En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Arrêté tarifaire de l'éolien : une décision d'ici deux ans

Le Conseil d'Etat a finalement botté en touche concernant l'arrêté tarifaire de l'éolien. Dans son arrêt rendu le 15 mai, il renvoie devant la Cour de justice de l'Union européenne la question sur le mode de financement de l'électricité éolienne.

Energie  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com

La surprise est de taille : le Conseil d'Etat n'a finalement pas statué concernant l'arrêté tarifaire de l'éolien du 17 novembre 2008. Dans son arrêt rendu le 15 mai, il demande à la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) de se prononcer sur le statut d'aide du mode de financement du surcoût de l'électricité éolienne. "Considérant que cette question est déterminante pour la solution du litige", le Conseil d'Etat attendra la réponse de la CJUE pour rendre sa décision définitive.

Durant cette période, l'arrêté du 17 novembre 2008 demeure en vigueur et les contrats d'obligation d'achat peuvent toujours être signés sur cette base.

"Dans un délai d'un à deux ans et demi, nous disposerons d'une décision du conseil d'Etat sur la question de la légalité de l'arrêté du 17 novembre 2008", estime Fabrice Cassin, avocat-associé au cabinet CGR Légal, spécialisé dans le droit de l'éolien. Selon un communiqué du Syndicat des énergies renouvelables (SER), les professionnels de l'énergie éolienne restent confiants concernant l'interprétation de la Cour de Justice de l'Union Européenne du système français. "Je pense que la CJUE reconnaîtra que c'est une aide exemptée - légale qui répond à un intérêt général - elle permet de disposer d'une électricité concurrente au pétrole et charbon, assure Fabrice Cassin, ensuite, nous espérons bien que d'ici 10 ans nous n'aurons plus besoin de ce mécanisme d'arrêté tarifaire et que l'électricité sera vendue au prix du marché". Si la Cour de justice arbitre effectivement dans ce sens, le gouvernement devra alors notifier ce texte à la commission européenne au titre des aides d'Etat.

Selon l'avocat, la question sur le statut d'aide du financement du surcoût de l'électricité éolienne aurait pu être examinée dès août 2008, lors de la première plainte de l'association Vent du Bocage. "Le Conseil d'Etat a préféré porter l'annulation de l'arrêté sur une question de procédure : la non consultation du conseil supérieur de l'énergie, rappelle Fabrice Cassin, dans l'ordre d'examen des différents arguments, il commence toujours par les vices de formes et procédures, il aurait pu continuer mais il s'est contenté du premier argument".

Le niveau du tarif d'achat validé

Si le Conseil d'Etat ne s'est pas positionné concernant l'arrêté, il a toutefois validé le niveau du tarif d'achat. "Compte tenu, d'une part, des aléas qui s'attachent aux hypothèses de rentabilité des investissements en cause, calculée sur une durée allant de quinze à vingt ans et dépendant notamment de la durée annuelle de fonctionnement des installations utilisant l'énergie mécanique du vent, et d'autre part, de la diversité des caractéristiques du financement des projets, selon les choix opérés par les investisseurs, portant notamment sur l'arbitrage entre recours à l'emprunt et financement sur capitaux propres, il ne ressort pas des pièces du dossier qu'une erreur manifeste aurait été commise dans l'évaluation de la rémunération moyenne des capitaux immobilisés dans les installations utilisant l'énergie mécanique du vent", précise l'arrêt du 15 mai.

Les associations contre l'éolien prévoient d'or et déjà d'autres angles d'attaques. "Depuis le début, nous dénonçons ces tarifs d'achat de l'électricité - qui sont artificiels - cela fait 20 ans que l'industrie éolien ne vit que de tarifs subventionnés sous le prétexte d'une industrie en développement", argumente Jean-Louis Butré, président de la Fédération Environnement durable.

