Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'Inserm va étudier le régime alimentaire bio sur le long terme

Gouvernance  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Dis-moi qui tu es, je te dirai ce que tu manges ! C'est en substance ce que révèle une étude de l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), réalisée dans le cadre de la cohorte NutriNet-Santé, qui s'est penchée sur l'attitude et la fréquence de consommation de produits bio, sur un échantillon de 54.311 personnes.

Les consommateurs réguliers (7.606 personnes) "ont un niveau plus élevé d'éducation et sont physiquement plus actifs, mais ont un niveau de revenus comparables aux non-consommateurs bio (excepté pour le groupe des non consommateurs qui invoquent un coût trop cher pour ne pas consommer les produits bio)". Contrairement aux idées reçues, ils n'ont donc pas un pouvoir d'achat plus important.

Alors pourquoi achètent-ils bio ? A 69,9% car ces produits sont considérés comme meilleurs pour la santé et 83,7% comme meilleurs pour l'environnement. S'il n'est pas prouvé que le bio est meilleur pour la santé, le régime alimentaire des consommateurs bio serait plus sain, révèle l'Inserm. "Leurs apports caloriques moyens journaliers sont identiques, mais leurs apports sont plus élevés pour les vitamines et minéraux (+10 à 20%), les acides gras oméga-3 (+20%) et les fibres (+27%)". Ils mangent plus de fruits et légumes, de céréales complétes, de fruits à coque, et consomment moins de boissons sucrées ou alcoolisées, de charcuterie, de lait et de fast food.

Résultat : "Leur alimentation globale (mesurée à l'aide d'un score validé) est plus proche des recommandations du Plan national nutrition santé (PNNS)". L'Inserm entend vérifier les effets à long terme de ce régime alimentaire bio "sur l'état nutritionnel et le risque ou la protection de maladies chroniques", durant le suivi de la cohorte qui devrait durer encore cinq ans minimum.

Réactions9 réactions à cet article

 

Êtes-vous sûrs que cet article dans Plosone peut être décrit comme un article de l'Inserm ?

J'admets que je ne connais pas les moeurs de l'Inserm en matière de publications, mais mon petit doigt me dit que cette auguste institution publie d'abord en France et en français.

La lecture de l'article dans Plosone me suggère aussi qu'il s'agit de francs-tireurs dont l'ambition a été de diffuser un message teinté d'idéologie.

Wackes Seppi | 21 octobre 2013 à 21h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Visiblement, au fond, "le régime alimentaire des consommateurs bio" pourrait être meilleur pour la santé.
Ceci n'a rien à voir avec "le bio" pourrait être meilleur pour la santé...
Il est clair que le conseil au public devrait alors être "avoir une alimentation plus équilibrée". Ce n'est pas vraiment une découverte...

JFP | 22 octobre 2013 à 12h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De multiples études dans le monde et en France démontrent que les produits agricoles conventionnels contiennent des résidus de pesticides, perturbateurs endocriniens...qui dépassent parfois en quantité la norme autorisée. Laquelle norme ne vaut rien d'une part en raison de l'effet "cocktail" démontré, d'autre part du fait que l'organisme est incapable d'assimiler ces molécules et les stocke dans les tissus graisseux dont le cerveau avec les conséquences que l'on sait. Tout ceci permet d'affirmer "à contrario" que les produits de l'agriculture biologique exempts de résidus chimiques sont meilleurs pour la santé.
Ils sont aussi nettement meilleurs pour le compte d'exploitation de l'agriculteur mais on fait tout pour qu'ils ne s'en rendent pas compte. Comme me l'a dit un jour un président de chambre d'agriculture " polluer on s'en fout, l'important c'est de faire tourner la machine" tout est dit !

erispoe | 22 octobre 2013 à 12h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@erispoe un peu de mesure dans les jugements ne serait pas de trop !

L'accumulation dans les graisses concernent essentiellement des substances interdites depuis 20 voire 50 ans...

