En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

5.700 hectares de terrains côtiers vont être cédés au Conservatoire du littoral

Biodiversité  |    |  Carine Seghier Actu-Environnement.com
France Domaine, service à compétence nationale du Ministère du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique et le Conservatoire du littoral et des rivages lacustres ont signé une convention mettant à la disposition de cet établissement public 31 sites d'une surface totale de 5.700 hectares de terrains côtiers appartenant à l'Etat, a annoncé le Ministère du Budget, des Comptes Publics, de la Fonction publique et de la Réforme de l'Etat. Ces nouveaux terrains se situent essentiellement en Outre-mer. ''Sur les 5.700 hectares mis à disposition, près de 5 400 hectares concerneront des zones de mangroves dont 5.000 hectares en Guadeloupe : les Abymes, Baie-Mahault, Morne à l'Eau qui seront confiés en gestion au Parc national de Guadeloupe et en Martinique : îlets à Ramier dans la commune de Trois-Ilets où sera réintroduite et protégée une espèce d'iguane endémique à la Martinique'', précise le ministère.

Avec ces nouvelles acquisitions, le conservatoire possède désormais 133.900 ha de zones littorales particulièrement sensibles.

Réactions2 réactions à cet article

 
POUDRE AUX YEUX

QUID DES RICHES VILLAS SUR LA MER QUI POLLUENT LES RIVAGES COMME A SAINT RAPHAEL VERS BOULOURIS?
Ces constructions sont elles sur le domaine public oui ou non ?

PAPY FIRMIN | 25 février 2010 à 08h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Le Conservatoire fait du bon boulot.

Mais (Car il y a toujours un "mais") comment ces espaces seront ils gérés à terme ? L'entretien de ces zones littorales est complexe et demande des compétences spécifiques à chaque zone. En effet, les dunes picardes et la pointe du Raz n'ont de commun que la proximité de la mer. Les "anciens du pays" connaissent leur littoral comme leur poche mais ils sont souvent mis de côté, une fois le Conservatoire maître des lieux. Dans certains cas, des propriétaires avisés ont su valoriser leurs domaines. Et là où ça marche, pourquoi en faire l'acquisition ? Un partenariat intelligent avec les propriétaires suffirait pour intégrer d'autres espaces sans avoir recours à ... l'expropriation.

Esteban2 | 25 février 2010 à 16h58
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager