Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Ouverture du congrès mondial de l'UICN : les annonces d'Emmanuel Macron

Biodiversité  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

À l'occasion de l'ouverture du congrès mondial de la nature ce vendredi 3 septembre à Marseille, le chef de l'État a fait plusieurs annonces. Certaines d'entre elles devraient être mises en œuvre dans le cadre de la présidence française de l'Union européenne au premier semestre 2022.

Emmanuel Macron a ainsi annoncé qu'il voulait mettre au cœur de son action européenne la protection des sols vivants. Et ce, dans la poursuite des dispositions nationales relatives à la lutte contre l'artificialisation contenues dans la loi « climat et résilience » et des mesures d'accompagnement du plan de relance pour reconvertir les friches polluées.

En matière d'agriculture, M. Macron a annoncé que la présidence française prendrait une initiative pour une sortie accélérée des pesticides. « Ce n'est qu'au niveau européen que nous y arriverons », a affirmé le chef de l'État qui a n'a pas réussi à tenir sa promesse de mettre fin au glyphosate dans l'Hexagone et qui est revenu sur l'interdiction des insecticides néonicotinoïdes. Il a également annoncé un accroissement du budget de la recherche sur les pesticides dans les cinq prochaines années.

De même, le président souhaite profiter de la présidence de l'UE pour accélérer la stratégie européenne en matière de déforestation, en n'important plus d'huile de palme ou de soja ayant entraîné une déforestation. Le chef de l'État s'est également dit contre le Mercosur, tel que négocié aujourd'hui. « Et nous le resterons », s'est-il engagé. Emmanuel Macron a plaidé pour l'introduction de « clauses miroirs », prenant en compte le climat et la biodiversité, dans les accords commerciaux.

Atteindre 5 % d'aires sous protection forte en Méditerranée

En matière de zones protégées, le président de la République a annoncé l'objectif de passer de 0,2 % d'aires marines sous protection forte dans la Méditerranée à 5 % d'ici 2027. Et ce, dans le cadre de l'objectif de protéger 30 % du territoire, dont 10 % sous protection forte. Sollicité par les Nations unies, le chef de l'État s'est aussi engagé à tenir un sommet sur les océans, le One Ocean Summit, pour en faire un bien public mondial. « Soixante pour cent de notre espace maritime est hors du droit », a-t-il en effet expliqué. Quant aux pôles, Emmanuel Macron a indiqué qu'une stratégie lui serait soumise à l'automne. « La France n'attendra pas les lois pour empêcher que des projets destructeurs y soient portés par les entreprises », s'est-il engagé.

Réactions11 réactions à cet article

 

J'aurais aimé qu'une promesse du Président soit accompagnée des moyens pour y parvenir. Comment obliger le Maroc, l'Algérie, la Tunisie, la Libye, l'Egypte et la Turquie a préserver5% de leur territoire marin. je ne peux pas prendre au sérieux de telles paroles sans fondement solides

le papet | 06 septembre 2021 à 09h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bonjour ,
quelle intelligence dans les propos . Dire que l on veut stopper les pesticides et financer la recherche par cette même industrie est une absurdité . Un produit qui remplace un existant , sera lui aussi contreversé, et pendant ce temps on oublie les herbicides alors que ce sont eux et leurs adjuvants qui sont le plus présents dans l'eau , et que les plans de relance permettent aux agriculteurs de se moderniser pour utiliser moins. quant aux MERCOSUR , une posture pour obtenir des contre partie à notre avantage et qui ne sont en aucun liés à l'environnement, car si c'était une réelle volonté , le président mettrait fin à ses accords qui musellent le pouvoir politique, au profit des grandes industries .

cath.mng | 06 septembre 2021 à 13h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On sent que la campagne présidentielle à commencé. Vu les échecs répété et la procrastination sur la plupart des sujets environnementaux de M. Macron, il n'est plus question de lui faire confiance. Je suis d'accord avec les propos de cath.mng. Un accord commercial est fait pour augmenter le traffic mondial et donc néfaste à l'environnement. La seule réponse est la relocalisation à l'échelle du territoire de tout ce qui est possible en faisant un trait sur le tout économie que nous vivons depuis 5 décennies.