Réactions26 réactions à cet article

 

Le font-ils exprès ?
C’est ce que vont croire les ardant défenseur des hachoirs à vent !
Que voit-on sur la photo ?
Ce qui semble être un plateau boisé, lequel surplombe une plaine.
Et plantés là, comme cinq tifs ridicules sur le crâne d’un pelé, nos sublimes demoiselles blanches.
A mon humble avis, chez Actu-Environnement, ils sont payés par Jean-Louis Butré de la FED pour dévaloriser ainsi ces dignes symboles du laid et de l’inutile !
Notez que ce que dit Jean-Louis Butré n’est pas faux.
De plus, je suis mort de rire quand je lis Fabrice Cassin, l’avocat du vent, qui assure que les subventions somptuaires dont bénéficie la manne éolienne (étude de l'institut Montaigne), permettent de disposer d'une électricité concurrente au pétrole et charbon (Sic).
Pas concurrentes, cher maitre, mais concourantes, l’une ne va pas sans l’autre.

Tireman | 16 mai 2012 à 10h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je préfére "5 tifs ridicules" que quatre gros furoncles (nuclaire), et puis avec les progrés de la chirurgie esthétique les futures implantations de "tifs" seront mieux acceptés.Cela fera plaisir a JLB.

lio | 16 mai 2012 à 13h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Votre avis n'engage que vous et je constate que vous êtes un spammeur (professionnel ?) des articles sur l'éolien.
Une telle concentration de termes négatifs pour parler de l'éolien révèlent votre positionnement certainement très profondément ancré... Etes vous également un lobbyiste du nucléaire ?
Le développement de la plupart des EnR passe par une nécessaire phase de subventionnement pour trouver son autonomie. C'est ce que l'on appelle l'"effet de levier". Cette phase est d'autant plus importante pour sortir du monopole du nucléaire en France (caractéristique si Franco-Française).
L'éolien aurait d'ailleurs certainement moins besoin d'un tarif de rachat spécifique si nous payions le coût réel de notre énergie (coût réel de la gestion des déchets et du démantèlement...)
75% des recours contre les projets éoliens sont déboutés avec 50% des projets attaqués via les inlassables FED et Vent de Colère. Défendre nos territoires est une préoccupation légitime mais il serait nécessaire de mettre un frein à la désinformation et de responsabiliser les "opposés à tout" en leur faisant payer le préjudice du recours abusif.
Il faudrait remettre les choses dans leur contexte et penser économies d'énergie + changement de notre modèle de production traditionnel. Les éoliennes sont un maillon de l'alternative et j'espère que nos progrès sur le stockage de l’énergie et la réduction du problème de l'intermittence des EnR nous ferons prendre enfin ce virage que nous tardons trop à engager.

frandin | 16 mai 2012 à 14h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Machines incongrues
La photo illustre à la perfection ce qui fait refuser ces machines ,totalement démesurées dans ce site.
Si les promoteurs éoliens agissaient suivant leurs propos on n'aurait pas à déplorer le mépris des paysages : il s'est trouvé un chevalier d'industrie pour vouloir en placer à quelques Km. de l'abbaye de Fontenay, inscrite au patrimoine mondial. Heureusement la Préfète était femme de culture et n' a pas accepté ce sacrilège.
Simple rappel à ceux qui "préfèrent une éolienne à une centrale nucléaire"( nous sommes nombreux dans ce cas)
Il faut 2000 machines -de 150 m.de haut-pour compenser la fermeture , non d' une centrale , mais d'UN réacteur.

sirius | 16 mai 2012 à 19h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je laisse de coté la "non-réponse", ou le "non-argument" de Lio, et je vais vous répondre en quelques mots, Frandin.
Curieux ce réflexe conditionné qui fait que si l’on ne se pâme pas devant vos moulinettes, c’est qu’on est un horrible suppôt de l’atome.
Alors, "lobbyiste du nucléaire" ?
Pas plus que ça.
Ces centrales existent, mieux vaut nous en servir plutôt que de jeter le bébé avec l’eau du bain.
Même en les démantelant, il faudra quand même résoudre le problème des "restes"?
Donc, on aura sur le dos des "restes" de combustion à retraiter, et des énergies aléatoires...
Les "restes" à retraiter, dans les pays du tiers monde peut-être ?
Personnellement, j’attends avec impatience la fusion nucléaire qui mettra tout le monde d’accord. Ce sera ça, l’énergie de demain.
"Anti éolien" ?
Alors là, OUI, viscéralement, pour de multiples raisons, dont l’imposture idéologique et le massacre de notre patrimoine ne sont pas les moindres.
Les autres types d’énergies ?
Elles se discutent, mais la première serait peut-être une consommation énergétique plus rationnelle, ce que l'on appelait dans le temps, "la chasse aux gaspis"…
"75% des recours contre les projets éoliens sont déboutés"…
Ça, j’en suis moins sûr, mais admettons.
Cela sous entend que 25% des projets sont stoppés, et ce n'est pas négligeable.
"Les inlassables FED et autre Vent de Colère" ?
Il nous fallait bien une structure pour nous attaquer à un lobby financier aussi puissant que le lobby éolien.
Cordialeme

