En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La consommation d'électricité continue d'augmenter en France

Selon le dernier bilan annuel de RTE, la consommation d'électricité a augmenté de 1,2% en 2008 par rapport à l'année précédente. La production augmente également et intègre plus de sources renouvelables, à l'instar de l'énergie éolienne.

Energie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
   
La consommation d'électricité continue d'augmenter en France
   
Les premières statistiques du Réseau de Transport d'Electricité (RTE) révèlent que la consommation d'électricité a continué d'augmenter en France en 2008 par rapport à 2007. Corrigée des aléas climatiques, elle est en hausse de 1,2% et atteint 486,1 TWh. En valeur brute, la consommation intérieure d'électricité est même de 494,5 TWh, mais ce chiffre non corrigé intègre des conditions de température plus rigoureuses l'an dernier et l'effet « année bissextile ».
Cette hausse est principalement due à l'augmentation de la consommation du secteur domestique qui inclut les particuliers, les professionnels, les services publics, l'éclairage public et le tertiaire : +3% par rapport en 2007. La consommation de la grande industrie continue en revanche de diminuer : -2,6%.

Côté production, la puissance installée du parc français a augmenté de 1.700 MW entre 2007 et 2008, essentiellement du fait de l'accroissement du parc éolien de plus de 1.000 MW, mais aussi du raccordement de trois nouvelles installations à combustible fossile pour une puissance d'environ 800 MW combinés à plusieurs retraits d'exploitation.
Ce nouveau parc a produit plus d'électricité en 2008 qu'en 2007 (+ 0,8%). Les productions des centrales nucléaires et des centrales thermiques à combustible fossile sont en baisse (-0,1% et -3,3% respectivement). En revanche, la production d'électricité de sources renouvelables est en forte hausse : +7,4% pour l'hydraulique et +21% pour les autres sources. Au total, près de 9,6 TWh d'électricité issu des EnR ont été produits en 2008, dont 5,6 TWh de production éolienne.
Cette dernière production a d'ailleurs fortement augmenté par rapport à 2007 (+37 %). Résultat, en 5 ans, l'électricité d'origine éolienne produite en France a été multipliée par 14. En 2008, l'énergie maximale produite sur une journée a atteint 46 GWh le lundi 10 novembre. Un maximum instantané de production éolienne a été atteint le vendredi 21 novembre avec une puissance de 2.255 MW soit 70% de la puissance total installée. Cependant, ce facteur de charge a été exceptionnel puisque sur l'année 2008, il a été en moyenne de 23%.

Le réseau français est relié à ceux des pays voisins par 45 lignes d'interconnexion qui permettent des échanges d'électricité transfrontaliers permanents. En 2008, la France a encore exporté plus d'électricité (81,4 TWh) qu'elle n'en a importée (34,8 TWh) mais présente un solde exportateur plus faible : 46,6 TWh contre 55 TWh en 2007. La France exporte principalement vers la Suisse (26,1 TWh) et l'Italie (19,6 TWh).

Un début d'année 2009 sous tension

En réponse aux chutes de température, les records de consommation d'électricité se sont succédés au cours de la première semaine de l'année 2009 : 90.200 mégawatts le lundi 5 janvier, 91.500 MW le mardi 6 et 92.400 MW le mercredi 7 soit bien au-delà de la valeur historique atteinte le 17 décembre 2007 (88.960 MW). Assurer la demande n'a pas été aisé pour RTE qui dès le 5 janvier invita les Français, en particulier ceux habitant dans la Région Ouest et en PACA, à mieux maîtriser leur consommation d'électricité, notamment entre 17h et 20h. Quelques gestes simples peuvent contribuer à cet effort : éteindre la lumière dans les pièces inoccupées, moduler la température dans les pièces inoccupées chauffées à l'électricité, fermer les volets la nuit, utiliser les appareils électroménagers après 20h, éteindre les appareils en veille, expliquait RTE dans un communiqué.

Malgré le redoux actuel, RTE reste vigilant sachant qu'à cette période de l'année, une baisse de 1°C de la température entraîne une augmentation de la consommation d'électricité d'environ 2.100 MW. Le gestionnaire a d'ailleurs relancé lundi son appel au civisme en particulier envers les Maires en partenariat avec l'Association des Maires de France. Ces derniers sont invités à prendre les dispositions nécessaires pour maîtriser la consommation municipale d'électricité entre 17 heures et 20 heures et à relayer cette information auprès de leurs administrés en les engageant à faire le même effort.

Réactions9 réactions à cet article

 
Corrections... corrections...

Corriger des variations saisonnières c'est bien.

Quand corrigera-t-on de la démographie ?

Car la population augmente. C'est d'ailleurs bien la part liée à la consommation de la population (résidentiel tertiaire) qui progresse, pas le reste (l'industrie exporte ou est en crise, l'agriculture consomme une faible part d'électricité).

Christian | 17 janvier 2009 à 20h13
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Fan de chiffres ?