BDE | 06 septembre 2021 à 17h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je suis d'accord avec vous Monsieur BDE, Macron nous a trompé. car la seule mesure de décroissance qui a des effets immédiats sur l'environnement , c'est de prendre des mesures radicales pour diminuer la consommation et pour cela il faut diminuer les salaires de 30%. Toutes les autres mesures ne sont que du blabla

le papet | 06 septembre 2021 à 17h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La proposition de "Le paper" est radicale et créerait une révolution populaire. Le pencherais plutôt pour taxer tout ce qui n'est pas nécessaire ET local, le pouvoir d'achat se réorienterait alors vers les agriculteurs et les artisans du territoire et l'économie circulaire commencerait à fonctionner. Pour cela payer 50% des salaires en monnaie complémentaire locale et la faire accepter par toute les institutions...
Si au moins on pouvait favoriser et donc multiplier les initiatives expérimentales qui vont dans ce sens on pourrait valider des fonctionnement et les développer à plus grande échelle (monnaie locales, revenu de base, sobriété énergétique, autonomie territoriale et résilience, restauration du patrimoine environnemental... etc)

BDE | 06 septembre 2021 à 17h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore des âneries démagogiques pour rallier les couillons anti tout et encore sur le dos des agriculteurs (même les "bios" utilisent du chimique pour protéger leurs cultures - et leurs revenus). Mais qu'ont-ils donc fait pour être autant emmerdés par les imbéciles de tous poils.
Je propose une sortie accélérée des anti-dépresseurs car la population française figure parmi les plus exposées au monde à ces méchants produits chimiques. Les marchands de peur écolos-catastrophistes sont peut-être sponsorisés par big pharma ?

Albatros | 08 septembre 2021 à 16h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vachement original : taxer tout ce qui n'est pas "vertueux". Vraiment du domaine du génial. BDE, vous êtes un parfait Français car dans ce domaine, nous sommes les plus forts, et de loin !
Reste à définir la vertu et le sacro-saint "local" : ce qui est à moins de 100, 200, 800 kilomètres de mon nombril ?
Heureusement que vous ne sévissiez pas avant 1492 car nous n'aurions ni pommes de terre ni tomates !!!
Et encore bravo pour la profondeur de la réflexion, la planète est sauvée ! YAKAFOKON taxe !

Albatros | 08 septembre 2021 à 16h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est étonnant cette propension a insulter les gens qui ont une vision différente et ce sans en connaître le profil et les expériences, et en ne comprenant manifestement pas ses propos. Je me faisait une autre idée de l'Albatros, majestueux et virtuose du vol au raz des vagues.

BDE | 08 septembre 2021 à 21h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bla bla bla , promesses, promesses , promesses: le Macron en campagne ! Mais nous on voudrait le Macron à la campagne (et si possible dans des champs vierges de saloperies ).

gaïa94 | 08 septembre 2021 à 22h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Avant les hippies l'écologie était de droite, depuis l'ultra-gauche proche de l'union soviétique s''est emparée de l'écologie et cette sciences est devenue politique associant les 35 heures à la défense des moustiques . cette belle idée a été complètement dénaturée ( jeu de mots) voila pourquoi les seuls les français complexés et les aigris par leur échec de la vie adhère à cette utopie.

le papet | 09 septembre 2021 à 08h25
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Macron ne représente que le verbe, c'est beau, c'est convaincant mais cela ne fait pas avancer la France. Celui qui manie le verbe ne sait pas agir, ce n'est pas un homme d'action. Mais la France n'est elle pas le pays des poètes, des écrivains.Pour l'instant il représente la France, celle qui préfère la cigale à la fourmi et qui préfère les fleurs à une clef à molette

le papet | 09 septembre 2021 à 08h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit des Affaires publiques/privées Huglo Lepage Avocats