Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Programmation des énergies renouvelables : le Conseil supérieur de l'énergie valide le projet d'arrêté

Energie  |    |  R. Boughriet

Le Conseil supérieur de l'énergie (CSE) a adopté ce vendredi 15 avril le projet d'arrêté gouvernemental relatif à la programmation des capacités de production d'énergies renouvelables (EnR). Il prévoit notamment de doubler le parc éolien terrestre d'ici 2023 et de tripler le parc photovoltaïque.

Dans un communiqué, le Syndicat des énergies renouvelables (SER), membre du CSE, s'est félicité "du résultat pour l'éolien terrestre, qui voit ses objectifs 2018 et 2023 revus à la hausse par rapport au texte initial, et pour le biométhane injecté dont l'objectif est confirmé à 8 TWh". Il se réjouit également "des calendriers indicatifs de lancement des appels d'offres qui ont pu être introduits à sa demande dans le projet de texte". En revanche, le SER déplore que les objectifs pour les énergies marines renouvelables, l'éolien offshore posé et la cogénération biogaz n'aient pas été relevés.

"Nous attendions ce texte réglementaire depuis des mois. En effet, il constitue la feuille de route des énergies renouvelables. Il va permettre de lancer et de séquencer les futurs appels d'offres pour plusieurs filières majeures de notre secteur", a salué Jean-Louis Bal, président du SER.

La publication de l'arrêté, au Journal officiel, pourrait intervenir en mai, selon l'AFP. La ministre de l'Environnement Ségolène Royal a présenté début avril cette partie EnR de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), prévue par la loi sur la transition énergétique. La PPE complète, attendue pour fin 2015, doit tracer les trajectoires d'évolution de toutes les sources d'énergie jusqu'en 2023. Fixée par décret, elle devrait être présentée au comité de suivi de la PPE avant cet été. La ministre s'est engagée à présenter une feuille de route sur le nucléaire au plus tard le 1er juillet qui fournira "une fourchette du nombre de réacteurs à fermer", en "fonction de différents scénarios".

Le CSE a adopté une motion, présentée par Denis Baupin, député écologiste de Paris, qui demande au gouvernement "de mettre rapidement en consultation - et notamment à l'avis du CSE – un projet complet de PPE".

Réactions1 réaction à cet article

Nos concitoyens savent-ils que ces EnR (énergies renouvelables) sont subventionnées et coûtent à la collectivité 6 Ma€ par an ?
Et pour quel gain ?
Sûrement pas économique, vu le coût exorbitant de ces technologies comparées aux technologies traditionnelles (hydraulique et surtout nucléaire)
Sûrement pas environnemental vu les gâchis des paysages par des milliers d'éoliennes et panneaux solaires, et aucun gain de CO2 émis, puisqu'on n'en émet déjà pas !
ET nos concitoyens savent-ils que la seule alternative techniquement réaliste au nucléaire que dénonce M. Baupin, c'est le charbon, comme au XIXème siècle ? Etonnant, non, quand on pense que M. Baupin milite à .... EELV !!

stud38 | 16 avril 2016 à 21h23 Signaler un contenu inapproprié

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
Tous les champs sont obligatoires

Partager

Micro-onduleur DS3, la nouvelle génération pour le PV résidentiel APsystems
Micro-onduleur YC1000-3, pour centrales solaires tertiaires/industrielles APsystems