Pour ceux aimant les chiffres, le rapport complet de RTE :
http://www.rte-france.com/htm/fr/journalistes/telecharge/dossiers/DP_Bilan_electrique_2008_14janv09.pdf

Anonyme | 20 janvier 2009 à 17h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Corrections... corrections...

Ce serait plus intelligent de corriger les promoteurs. 29,5% du parc de logements existant et les 2/3 des logements neuf chauffés à l'électricité, quel gaspillage ! Combien de fois faudra-t-il répéter que le chauffage électrique c'est de l'anti-efficacité énergétique. D'ailleurs on voit bien que les plus grands appels de puissance ont lieu lors des périodes les plus froides.

Ecolowoman | 22 janvier 2009 à 11h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Corrections... corrections...

Concernant les chiffres, une autre correction/précision me semble nécessaire.
On parle toujours des importations/exportations d'électricité en volume et pas en prix.
Il faut savoir (sauf si les nouveaux accords de marché de l'électricité conclus en 2008 ont changé la donne) que l'électricité que la France vend est vendue comme un "déchet" car c'est principalement le résultat du manque de flexibilité du parc nucléaire alors que l'électricité que l'on achète est produite exprès. Je ne me souviens plus des prix mais je me rappelle que le rapport était au moins du simple au double.
Je crois qu'il est donc nécessaire de mettre en face des valeurs en kWH, MWh ou GWh échangé, le coût, et de se rendre compte de la balance réelle des échanges !!

Tombour | 22 janvier 2009 à 15h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
C'est plus que le roquefort!!!

augmentée de 20%, on diminue le résultat de 20% pour trouver la même chose!!!!
je suis sur que ca devrait intéresser ceux qui s'occupent de la normalité supérieure rue d'Ulhm et les décendants du POINT CARRE à l'association philotechnique
Fort d'une grande perspicacité, leurs yeux globuleux commencent à scintiller au rythme des néons et autres gaz rares vibrants, laissant à la longue leur radioactivité interne prendre le dessus sur le désir.

epsilone | 22 janvier 2009 à 17h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Economies d'énergie ou energies renouvelable

L'energie eolienne est la meilleure de nos energies renouvelable
En 2008 sans avoirn les chiffres exacts j'estime qu'elle a augmenté d'environ 2TWh par rapport a 2007

La consommation des francais a augmenté d'environ 5 TWh

QUAND ON ECOUTE LES SPECIALISTES DU CLIMAT NOTRE SITUATION EST ANALOGUE A CELLE D4UN CANCER PLUS ON AGIRA TOT PLUS ON A DES CHANCES DE REDUIRE L'AMPLITUDE DE LA CATASTROPHE
La priorité absolue AUJOURD'HUI est l'économie d'énergie
Au lieu de subventionner les éoliennes il faut mettre tous nos moyens dans une politique de reduction dela consommation
Aujourd'hui il est politiquement correct de mettre partout des panneaux solaires et des eoliennes mais politiquement incorrect de demendre des economies d'énergie

jean-Marie | 22 janvier 2009 à 18h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Consommation et energies renouvelables

En 2008 la production d'energie des eoliennes a augmenté d'environ 2GWh
La consommation des francais d'environ 6GWh

Si on ecoute les specialistes du climat AUJOURD'HUI l'essentiel c'est la reduction des emissions de GES

Il est politiquement correct de subventionner eoliennes et panneaux solaires . Mais il est essentiel pour vpreserver l'environement de reduire aujourd'hui nos consommations

Gagnerons nous la guerre contre le rechauffement par unepolitique de subventions ? ou par la motivation des citoyens qui rfeduiront leu consommation.?

jean-Marie | 22 janvier 2009 à 19h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Faisons appel à la raison, soyons adultes

