En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Accompagner les artisans pour une meilleure performance énergétique des bâtiments

La Fédération française du bâtiment a signé hier une convention de partenariat avec le gouvernement et l'Ademe visant à accompagner les entreprises de la fédération vers les objectifs du Grenelle en matière de performance énergétique. Détails.

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com
   
Accompagner les artisans pour une meilleure performance énergétique des bâtiments
   
A l'occasion du salon Batimat à Paris, le ministre du Logement Benoist Apparu, la secrétaire d'Etat au Développement durable Valérie Létard aux côtés du Président du Comité Stratégique du Plan Bâtiment Grenelle, Philippe Pelletier et du Président de l'Ademe, Philippe Van de Maele ont signé le 4 novembre la convention ''les Pros de la performance énergétique'' avec le Président de la Fédération française du Bâtiment (FFB), Didier Ridoret.

Un an après le lancement de sa campagne ''Bâtir avec l'environnement'', la FFB entend ainsi accompagner les artisans et entrepreneurs de la fédération dans l'atteinte des objectifs fixés par le Grenelle de l'environnement, en mettant l'accent sur la performance énergétique, a souligné Didier Ridoret. Rappelons que le secteur du bâtiment est à l'origine de 21 % des émissions de CO2 et de 43 % de la consommation d'énergie finale en France. La loi Grenelle 1 vise une réduction globale des consommations, pour le parc bâti de 38% à l'horizon 2020, en rénovant chaque année 400.000 logements à partir de 2013.

''Les Pros de la performance énergétique, ce n'est pas un slogan vide, mais une convention qui marque un tournant sur lequel nous ne reviendrons pas'', a affirmé M. Ridoret. Conformément à ces objectifs, la démarche des professionnels de la fédération, qui regroupe 42.000 entreprises de taille artisanale, concernera d'abord la rénovation énergétique du parc de bâtiments existants, puis se généralisera aux constructions neuves ''basse consommation'' (BBC) et à énergie positive. Précisons que selon la loi Grenelle 1, dès la fin 2010 tous les bâtiments neufs de types publics, tertiaires ou logements sociaux BBC devront présenter une consommation d'énergie primaire inférieure à 50 kWh/m2.an. Si les bâtiments neufs résidentiels seront soumis à cette même exigence dès la fin 2012, tous les bâtiments neufs devront être à énergie positive d'ici fin 2020, c'est-à-dire être à basse consommation et produire plus d'énergie qu'ils n'en consomment.

La FFB s'engage sur la performance énergétique après travaux

Parmi les conditions pour devenir des artisans et entrepreneurs ''Pros de la performance énergétique'', précise la fédération : avoir signé la charte ''Bâtir avec l'environnement'', être qualifiés avec une mention '' économie d'énergie'' ou ''rénovation énergétique'' attribuée par les organismes Qualibat ou Qualifelec. Ces professionnels devront ainsi proposer une offre globale de travaux d'économies d'énergie, après avoir bénéficié d'une certification Qualibat ou Certibat, et s'engagent sur une performance énergétique ''conventionnelle'' après travaux (niveau de confort et de consommation énergétique).
Selon le président de la FFB, ces Pros de la performance énergétique ''sont ceux que le grand public et les professionnels pourront identifier au moment d'engager des travaux. Les entreprises s'engagent à apporter des garanties de performance énergétique aux clients'', a-t-il ajouté. L'objectif est d'identifier 300 entreprises ''Pros de la performance énergétique'' d'ici la fin de l'année et ''atteindre 10.000 entreprises ayant droit à cette appellation en 2012'', a souligné Didier Ridoret.

Des professionnels formés aux économies d'énergie

La formation des professionnels, indispensable à l'atteinte de l'objectif des 600.000 emplois verts d'ici 2020 dans la lignée du Grenelle dont 300.000 dans le secteur du bâtiment, fait partie des engagements de la convention. Les métiers de la rénovation énergétique requièrent des compétences spécifiques. Rappelons que ce secteur emploie près de 100.000 personnes pour un chiffre d'affaires estimé à 9,1 milliards d'euros par an. Avec la mise en oeuvre des objectifs du Grenelle, ce chiffre d'affaires devrait être multiplié par deux d'ici 2012 pour atteindre 18 à 22 milliards d'euros par an. Pour le résidentiel et le tertiaire, le gain net d'emplois directs est estimé à 120.000.

A l'instar de la Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (Capeb) qui a déployé en avril dernier son label ''eco-artisan'' auprès des 356.000 entreprises du secteur, en appui à l'éco-prêt à taux zéro (Eco-PTZ ) destiné à soutenir les particuliers dans le financement des travaux de rénovation, les entreprises ''Pros de la performance énergétique'' devront également suivre le dispositif de formation FEE Bat aux économies d'énergie. Ces formations seront financées à 95% par les fournisseurs d'énergie en échange de certificats d'économie d'énergie. Le secrétaire d'Etat au Logement Benoist Apparu, qui a salué cette initiative, a indiqué que ''les 200.000 Eco-PTZ prévus d'ici à fin 2010 seront réalisés''. De son côté, Valérie Létard a salué l'engagement de la FFB en matière de développement durable et rappelé les enjeux de la ''formation'' et de ''la montée en qualification des professionnels''. Les enjeux actuels nécessitent en effet de nouvelles compétences qui font encore défaut, deux ans après le lancement du Grenelle. Pour répondre à ces besoins notamment en formations, la secrétaire d'Etat a lancé en septembre un plan de mobilisation des filières et des territoires destiné à développer les emplois verts.

Autre initiative : l'Ademe, en partenariat avec l'association HQE, ResoBAT et le collectif Effinergie, a rappelé le 4 novembre le lancement en septembre 2009 du nouveau réseau de centres de ressources ''Bâti Environnement - Espace Pro'' (B.E.E.P.) pour accompagner et conseiller les professionnels du bâtiment sur l'efficacité énergétique et la qualité environnementale. Ce réseau comporte actuellement 15 structures régionales et prévoit, à terme, de doter chaque région de métropole et d'outre-mer d'un centre de ressources.

Réactions1 réaction à cet article

 
Lueur d'espoir

Voilà un plan qui me semble se rapprocher de l'énorme restructuration dont notre société a besoin. Espérons que les promesses seront tenues, et que de plus ambitieuses encore seront faites.

Nous sommes tous les artisans du monde de demain.

Umwelt | 12 novembre 2009 à 22h29
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…