La présence de perturbateurs endocriniens et l'effet cocktail : pourquoi se limiter aux substances artificielles ?
On ingurgite 10 000 fois (dix mille) fois plus de substances naturelles cancérigènes ou perturbatrices endocriniennes ou mutagènes, etc que de résidus de pesticides de synthèse.
Vous pouvez consulter par exemple l’interview du Pr Bruce Ames sur Nutranews du 1° mai 2010 (facile à trouver via un moteur de recherche)
(où il y a d'ailleurs une erreur de retranscription : il faut lire 99.99% et non pas 99.9% "des produits chimiques que nous mangeons sont des produits chimiques naturels" (comme mentionné à la moitié de l'article)

JFP | 22 octobre 2013 à 14h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

D'abord il est faux de dire qu'il n'est pas prouvé que les produits bio sont meilleurs pour la santé, plusieurs études scientifiques le prouvent, en particulier une parue assez récemment sur les qualités nutritionnelles mais surtout du fait qu'ils contiennent beaucoup moins voir pas du tout de pesticides et phytos ou métaux lourds ils sont forcément meilleurs pour la santé humaine. Dans tous les cas nettement moins mauvais que les produits conventionnels.
le WWF avait également fait un test très intéressant sur nos députés européens avant pendant et après consommation de produits bio, analyses de sang à l'appui
C'est éloquent !

dap777 | 22 octobre 2013 à 15h12
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@dap777 : même remarque qu'à @erispoe : un peu de mesure dans les jugements SVP !

Vous jetez des anathèmes sur la base d'études militantes et NON VERIFIES.

En matière d'alimentation, la seule chose qui est vraiment prouvée sans ambiguïté, c'est que l'équilibre nutritionnel est plus important que tout autre élément concernant l'alimentation.

Il ne s'agit pas de condamner la production bio qui peut avoir des avantages, ne serait-ce que celui de sensibiliser le public à la qualité de l'alimentation.
Il s'agit d'arrêter de diaboliser inutilement notre nourriture quotidienne.

JFP | 22 octobre 2013 à 15h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mouais, la seule chose qu'on comprend c'est qu'il faut manger varié. Wow, quelle révolution.

Le bio est meilleur, mais pas le meilleur. On utilise aussi des pesticide en agriculture biologique.
Comme j'aime à le dire, le curare est 100% bio ... et local !
N'empêche, il est foutrement mortel.... A méditer.

Terra | 22 octobre 2013 à 17h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A dap777

"D'abord il est faux de dire qu'il n'est pas prouvé que les produits bio sont meilleurs pour la santé, plusieurs études scientifiques le prouvent, en particulier une parue assez récemment sur les qualités nutritionnelles mais surtout du fait qu'ils contiennent beaucoup moins voir pas du tout de pesticides et phytos ou métaux lourds ils sont forcément meilleurs pour la santé humaine. Dans tous les cas nettement moins mauvais que les produits conventionnels."

Je n'ai jamais trouvé de résultats d'essais digne de ce non (avec confirmation statistique) de cela !!!!

Des sources!!! (Autre que celle des journalistes surfant sur le buz médiatico croyant du bio).

Comment expliquez vous la position des systèmes U (commerçant qui cherche à vendre comme les autres) :
Mr PAPIN (directeur comité décisionnel système U) "Jamais nous ne communiquerons sur le coté santé du bio même si l'acte d'achat est fait à 82% pour la santé (82% il y a deux ans et cela baisse car 67% annoncé maintenant) c’est trop dangereux.Nous nous ne communiquons que sur le bien fait environnemental. Carrefour et Leclerc font comme ils le souhaitent..."

Discours tenu il y a deux ans aux journées de l'AEI
Précision ;je travail avec des agri bio et conventionnel et sur le terrain nous ne vivons pas dans le monde de oui oui ou tout est beau et gentil.La nature est pas toujours sympathique comme le laisse croire la nouvelle religion à la mode du « c’est bio c’est bon et saint"
Bio= filière de niche pour €

yannquirigole | 22 octobre 2013 à 17h45
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Consommer BIO pourquoi pas si on en a LES MOYENS.
On a souvent l'impression que les agriculteurs n'emploieraient des pesticides que pour polluer, qu'ils achèteraient trés chers ces produits pour augmenter les rendements, diminuer leur charge de travail tout ça en sacrifiant la qualité. ensuite on se plaint de trouver des traces en deça des normes dans les produits récoltés, on accuse les paysans d'employer plusieurs produits différents aux seules fins de rester toujours en deça des norme pour chaque matière active employée.
Mais en vérité quel choix reste-t-il sauf a passer au "BIO".
Pourrons-nous nourrir la planète en mode bio? Bien sûr que non, pas avec une population qui croït exponentiellement (multipliée par 4.5 en un siècle!!!!)

ami9327 | 23 octobre 2013 à 12h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Votre conseil en droit de la Santé et de l’Environnement Huglo Lepage Avocats