Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Impact environnemental des livraisons : le Sénat veut l'avis des consommateurs

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Alors que la question de l'impact environnemental du commerce en ligne est au cœur des débats de la loi Climat et résilience , le Sénat se prépare à étudier le texte dans quelques semaines. Sa commission de l'aménagement du territoire et du développement durable a décidé de créer une mission d'information relative au transport de marchandises face aux impératifs environnementaux. « Le secteur des transports est l'un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre en France ; 20 % de ses émissions sont liées au trafic des poids lourds. Face à ce constat, l'objectif de cette mission d'information est de proposer des pistes d'actions pour accélérer la transition écologique du transport de marchandises et réduire son impact environnemental », expliquent ses membres.

Présidée par Jean-François Longeot (Union centriste, Doubs), la mission prévoit de terminer ses travaux d'ici la fin du premier semestre. Elle a choisi de travailler très rapidement sur le e-commerce et lance pour cela une consultation pour répondre aux questions suivantes : les consommateurs connaissent-ils vraiment l'impact environnemental de la livraison de leurs achats en ligne ? De telles informations seraient-elles susceptibles d'orienter leurs comportements : la nature de leurs achats, mais aussi le choix du lieu et le délai de livraison des biens commandés ? Afin de mesurer la sensibilité du consommateur à cet enjeu, Nicole Bonnefoy (Socialiste, écologiste, républicain, Charente) et Rémy Pointereau (Les Républicains, Cher), rapporteurs de la mission, ont souhaité lancer une consultation jusqu'au 23 avril 2021.

Réactions2 réactions à cet article

 

Il paraît évident de consulter l'UFC Que choisir , organisation majeure des consommateurs . Créee en 1951 elle a fait se preuves et le gouvernement devrait le savoir .

sirius | 31 mars 2021 à 15h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai que le transport depuis Hambourg ou Rotterdam (moindre mal) en poids-lourd est très supérieur en co2 que la ballade du tanker depuis la Chine pour l'Europe.
De la chine en tanker de 11 à 50cmes le kg.
De Hambourg à Brest jusqu'à10+ p)lus. donc pollution énorme et inutile.
A la limite le bateau va passer au large de brest, l'objet se trouvant dedans fera 2500 km de plus pour arriver.
C'est pourquoi je suis partisan d'un grand port à conteneurs à Nantes st nazaire ou Brest,
ça réduirait des transports inutiles et des bénéfices somptueux pour les Allemands.
+ les risques d'accidents.
Pour les emplois faut pas rêver, le manque de fiabilité des dockers en grève pour un oui pour un non impose une automatisation conséquente se limitant à une équipe de maintenance.
Pour la propulsion des poids-lourds on pourrait envisager un moteur tournant à sa vitesse optimale pour la consommation attelé à un alternateur ou dynamo, une batterie de compensation et 1 moteur par roue, le moteur n'étant pas forcément en 4 temps puisque non attelé. 2 temps, stirling, turbine, à chemises type Panhard ou pile à combustible, mais pour moi hydrogène et 48 tonnes, un truc à se faire zépeliner!

pemmore | 31 mars 2021 à 23h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Economie circulaire : une expertise juridico-technique en droit des déchets LPA-CGR avocats