communication de LVMH ; les présidents d’EDF, Engie et Veolia ; Christine Lagarde, présidente de la BCE ; le président du Medef ; la cheffe de « la stratégie de soutenabilité » du pétrolier Total ; un vice-président de Microsoft, le président d’une association de groupes miniers, Emmanuel Macron et toute une partie du gouvernement français ? Le Congrès mondial de la nature...."
"Le sponsor privé mis en avant par l’UICN est la marque Nutella, qui consomme d’énormes quantités d’huile de palme et fut accusée d’exploiter des migrants syriens pour la production en Turquie de ses précieuses noisettes. De son côté, le ministère de la transition écologique a réuni son propre pool de « partenaires » économiques : JCDecaux, BNP Paribas, la SNCF, la compagnie de croisières Ponant, le groupe de transport maritime et de logistique CMA CGM, le groupe de luxe Kering, Veolia, etc. Mais « en raison de clauses de confidentialité dans les conventions de partenariat », il refuse de dévoiler le détail des montants alloués. Sollicitée par Mediapart pour savoir combien le groupe Ferrero avait payé pour sa place de « mécène », l’UICN n’a pas répondu à notre question. "
"Autant dire que l’ambiance du Congrès ressemblera plus à celle du forum de Davos qu’aux jardins ouvriers d’Aubervilliers, occupés depuis mai et évacués par la police jeudi matin."

Grrrr | 02 septembre 2021 à 21h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le sponsor privé mis en avant par l’UICN pour l’événement de Marseille est la marque Nutella, qui consomme d’énormes quantités d’huile de palme et fut accusée d’exploiter des migrants syriens pour la production en Turquie de ses précieuses noisettes.

À ce jour, les politiques de réduction de gaz à effet de serre et de protection de la biodiversité semblent se mener indépendamment les unes des autres. « C’est la cata, confie un des auteurs de la note du CNPN, nos décideurs sont d’un autisme total. On est gouvernés par des fous. »

Les véritables défenseurs de la nature sont ceux qui dénoncent les vols de terres, expulsions et violations des droits humains causés par une « conservation-forteresse ». Et s’inquiètent de la mise en place d’une financiarisation de la nature, à travers la création de marchés de compensation, où des entreprises s’achèteraient des droits à planter des arbres en échange de la destruction d’écosystèmes. Pour Frédéric Hache, du Green finance observatory : « On transforme un tiers de la planète en zone protégée où les populations autochtones deviennent des braconniers sur leurs propres terres. C’est le plus grand accaparement de terres depuis Christophe Colomb. »

Bon appétit!

ouragan | 02 septembre 2021 à 23h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'agroparistech s'est reconvertie dans l'agriculture urbaine et devient la grande spécialise de la culture des terrasses des toitures parisiennes; elle a abandonné la plupart des sciences et techniques de l'agriculture rurale (et paysanne horreur) dont evidemment les carrés et fosses pédologiques (Demolon) de la ferme de Grignon où depuis près d'un siècle étaient observées les transformations de sols par les amendements, engrais divers et variés. Les écolos les ont fait détruire! Mais l'UICN s’intéresse t'elle à la biodiversité de la vie dans les sols ? Les espèces sont elles connues ?

zhaooo2000 | 03 septembre 2021 à 08h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil juridique en matière de biodiversité et d'espèces protégées Cabinet Valentin Renoux - Avocat