Tireman | 16 mai 2012 à 20h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J’oubliais, mon cher Frandin, cette phrase sublime qui démarre votre propos :
"… je constate que vous êtes un spammeur (professionnel ?) des articles sur l'éolien."

Donc, si je défends une conviction profonde, mais qui n'est pas la votre, je suis "un spammeur (professionnel ?)".
Sans avoir fait les hautes écoles, je devine que vous préférez "zonzonner" entre vous sans être dérangé dans vos certitudes…
Démarche limite sectaire, ne croyez-vous pas ?
Mais, comme vous avez la gentillesse de me le concéder, mon avis n'engage que moi ...

Tireman | 16 mai 2012 à 21h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Parmi les pro éolien,enlevez donc vos eoillères et lisez l'article qui parle de l'Allemagne(soit disant une référence pour l'éolien).Il est clairement écrit que ce pays manquera d'électricité dans 10 ans s'il continue dans sa voie du Stop au nucléaire.Ceux sont des personnes qualifiées qui affirment cela.L'utopie du sans nucléaire ne pourra plus être une vérité.L'Allemagne est en ce moment le plus gros pollueur en Co2 de l'Europe à cause de toutes les centrales thermiques fournies en GAZ,PETROLE,et surtout CHARBON.Je croyais que l'on luttait contre le réchauffement climatique? Cent commentaires.

kyrnos43 | 17 mai 2012 à 02h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Effet je pense que si on faisait supporter les frais de recours et pénalités de retard caussé par les opposants déboutés par les tribunaux, je pense qu'un équilibre serait trouvé entre les pro et les anti éoliens

roufaques | 17 mai 2012 à 10h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour Sirius.
Vous avez parfaitement résumé la situation, et je vous en remercie.
Je signale qu'à Le Dorat, en Basse-Marche dans le Limousin, des gens mènent une lutte désespérée contre un projet de 28 aérogénérateurs de 145 mètres de haut, dont certains d'entre eux seraient implantés dans des cônes de visibilité avec la collégiale du Dorat.
La Collégiale du Dorat a été édifiée au XIIe siècle. Elle fut fortifiée au XVe siècle, et a été classée Monument Historique en 1846.
Si on met le préfixe "écolo" devant n'importe quelle ânerie, ladite ânerie devient illico vertueuse et par conséquent ceux qui s'y opposent ou qui la discutent sont diabolisés.
Cordialement.

Tireman | 18 mai 2012 à 10h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Tireman:
Le lobbying éolien serait plus influent que celui de l'éolien... Serait ce la blague du jour ?!
L'éolien n'a jamais eu vocation de se substituer à nos centrales nucléaires comme vous vous efforcez de le faire croire. L'objectif visé est de limiter le plus possible le recours au nucléaire avec un MIX d'EnR.
Se cacher derrière le problème des "restes" pour motiver la conservation du tout nucléaire frise la malhonnêteté. Je vous rappelle que cette situation est issue du comportement irresponsable de l'Etat qui a fermé les yeux ainsi que celui des gestionnaires de centrales qui se sont débarrassés de leurs déchets en dehors de nos frontières. La question des déchets n'est d'ailleurs qu'un volet du mensonge et du culte du secret de cette filière. Il en de même côté tarif puisqu'il n'est plus à prouver que le coût de l'énergie nucléaire est nettement sous-évalué comptes tenu de l'omission partielle des coûts de démantèlement et de gestion des déchets à vie longue (très longue)
Enfin, votre discours est très paradoxal: Vous semblez ouvert au progrès de la technologie quand il s'agit de diminuer la production de déchets nucléairse grâce à la fusion mais refusez d'admettre la capacité des investissements et travaux de recherche en cours (et plus avancés! ) pour palier à l'intermittence des EnR. Vous parliez de sectarisme ?
A chaque région ses caractéristiques et ses EnR appropriés. Je suis bien d'accord avec l'idée qu'il n'est pas possible d'implanter des éoliennes partout

frandin | 21 mai 2012 à 12h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Frandin.
Je vous cite :
"Le lobbying éolien serait plus influent que celui de l'éolien"
???
Vous vous relisez des fois ?
Pour le reste, de belles pirouettes, mais rien de concret...
A refaire.
Autre chose, je vous cite encore :
"Vous semblez ouvert au progrès de la technologie quand il s'agit de diminuer la production de déchets nucléaire grâce à la fusion ..."
Pour votre culture personnelle, il n'y a pas de déchet dans la fusion nucléaire...
Je sais bien que vous et les vôtres réagissez instantanément dès qu'il est question de "nucléaire", mais "fission" et "fusion" n'ont rien a voir.
Informez-vous avant d'écrire des âneries.
Pour le reste, comme je vous l'ai dit, rien de neuf, de belle pirouettes.

Tireman | 21 mai 2012 à 12h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un homme de votre qualité intellectuelle devrait être capable de saisir le sens d'une phrase même avec une faute d'orthographe et un mot erroné. Je n'ai pas comme vous mes journées de libre pour peaufiner ma prose... Vous l'aurez déviné, il fallait comprendre que lobby nucléaire est bien plus puissant que celui de toutes les EnR réunies.

Je vous invite à garder pour vous vos leçons de démonstration puisqu'en relisant vos précédents propos vous constaterez que non seulement vous ne faites aucune référence pour étayer vos propos mais vous faites un abus de terme disgracieux qui desservent votre discours.

Je vous remercie également pour vos cours de physique mais non seulement je n'ai fait aucune d'analogie entre la fission et la fusion mais je crois que vous surestimez vos connaissances sur le sujet...
En tant qu'imminent spécialiste de la fusion nucléaire, vous devriez savoir que l'usage du tritium induira la production, en quantité restreinte, de déchets radioactifs à vie courte et moyenne. Même si j'admets que le poste déchets s'en trouve considérablement amélioré, il est parfaitement de faux de dire que la fusion ne génère aucun déchet.
Assurez vous donc de la véracité de vos propos avant de faire la leçon, cela vous évitera d'écorner votre ego et crédibilité.
Je note également que la concession ne semble pas faire partie de vos qualités...

frandin | 21 mai 2012 à 14h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@sirius:
1 réacteur = 1328 éoliennes. Vous avez sur-évalué (/volontairement?)de moitié par rapport aux données réelles. L'exagération est facteur de décrédibilisation.
(données de référence réacteur Blayais 1 et éolienne 130m de Dinan Yvoir).

Question candide : Si on laissait, à chaque ménage français, les incitatifs administratifs pour investir par exemple dans le solaire et l'éolien, de combiens de réacteurs nucléaire aurait-on besoin ?
Est ce que ça leur couterait plus cher in fine ?
Est ce qu'il subirait la hausse du coût de l'énergie ?
Est ce qu'il y aurait encore de la spéculation sur les marchés verts ?
...
C'est l'indépendance énergétique du foyer la vision d'avenir.

Hannicare | 21 mai 2012 à 17h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tient ?
Vu la réaction, j’ai encore du gratter où ça chatouille.
Vous ne supportez guère la contradiction, hey ?
Je vais être gentil, et faire ma BA, je vous laisse le terrain.
Juste avant, je vais être gentil, et vous ouvrir des horizons qui ne moulinent pas.