Il est certain que si nous n’appliquons pas et nous ne réussissons pas une politique de diminution de la démographique pour aller vers un équilibre entre les ressources renouvelables et notre consommation nous allons à la ruine de l’humanité.
La régulation et le contrôle du nombre de naissance dans une famille a toujours été marque de sagesse et d’évolution.
On devrait se souvenir que si l’on peut poser en principe que, dans toute opération, il y a une égale quantité de matière avant et après cette opération « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » pour appliquer ce principe à la richesse. La richesse ne se crée pas elle se partage et la part est d’autant plus petite que vous êtes nombreux. Le travail lié à toutes richesse n’est que l’agglomération de cette dernière par la transformation de la matière primaire que l’on sait non inépuisable.
Aujourd’hui il est utopique de penser que chacun sur terre pourrait bénéficier d’une voiture, d’un pavillon etc. avec tout le confort que l’on connaît dans les civilisations occidentales.
Par exemple :
Prenons le bois énergie renouvelable sur un cycle de 60 à 150ans.
Pour chauffer votre maison familiale vous avez besoin de 32 mètres cubes de bois pour alimenter votre chaudière.
Il vous faudra 32x100=3200 mètres cubes de bois sur 100 ans soit équivalent mètres cubes en arbres 3200/0,8=4000 arbres.
Par année vous aurez besoin de 40 arbres par ans.
Si vous vivez en ville regardez combien de temps vous pouvez vous chauffer avec les arbres de votre rue.
Si vous êtes à la campagne pensez qu’il vous faut une forêt de 10 hectares pour assurer votre besoin dans un cycle écologique.
Votre richesse la voilà, elle est le fruit du travail du temps et de vos ancêtres ce sont les arbres de votre rue, votre bois de 10 hectares.
Cette richesse est disponible aujourd’hui et votre éducation moderne fait que vous vous sentez coupable de ne pas la partager. Vous en oubliez même votre famille, 100ans vous n’y arriverez jamais et puis cette forêt elle est si grande.
Partagez avec 10 familles soit 400 arbres par ans : qu’elle longueur de rue ? qu’elle surface sont nécessaires.
Vous avez multipliez vos besoins par 10 mais le nombre d’arbres dans votre rue et le même, votre bois n’a pas changé, votre potentiel richesse pour l’instant est le même.
Dans 10 ans soyons large dans 12 ans vous n’aurez plus de bois.
Vos amis votre famille, plus personne ne pourra se chauffer.
Dans les campagnes dans beaucoup de sociétés que nous jugeons comme sous évoluées ces principes étaient respectés, des traces existent dans les coutumes ou les actes notariés.
Je ne vous dit pas de ne pas être généreux ni d’être égoïstes mais soyons raisonnables pour nous et pour nos enfants si pour avoir été généreux aujourd’hui nous ne voulons pas être ou les rendre tous miséreux demain.
Faites attention à toutes ces chimères où l’on vous vend en potentiels comme solutions écologiques.
Aujourd’hui dans l’état des maîtrises technologiques et sous toutes réserves, je vous ai donné l’exemple du bois.
De même, l’éolien présenté comme solution à notre contrainte Européenne ou législative de produire 20% d’énergie renouvelable d’ici 2015 est pris en solution dans sont potentiel alors que son rendement n’est que de environ 25%.
L’énergie solaire photovoltaïque demande d’importants investissements avec des rendements qui décroissent rapidement par vieillissement prématuré des composants.
Le vent, le solaire sont des énergies renouvelables d’on peut en jouir par opportunités, le bois avec sagesse.
L’énergie hydraulique de nos cours d’eau et l’énergie nucléaires sont sous toutes réserves les seules solutions alternatives à nos besoins grandissants ou pas d’énergie.
Pérennes fiables constantes transformées en électricité elle sont facilement transportables et utilisables.
Pourtant elles sont décriées, faites comme moi posez-vous la question pourquoi ?
Nous devrions les développer, rendre plus sûr le nucléaire de même que nous devons améliorer l’isolation de nos habitations et le rendement de nos machines.
Arithmétiquement la simple réduction individuelle ou collectives de nos consommations n’empêchera pas l’augmentation de nos besoins en énergie du fait de notre expansion fait du nombre.

Bien cordialement

Paysan | 23 janvier 2009 à 02h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Coordination

Je tiens à remercier les réactions dû à cet article. Elles sont constructives et intéressantes.

Je voudrais exposé mon point de vue, qui consiste à dire qu'il faudrait coordonné (enfin nos dirigeants politiques, économiques, scientifiques, sociologiques), leurs démarches afin de maintenir un équilibre entre:
- la volonté de faire des économies d'énergies donc de diminuer les coûts financiers des "clients",
- assurer le minimum de confort par rapport à l'utilisation de ces énergies,
- adapter ces outils énergétiques à "monsieur" ou "madame" tout le monde (ergonomie) pour limiter l'impact humain, qui est une des causes des pertes énergétiques de l'habitat ou autres (actuellement, elle est de 30% à 40% d la facture énergétique),
- Subordonné les "pertes d'emploi" d'une branche d'activités par la création proportionnelle d'un pôle d'emploi convexe à cette maitrise de l'énergie (Maintenance des ENR, régulation de l'injection de la production des ENR, développement méthodologique de l'utilisation et de la production, etc...), se serai mieux que d'anticipé des crises qui sortent d'où je ne sais ou et qui disparaisse à coup de spéculations politiques et financières.

Cette coordination existe, mais elle est orienté vers 2 pôles de dirigeants (économiques et financiers), mais pas ceux qui ont des moyens à l'échelle nationales ou locales, mais ceux à dimensions internationales. Et la, c'est pas normale!

Pour finir, je voudrais dire au président d'EDF, suite à ces déclarations sur l'augmentation des tarifs.
Que EDF veut dire Electricité De France est que si elle est positionné ou elle est c'est qu'elle le doit à la solidarité du porte-feuille des français (Avant l'ouverture du marché publique, EDF était une institution publique).

Fab | 06 août 2009 à 18h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…