En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Contournement autoroutier de Strasbourg : le préfet donne son feu vert aux travaux

Aménagement  |    |  Rachida BoughrietActu-Environnement.com

Le 31 août, Jean-Luc Marx, préfet de la région Grand Est et préfet du Bas-Rhin, a signé deux arrêtés autorisant le lancement effectif du chantier du Grand contournement autoroutier ouest de Strasbourg (Bas-Rhin). Pour rappel, ce projet d'autoroute A355 doit s'étendre sur 24 km sur deux fois deux voies, avec deux raccordements aux autoroutes A4 et A352. Sa construction est confiée à la société concessionnaire Arcos, filiale du groupe Vinci. En janvier 2018, l'Etat avait prolongé par décret la déclaration d'utilité publique (DUP) du projet jusqu'en 2026. Le porteur du projet avait apporté des correctifs à ses mesures écologiques compensatoires, demandés par l'ex-ministre Nicolas Hulot qui avait suspendu en octobre 2017 les opérations de déboisement. Ce projet a néanmoins reçu plusieurs avis successifs défavorables venant du Conseil national de la protection de la nature (CNPN) en décembre 2017, de l'Autorité environnementale (Ae) en février 2018 et en juin 2018 d'une commission d'enquête pointant encore des lacunes en matière de compensations. Et la crainte aussi par la commission d'enquête d'une augmentation des niveaux de pollution atmosphérique.

Le feu vert de la préfecture intervient, après que le Conseil départemental de l'environnement et des risques technologiques (Coderst) ait validé les travaux, le 28 août. L'association Alsace nature, opposée au projet d'autoroute, a fustigé "les lobbies" à l'issue de ce dernier vote. Selon le journal régional Les Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA), les arrêtés préfectoraux visent à autoriser le concessionnaire Arcos et la Sanef, chargée de l'échangeur nord, à engager les travaux dans les zones naturelles et protégées, sous conditions. Les travaux débuteront par des opérations de déboisement et de fouilles archéologiques. "Le projet est désormais conforté par des prescriptions environnementales inédites et particulièrement exigeantes", a assuré le préfet. L'un des arrêtés a été publié par DNA. Les prescriptions prévues dans cet arrêté permettent notamment de "compléter les mesures d'évitement, de réduction et de compensation prévues au dossier de demande d'autorisation" formulée par la société Arcos. La réalisation de cet axe routier "s'avère favorable à l'environnement et la sécurité", ajoute l'arrêté préfectoral. Le préfet a demandé aux opposants d'évacuer la ZAD de Kolbsheim pour permettre les travaux. La mise en service de l'autoroute est attendue en 2021.

Réactions1 réaction à cet article

 

Encore une décision qui illustre à merveille la politique dite écologique de ce gouvernement . L'avis négatif du CNPN ne compte pas pour un préfet .

sirius | 04 septembre 2018 à 12h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…