Qui vous a parlé de tritium ?
Le deutérium est amplement suffisant.
De plus, les océans en contiennent naturellement (env. 33 gr/m3).
Cela serait suffisant pour alimenter la planète en énergie durant quelques centaines de millions d’années.
Potentiellement, 1 m3 d’eau de mer peut fournir en énergie l’équivalent de la combustion de 700 tonnes de pétrole.
Contrairement à la fission nucléaire, les produits de la fusion eux-mêmes (principalement de l’hélium 4) ne sont pas radioactifs.

Allez, bon vent…

Tireman | 21 mai 2012 à 17h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci Tireman, pour ne pas "zonzonner" et pour les deux propositions suivantes:
1. "une consommation énergétique plus rationnelle, ce que l'on appelait dans le temps, "la chasse aux gaspis"…"
2. "Si on met le préfixe "écolo" devant n'importe quelle ânerie, ladite ânerie devient illico vertueuse et par conséquent ceux qui s'y opposent ou qui la discutent sont diabolisés."
J'avais mentionné le préfix "éco" tout court, moins politiquement connoté.
Mon avis est que le "levier" pour l'éolien est lui-même excessivement lourd, même s'il peut être nécessaire au développement d'une filière...
Bien sincèrement.

Albatros | 21 mai 2012 à 19h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Hannicare

1300 MW (réacteur classique) X 80 %( disponibilté) = 1040 Mw "réels"
2 Mw (éolienne " ) X 25 % ( ",en fait 23 % ) = 0,5 MW "
1040 /0,5 = 2080

sirius | 22 mai 2012 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Tireman: Votre démonstration se résume à un copier-coller des 1eres lignes de Wikipedia dans la rubrique "fusion nucléaire". Le plagia est tout aussi moche que des tifs ridicules plantés au sommet du Mont Saint Michel... Je vous invite à relire jusqu'au bout ce même article, il confirme que la production de déchets et leur durée de vie sont réduites et ne sont pas nulles. Vous semblez confondre gentillesse et mauvaise foi. Bref, une démonstration supplémentaire de votre vision personnelle du débat et de votre incapacité à l'ouverture d'esprit pour les sujets qui vous grattouillent.

Tout à fait d'accord avec vous Albatros, la priorité est bien la rationalisation de nos besoins énergétiques et je me permettrais de rajouter qu'elle devrait être associée à la décentralisation des moyens de production.
Il est effectivement dommage pour l'ensemble des filières subventionnées qu'elles en soient autant dépendante. Cette situation a pour effet d’alimenter copieusement la controverse. C'est pourquoi, il est impératif que notre tarif d'achat d'électricité actuel soit enfin correctement évalué et mis en corrélation au plus tôt avec les coûts réels de production et que les filières de production d'EnR ne soient pas désignées responsables de la nécessaire rénovation de notre réseau électrique comme c'est le cas aujourd'hui.
Ces 2 vérités rétablies établiraient la réelle compétitivité de la plupart des EnR et leur permettraient de gagner rapidement leur autonomie financière.

frandin | 22 mai 2012 à 10h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour Albatros, heureux de vous revoir !
Votre phrase m’avait tellement plut, et est tellement vraie, qu’en son temps, je vous avais demandé l’autorisation de l’utiliser !
Hélas, vous aviez disparu…
Il est vrai que le préfixe « éco » est plus généraliste, mais beaucoup trop à mon goût.
Je préfère cibler avec précision et sans confusion possible mon adversaire, une pseudo écologie des salons bourgeois, qui n’a d’écologique que le nom, qui occulte la réalité, et qui revient aussi cher au citoyen que les produits dits « bio ».
Cordialement.

Tireman | 22 mai 2012 à 10h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mort de rire mon cher Frandin !
Décidément, vous êtes assez "court" en argumentation.
Je suis très flemmard, et je n’ai aucun scrupule à utiliser ce qui existe déjà, surtout quand c’est bien fait.
Wikipédia est une encyclopédie en ligne libre de droit, et son but est justement la vulgarisation.
Bien sûr, j'aurais pu mentionner "sources Wikipédia", mais cet article est lui même un condensé de "Science et Vie".
Comme je possède divers articles sur le sujet, traités par "Science et Vie", "Persée" et autres, j'aurais aussi pu les transcrire également
Je vous signale qu’il y a aussi dans les revues et sites que j’ai cités des articles qui traitent de l'utilisation industrielle des aérogénérateurs, mais vous risquez de ne pas aimer...

Tireman | 22 mai 2012 à 12h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Sirius.
Vous êtes généreux.
En fait, selon les "sources officielles", confirmé par Wikipédia, pour faire plaisir à Frandin, le facteur de charge moyen des aérogénérateurs en France oscille entre 19 et 22 %
Très fiable...

Tireman | 22 mai 2012 à 12h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cher Tireman, vous pouvez citer tout ce que vous souhaitez, il n'y a pas de sujet sensible lorsque l'on recherche réellement à faire avancer un débat. Je n'ai pas comme vous des réactions épidermiques et infantiles dès que quelqu'un défend une thèse que je ne partage pas...
De tous les "contre l'éolien" (et non "anti") qui se sont exprimés ici vous êtes le seul à distiller votre science "infuse" et jouer de la ponctuation et qualificatifs propres à vous qui révèlent un certains traits de caractère....
Je note encore votre habile slalom entre les sujets avancés.

frandin | 22 mai 2012 à 13h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mon très cher Frandin, on va faire court, sinon on va finir par lasser.
Je vous livre les facteurs de charge de ces quelques sources d’énergies :
Solaire photovoltaïque : entre 7 et 9 %
Eolien : entre 19 et 22 %
Nucléaire : entre 75 et 80 %
Centrale thermique : 85%
Géothermie grande profondeur : 85%

Tireman | 22 mai 2012 à 21h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qui se lasse cesse le lire ou d'écrire ! C'est aussi ça la démocratie.

Comparer des moyens de production à partir des seuls critères de charges est parfaitement ridicule et inadapté. D'autant plus quand le facteur de charge en question est entretenu artificiellement par des ressources épuisables, sans parler des pollutions induites par leur exploitation...
Comparatif de la dangerosité ? de l'impact global sur l'environnement ? de la production de déchets ? (ah oui, j'oubliais la fusion...) de la sécurisation de la production nationale ? de la répartition des richesses ? de l'équité sociale ? de l'autonomie des régions ?...
Concernant la géothermie subtilement positionnée dans votre classement, combien de temps pensez-vous qu'une installation soit capable de maintenir ce beau facteur de charge ? (quid du refroidissement des sols/de l'eau)
Chaque énergie présente des avantages mais il ne faut pas oublier les inconvénients de celles qui nous séduisent...

frandin | 23 mai 2012 à 10h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour mon cher Franquin.
J'aime bien commencer par "bonjour", pas vous ?
"...sinon on va finir par lasser"
Ce que je voulais dire par là, c’est que vous et moi devenions envahissants, du moins, de mon point de vue.
Votre réponse :
"Qui se lasse cesse le lire ou d'écrire ! C'est aussi ça la démocratie." (frandin | 23 mai à 10h58)
Rejoint quelque part ce que vous écriviez :
"...je constate que vous êtes un spammeur (professionnel ?) des articles sur l'éolien." (frandin | 16 mai 2012 à 14h30)
Mais quand, enfin, vous écrivez :
"Chaque énergie présente des avantages mais il ne faut pas oublier les inconvénients de celles qui nous séduisent..." (frandin | 23 mai à 10h58)
Je vous en remercie, vous avez fini par dire ce que je souhaitais vous entendre dire !
(^^)
Cordialement.

Tireman | 23 mai 2012 à 14h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous m'avez piégé, je dois me rendre...
Wow, je suis bluffé par cette ultime pirouette ! vous avez même placé un "bonjour", quel gentleman.
Désolé de vous décevoir c'est pas vraiment de la colère que vous arrivez à susciter...

frandin | 23 mai 2012 à 17h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

"Ils sont trop vert..."
Le Renard et les raisins...
Bye.

Tireman | 24 mai 2012 à 21h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…